Jeudi dernier, lors d’une conversation téléphonique, Werner Hoyer, président de la BEI, a indiqué à Denys Chmyhal, Premier ministre ukrainien, que la Banque européenne d’investissement prévoit de nouvelles mesures de soutien à l’Ukraine, en plus du prêt d’urgence d’environ 670 millions d’euros accordé en mars.

Le Premier ministre Chmyhal et le président Hoyer ont abordé les conséquences économiques de l’invasion russe et la nécessité de reconstruire des routes, des ponts, des bâtiments, des lignes électriques ainsi que des réseaux de chauffage et de distribution d’eau. Werner Hoyer a souligné que le financement d’urgence initial de la BEI symbolise l’engagement ferme que l’institution continue de démontrer à l’égard de l’Ukraine, pays dans lequel elle a signé environ 8 milliards d’euros de prêts avant l’invasion russe. Serhiy Marchenko, ministre ukrainien des finances, a également participé à l’appel jeudi. 

Werner Hoyer a assuré à Denys Chmyhal et Serhiy Marchenko que l’ensemble du Groupe BEI « est solidaire du peuple ukrainien et reste pleinement engagé dans les efforts déployés aux côtés de ses partenaires pour soutenir l’Ukraine ».

Le Groupe BEI investit en Ukraine depuis 2007. Après que la Russie a annexé la Crimée et occupé deux grandes régions de l’est de l’Ukraine en 2014, la Banque a approuvé un prêt de 200 millions d’euros pour aider les personnes qui ont fui le conflit et les villes qui les ont accueillies. Par la suite, la Banque a approuvé un deuxième prêt de relance d’un montant de 340 millions d’euros et a reçu environ 900 nouvelles propositions de projets. Ce financement est suspendu pendant la durée du conflit, mais la Banque envisage à présent un dispositif d’aide élargi, en plus des 668 millions d’euros déjà décaissés.

« J’ai écouté attentivement le compte rendu du Premier ministre sur la situation dans le pays », a déclaré le président Hoyer. « J’apprécie vivement les informations qu’il a fournies : elles sont inestimables alors que nous nous efforçons de fournir toute l’aide qu’il est en notre pouvoir d’apporter de la manière la plus efficace et la plus pertinente possible pour répondre aux besoins de l’Ukraine. En partenariat avec le Conseil européen, la Commission européenne et le Parlement européen, nous nous tenons prêts à accélérer la mise à disposition de 1,3 milliard d’euros supplémentaires au cours des prochains mois. »

>@EIB
©EIB

Aider l’Ukraine et les pays voisins

Le Premier ministre Chmyhal, qui est chargé du processus de reconstruction du pays, a remercié le président Hoyer pour son aide et s’est dit certain que le partenariat entre la Banque européenne d’investissement et l’Ukraine serait renforcé.  Au cours de la conversation, le Premier ministre ukrainien a énuméré de nombreuses régions du pays ayant subi des dommages ces derniers mois, détaillant les problèmes d’infrastructure et les difficultés humanitaires qui en résultent. L’Institut BEI coordonne un dispositif d’aide humanitaire de 2,5 millions d’euros destiné à fournir à l’Ukraine et aux pays voisins de la nourriture, de l’eau et des médicaments ainsi qu’à assurer la protection et la prise en charge post-traumatique.

« Je tiens à remercier la Banque et l’Union européenne pour leur soutien financier constant », a déclaré Denys Chmyhal.

Certaines régions de l’Ukraine qui subissent les combats les plus féroces ont besoin d’aide dans des dizaines de secteurs, a déclaré Denys Chmyhal au cours de l’appel, y compris les réseaux de transport, les conduites d’égout et d’eau, les services d’assainissement, les entrepôts industriels, les grands immeubles résidentiels, les conduites de carburant, les services de santé tels que les ambulances et les pharmacies, ou encore les tours de communication mobile.

Le prêt d’urgence de 668 millions d’euros octroyé par la Banque européenne d’investissement à l’Ukraine couvre des besoins de financement pressants. Le concours à venir de 1,3 milliard d’euros financera des infrastructures essentielles dans les domaines des transports, de l’énergie, de l’aménagement urbain et des technologies numériques. La Banque travaille avec ses partenaires de l’Union européenne sur ce dispositif élargi pour aider l’Ukraine et les pays voisins à faire face à la crise des réfugiés et à d’autres problèmes provoqués par la guerre.

 « Dans ce contexte tragique de guerre, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider le pays », a déclaré Werner Hoyer, « et la banque de l’UE sera aux côtés de l’Ukraine lorsqu’elle sera prête à se relever et à reconstruire. »