corporate_banner_fr

Le partage de compétences – Nos partenariats

Le partage de compétences – Nos partenariats

Projets
Priorités
Innovation et compétences
PME et ETI
Infrastructures
Climat et environnement
Action en faveur du climat
La BEI et la COP
Environnement
Zones d’intervention
Union européenne
Pays de l’élargissement
Association européenne de libre-échange
Pays voisins méditerranéens
Optimisation des synergies
Financements et services de conseil
Prêts
Capital-investissement
Services de conseil
Dispositif de soutien de la FEMIP
Comment solliciter un prêt ?
Trust fund
Assistance technique
Opérations sur capitaux à risques
Enveloppe CAMENA pour l'action en faveur du climat
MED 5P
Organisation and staff
FAQ - FEMIP
Pays voisins orientaux de l'UE
Coopération avec d'autres institutions et organisations
Mécanismes de financement
Initiative ALEAC
Fonds fiduciaire
Exemples d'opérations du FFATPO
Cadre institutionnel
Asie centrale
Cadre institutionnel
Coopération avec d'autres institutions et organisations
Mécanismes de financement
Assistance technique et aides non remboursables
La banque de l’UE dans les ACP
Nos priorités dans la région ACP
Besoin d’un prêt ?
Facilité d’investissement
Boost Africa
Nos partenaires
Amérique latine et Asie
Secteurs
Agriculture, alimentation et développement rural
Économie numérique
Éducation et formation
Énergie
Foresterie
Santé et sciences de la vie
Développement régional
Réseaux transeuropéens
Transports
Programme urbain
Global Climate City Challenge
Gestion de l’adduction d’eau et des eaux usées
Les initiatives de la BEI
L’initiative Résilience économique
Investir dans l’égalité hommes-femmes et l’autonomisation économique des femmes
Économie circulaire
Investissements envisagés
Projets récemment approuvés
Décomposition par région
Décomposition par secteur
Notes explicatives
Projets financés
Décomposition par région
Décomposition par secteur
Liste multicritère
Liste des projets au titre du FEIS
Le cycle des projets
Solliciter un prêt
Instruction des projets
Passation des marchés
Suivi
Évaluation des opérations
Procédure et méthodologie
Le blog

Le partage de compétences – Nos partenariats

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Pour maximaliser l’impact de ses projets et pour explorer de nouvelles formes d’intervention et de nouveaux secteurs cibles sur le chemin de la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, la BEI s’allie à différentes organisations pour conjuguer son savoir-faire financier à leur savoir-faire technique et à leur connaissance du terrain. L’ensemble de ces partenariats décuple ses capacités dans plusieurs secteurs en parfaite adéquation avec les objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies.

ONUDI

La BEI et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) sont convenues d’intensifier leur coopération et de mettre en commun leurs bonnes pratiques et savoir-faire respectifs dans des domaines appropriés, en particulier les infrastructures résilientes, l’industrialisation durable et l’innovation.

Cette alliance va permettre à la BEI et à l’ONUDI de travailler de concert pour aider à la réalisation de plusieurs ODD, dont les objectifs nº 1 (pas de pauvreté), nº 8 (travail décent et croissance économique), nº 9 (industrie, innovation et infrastructure), nº 12 (consommation et production responsables) et nº 13 (mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques).

La BEI et l’ONUDI ont commencé à étudier quelques opérations possibles en Afrique, sur le thème du soutien à la chaîne de valeur industrielle, notamment une zone pour l’industrie du cuir à Modjo en Éthiopie.

La BEI et l’ONUDI s’allient pour promouvoir la croissance industrielle durable par le financement du développement (communiqué de presse)

FAO

La BEI coopère avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette coopération est logique pour les deux parties, puisque la Banque cherche à développer ses investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire (plus particulièrement selon les axes des entreprises du secteur privé, des chaînes de valeur, des petites entreprises et des microentreprises) et que la FAO vise la sécurité alimentaire et la création d’emplois durables dans l’industrie agroalimentaire.

À l’avenir, les deux organisations pourront travailler ensemble sur des projets valables, là où l’assistance technique et l’expertise sont requises pour renforcer les capacités sur le terrain, promouvoir l’industrie agroalimentaire auprès des populations rurales, des jeunes et des femmes et faire en sorte que leurs idées aient une influence sur le développement.

En travaillant de concert, les deux institutions aident à la réalisation des ODD nº 1 (pas de pauvreté), nº 2 (faim « zéro »), nº 5 (égalité des sexes), nº 8 (travail décent et croissance économique) et nº 15 (vie terrestre).

Nouveau partenariat entre la BEI et la FAO pour renforcer les investissements du secteur privé dans l’agriculture (communiqué de presse)

FIDA

L’importance cruciale de la création d’emplois dans les zones rurales est un thème que la BEI approche de manière volontariste. La Banque a élargi sa coopération avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), ce qui témoigne de l’importance du secteur agroalimentaire dans les économies émergentes, maintenant et dans l’avenir.

C’est à ce titre que les deux institutions souhaitent mettre l’accent sur les petits exploitants agricoles et collaborent sur un projet dont c’est justement la finalité.

Le FIDA et la BEI unissent leurs forces pour soutenir le développement agricole (communiqué de presse)

PNUD

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) est présent dans un grand nombre de pays, où il travaille à l’appui du développement durable, de l’éradication de la pauvreté, de la participation active des femmes et de la bonne gouvernance, dans le cadre de l’objectif général de réalisation des ODD. La BEI et le PNUD œuvrent ensemble en faveur d’un programme commun centré sur les ODD et placé dans le contexte du plan d’action des banques multilatérales de développement pour le financement du développement intitulé From Billions to Trillions (Des milliards aux milliers de milliards).

Les thématiques visées par ce partenariat sont la lutte contre les changements climatiques, le traitement des situations de crise et d’après-crise, la crise migratoire et la promotion de marchés inclusifs et de l’entrepreneuriat.

Techniquement, les deux institutions ciblent le développement urbain (ODD nº 11-Villes et communautés durables), l’énergie durable (ODD nº 7-Énergie propre), la gestion de l’eau (ODD nº 3-Bonne santé et bien-être et nº 6-Eau propre et assainissement) et le développement rural.

Signature d’un nouvel accord entre le PNUD et la BEI pour renforcer la coopération en vue de la réalisation des objectifs mondiaux (communiqué de presse)

UNOPS

Le Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) aide ses partenaires à mettre en œuvre efficacement des projets humanitaires, de consolidation de la paix et de développement dans le monde entier. La BEI peut collaborer avec l’UNOPS sur des projets clés destinés à améliorer les conditions de vie partout dans le monde, y compris dans les pays ACP.

Les collaborations futures auront pour cibles les obstacles continus au développement durable, en particulier dans les économies fragiles, ainsi que les changements climatiques et, élément essentiel, le renforcement des capacités des acteurs du secteur privé afin qu’ils contribuent davantage à la croissance et au changement. Ensemble, la BEI et l’UNOPS peuvent mobiliser davantage de soutien en faveur de projets auxquels les investisseurs pourraient hésiter à participer.

Les buts visés sont ceux des objectifs de développement durables, en l’occurrence les ODD numéros 1 (pas de pauvreté), 8 (travail décent et croissance économique), 10 (inégalités réduites) et 13 (mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques), des bénéfices indirects étant également prévisibles pour l’objectif nº 16 (paix, justice et institutions efficaces).

La BEI et l’UNOPS scellent un accord de partenariat pour soutenir des projets dans les pays qui en ont le plus besoin (communiqué de presse)

Commission européenne et Service européen pour l’action extérieure

En sa qualité d’institution de l’Union européenne, la BEI collabore avec la Commission européenne et le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) afin de promouvoir les politiques de développement de l’UE à l’étranger. La Banque continuera de jouer un rôle important dans les travaux de programmation actuellement en cours pour les pays et régions ACP et contribuera à la mise en œuvre du Programme pour le changement, de la nouvelle stratégie de la Commission pour le développement du secteur privé et du nouveau consensus européen pour le développement.

Le nouveau consensus est particulièrement important en ce moment, car il est adapté pour inclure le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les 17 objectifs de développement durable, en établissant un équilibre entre les dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable.

Son champ s’articule autour des cinq thèmes structurants du Programme de développement durable à l’horizon 2030, à savoir les populations, la planète, la prospérité, la paix et les partenariats.

Protocole d’accord entre la Commission européenne et la Banque européenne d’investissement concernant la coopération et la coordination dans les régions couvertes par le mandat extérieur (publication)

Entreprises européennes

Présente en Afrique depuis plus de 50 ans, la BEI est bien placée pour aider les entreprises européennes qui désirent investir sur le marché africain, ainsi que dans les Caraïbes et le Pacifique. L’Afrique est particulièrement demandeuse d’investissements, tout comme le sont les pays des Caraïbes et du Pacifique, et c’est le message que la BEI fait passer dans toute l’Union européenne.

L’internationalisation des entreprises européennes est une priorité pour la BEI qui redouble d’efforts pour accroître ses activités de prêt en faveur des grandes entreprises qui ont des visées sur les pays ACP. La BEI dispose à présent d’une division qui se consacre aux prêts consentis à ce type d’entreprises. Il y a donc tout lieu de croire que ces opérations se multiplieront au cours des prochaines années.

Initiative de délégation réciproque

Pour accroître l’efficacité de la coopération au développement, la BEI, en sa qualité de partenaire au titre de l’Initiative de délégation réciproque (IDR), unit ses efforts à ceux de l’Agence française de développement (AFD) et de la banque allemande de développement (KfW). Cette initiative permet aux promoteurs de projets d’investissement réalisés dans des pays partenaires de l’UE et cofinancés par les trois institutions de développement de bénéficier d’une capacité de financement accrue grâce à une division structurée du travail, où l’une d’elles joue le rôle de chef de file financier.

Dans les pays ACP, depuis la fin de la phase pilote, 17 nouvelles opérations ont été lancées au titre de l’IDR. Trois opérations ont dû être retirées du fait que le projet d’investissement ne s’est pas concrétisé ou que la stratégie de financement des bailleurs de fonds a changé. La BEI est engagée dans 11 des 14 opérations en cours. Elle est le principal bailleur de fonds dans quatre d’entre elles, à savoir des projets dans le secteur de l’eau aux Seychelles, en Tanzanie et en Zambie ainsi qu’un projet lié à l’électricité au Mozambique.

D’une manière générale, l’IDR contribue à renforcer les liens avec les partenaires de la BEI (AFD et KfW) et à rendre l’aide financière européenne hors de l’UE plus efficace, conformément aux objectifs des politiques extérieures de l’Union. Il est évident que les relations des institutions avec les promoteurs de projets s’en trouvent facilitées, et leurs tâches allégées, notamment en matière de supervision des passations de marchés. L’on cherche actuellement à approfondir la délégation des tâches et des responsabilités pour améliorer le fonctionnement de l’IDR et élargir cette initiative.

Consultez cette page pour en savoir plus.

Initiative « Énergie durable pour tous » (SE4All)

L’initiative SE4All a pour but de réaliser trois grands objectifs : fournir un accès universel aux services énergétiques, doubler le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique et doubler la part d’énergie renouvelable dans le bouquet énergétique mondial, ce que couvre aussi le septième ODD. La BEI a plusieurs moyens de s’associer à ce processus et participe activement aux initiatives de l’UE à cet effet, au premier rang desquelles le Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures.

Le Fonds mondial pour la promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables (Geeref) est un fonds de fonds qui fournit des instruments de fonds propres dont les bénéficiaires finals sont des petits projets relatifs aux énergies renouvelables dans les pays en développement. Peuvent par exemple bénéficier d’un investissement du Geeref les gestionnaires d’actifs spécialisés qui opèrent dans les pays ACP. Il est prévu que le fonds soit affecté en totalité à la fin de 2017. Son effet multiplicateur prouvé est tel que l’on prépare actuellement la mise en place, pour lui succéder, d’un fonds de plus grande taille, le Geeref NeXt.

La BEI a par ailleurs mis au point plusieurs instruments de financement innovants (ci-après) conçus pour combler des lacunes spécifiques sur les marchés de l’énergie et faciliter l’investissement du secteur privé afin d’atteindre les objectifs de l’initiative SE4All.

Le Fonds de garantie en faveur de l’énergie en Afrique, en cours de conception, est destiné à pallier le manque de produits adéquats d’atténuation des risques. Il permettra de mobiliser, par effet de levier, des compétences dans le domaine des assurances et de la réassurance ainsi que dans le secteur bancaire pour des projets admissibles relatifs à l’énergie en Afrique. Il devrait être approuvé en 2017.


En savoir plus sur les partenaires de la BEI



 Imprimer