Un programme coordonné par la banque de l'UE démontre l’impact de la microfinance en Côte d’Ivoire et prouve que le secteur privé peut stimuler le développement durable.

Par Nina Fenton et Claudio Cali

Les institutions de microfinance consacrent tellement d'efforts à leur activité de prêt qu’elles ne disposent souvent pas des ressources nécessaires pour analyser en profondeur l’impact de leur travail. La Banque européenne d’investissement s’est donc associée à un bailleur de fonds ivoirien pour aider ce dernier à déterminer ses points forts et les domaines dans lesquels il peut progresser.

La Première Agence de Microfinance Côte d'Ivoire (« PAMF ») propose des services financiers à plus de 17 000 microentrepreneurs et petits agriculteurs du nord et du centre du pays, qui sont exclus des services bancaires commerciaux. La PAMF a obtenu le soutien du Luxembourg Microfinance Development Fund, qui a lui-même bénéficié du concours financier de la Banque européenne d'investissement au titre de l’enveloppe destinée à l’investissement d’impact dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

La Banque européenne d'investissement a appuyé une étude d’impact visant à analyser en profondeur les incidences des prêts à des groupes solidaires qu’octroie la PAMF. (Les prêts à des groupes solidaires représentent une formule de financement dans le cadre de laquelle les membres de petits groupes empruntent collectivement et s’encouragent mutuellement à rembourser.) Gloria et Guylaine, deux talentueuses chercheuses originaires, respectivement, du Rwanda et du Cameroun, ont interrogé 300 emprunteurs et mené une série d’entretiens avec des informateurs clés. Les résultats auxquels elles ont abouti montrent que :

  • la PAMF est l’une des rares institutions qui touche les clients vivant dans certaines des régions les plus pauvres de Côte d’Ivoire. Le client moyen n’a pas fait d’études ou est peu instruit et vit dans une famille de huit personnes.
  • La PAMF contribue à augmenter l’inclusion financière. Plus de 94 % des emprunteurs souffraient d’exclusion financière avant d’obtenir un prêt de la PAMF.
  • Les clients sont satisfaits des produits et services de la PAMF. En général, ce sont les clients réguliers, plutôt que les nouveaux clients, qui recommandent la PAMF à leurs amis et à leur famille. Ce constat semble indiquer que le niveau global de satisfaction augmente en même temps que la fidélité des clients.
  • Les prêts de la PAMF représentent un tremplin vers l’essor économique et la diversification. La plupart des clients (80 %) ont déclaré qu’ils avaient utilisé leur prêt à des fins professionnelles et un sur trois a affirmé avoir mis en place au moins une activité supplémentaire génératrice de revenus.
>@EIB
©EIB

Grâce à la PAMF, j’ai pu démarrer une autre activité qui est venue compléter le travail à la ferme que j’avais déjà.

  • Une cliente de la PAMF
  • Les prêts de la PAMF ont amélioré les résultats des entreprises. L’étude a mis en lumière l'incidence positive et statistiquement significative des emprunts successifs sur les performances économiques et financières des microentreprises.

Je peux [désormais] subvenir aux besoins de ma famille, j’en suis tellement heureuse.

  • Une cliente de la PAMF

 

  • Les prêts de la PAMF renforcent le bien-être subjectif et réduisent la vulnérabilité. Les emprunteurs réguliers font état d’une augmentation de leur bien-être économique (un sentiment de sécurité des revenus associé à l'amélioration de leur niveau de vie) et ont davantage de chances de pouvoir faire face à des situations difficiles et imprévues.
  • Cependant, l’impact des prêts de la PAMF se fait moins sentir chez les femmes chefs d’entreprises, principales clientes de l’institution. Les femmes ont davantage tendance à avoir une meilleure perception de leur propre bien-être économique, mais les emprunteurs de sexe masculin enregistrent des bénéfices supérieurs de 47 % à ceux des femmes. Ce constat est peut-être le reflet de normes sociales plus larges et de conditions de marché qui pèsent sur le succès des femmes microentrepreneurs en Côte d'Ivoire.

Le prêt que j’ai reçu a soutenu nos activités en tant que groupe mais le problème, c’est que le marché est difficile.

  • Une cliente de la PAMF

Enseignements tirés sur les incidences de la microfinance

La PAMF et le Luxembourg Microfinance Development Fund ont été encouragés par les données prouvant qu’ils exercent un impact positif en faveur des groupes mal desservis. La PAMF assure un suivi constant de ses clients et s’est félicitée de pouvoir analyser en profondeur son profil, à l’aide de l'étude réalisée par la Banque européenne d'investissement et le Global Development Network.

Grâce à l’approche rigoureuse des chercheurs et des experts techniques, la PAMF a pu obtenir une indication quantitative des bénéfices que ses activités engendrent. Ces données permettront à la PAMF de démontrer son impact aux investisseurs existants et potentiels. L’étude a également mis en évidence des axes d’amélioration pour la PAMF et le gestionnaire du fonds, qui visent à renforcer l'impact de leurs activités Le but est de trouver des possibilités d’autonomiser encore davantage les femmes et de renforcer leur capacité de bénéficier des emprunts, mais aussi d'aider les clients à investir dans des actifs productifs plus volumineux afin d'augmenter leur potentiel de gains à long terme.

Par exemple, augmenter la taille des prêts offerts à des groupes de clients réguliers qui réussissent dans leurs projets pourrait contribuer à renforcer leur impact tout en maintenant les risques à un niveau bas. En outre, certains des clients sont peut-être prêts à passer à l'étape suivante et à bénéficier du tout nouveau produit que la PAMF vient de lancer, les prêts destinés aux petites et moyennes entreprises. Il s’agit de prêts dont le montant est un peu plus élevé et qui permettent aux clients admissibles de ne plus recourir aux prêts de groupe.

Les études d'impact de la banque de l’UE

La mesure de l’impact est au cœur des activités que mène la Banque européenne d'investissement dans les pays en voie de développement. Depuis sa création en 1958, la Banque européenne d'investissement a investi plus d’un milliard d’euros, dont environ 10 % hors Union européenne. Ces investissements sont sélectionnés et conçus pour engendrer des bénéfices d’ordre socio-économique et environnemental et assurer la viabilité financière. La BEI suit les résultats de chaque investissement en matière de développement, afin de comprendre ce qui fonctionne et comment elle peut encore renforcer son impact.

La BEI dirige un programme d’études d’impact concernant les investissements d’impact effectués dans le secteur privé, en coopération avec le Global Development Network. Ces études permettent d’approfondir encore l’analyse des incidences de tels projets. Ce programme va au-delà de la mesure des résultats qu’effectue la Banque pour chaque projet, puisqu'il englobe la collecte de données directement auprès des bénéficiaires. Il nécessite du personnel déployé sur le terrain et disposant d’une bonne connaissance du contexte local ;  le programme a ainsi mobilisé 30 chercheurs talentueux issus de pays en développement, chargés d’effectuer des études d’impact sur les projets mis en œuvre dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Les résultats de la première série d’études peuvent être consultés ici.

La recherche est adaptée à différents types d’investissements d’impact Les investissements qu’effectue la Banque européenne d’investissement couvrent toute une gamme, qui va des investissements directs dans l’agroalimentaire au soutien à des sociétés innovantes grâce à des fonds de capital-risque, sans oublier les prêts indirects aux microentreprises via des instruments d’investissement en microfinance.

Les chercheurs coopèrent tout d’abord avec les clients de la BEI pour comprendre leurs modèles économiques et leurs objectifs de développement. Puis ils adaptent leur recherche afin de répondre à des questions d’intérêt mutuel.

Ce programme prouve qu’un travail de recherche universitaire rigoureux peut dynamiser l’impact. Le Global Development Network a fait intervenir des experts de réputation internationale pour formuler des conseils en matière d’incidences sur le développement. Ces conseillers veillent à ce que les études soient menées avec la plus grande rigueur à l’aide des méthodes les plus récentes. Leur validation signifie que les résultats obtenus constituent une base fiable pour la prise de décisions visant à renforcer les incidences, sur le plan du développement, des activités de la Banque européenne d’investissement et de ses clients.

La Banque européenne d’investissement cherche également des preuves empiriques de l'hypothèse qui sous-tend l’investissement d’impact, à savoir que le secteur privé peut être un moteur essentiel du développement durable.

Nina Fenton et Claudio Cali, de la Banque européenne d’investissement (BEI), sont tous deux des économistes spécialisés dans le financement d’impact.