Si l’on fait le bilan de l’année écoulée, comment la BEI a-t-elle contribué à la réussite de ces fêtes de fin de fin d’année ?

Par une belle soirée de réveillon, Le Père Noël dit à son fidèle renne, « Rodolphe mon vieil ami, Peux-tu guider mon traîneau cette nuit ? »

Le renne du Père Noël ne sera pas le seul à éclairer de sa lanterne la région du Cercle polaire arctique, puisque l’un des plus grands parcs éoliens d’Europe est en cours de construction dans le nord de la Suède. 

Une fois terminé, ce parc, qui sera baptisé « Pôle Nord », comptera 1 101 éoliennes ; il a bénéficié d’un financement de 180 millions d’EUR de la Banque européenne d'investissement.

« Nous partons du principe que le Père Noël et son renne sont tout à fait capables de repérer et d’éviter ces éoliennes, tout comme ils le font pour les nombreux autres obstacles qu’ils rencontrent sur leur route », explique Jonas Wolff, ingénieur principal à la BEI spécialiste de l’énergie qui a travaillé sur le financement du projet.

Situé près de Piteå, à 850 km au nord de Stockholm, ce parc éolien reçoit un soutien au titre du Plan d'investissement pour l'Europe. Le Plan permet à la BEI de financer des projets innovants qui, sinon, seraient soumis aux règles en vigueur pour ses prêts classiques.

>@Wikimedia - Piktochart
©Wikimedia - Piktochart

Des radars qui détectent les cheminées

Si le Père Noël et Rodolphe veulent vraiment être sûrs d’éviter les éoliennes, ils peuvent installer des radars de nouvelle génération capables de faire la différence entre les éoliennes et, probablement, les cheminées. Ces radars sont fabriqués par Terma, société avec laquelle la BEI a signé un prêt de 28 millions d’EUR, également dans le cadre du Plan d'investissement pour l'Europe.

Réchauffez les restes du dîner de Noël

En 2011, Juha Sulkanen, chargé de prêts à la BEI, a dû utiliser un poêle à bois pour réchauffer les restes du dîner Noël lors d’une visite en Finlande, son pays d’origine : en raison de températures hivernales trop élevées, le sol n'était pas gelé et lorsqu’une violente tempête s’est abattue sur le pays, des arbres ont été déracinés et sont tombés sur les lignes électriques. Beaucoup de régions du pays ont alors été privées d’électricité.

Juha Suklanen a donc planché sur un prêt BEI de 200 millions d’EUR à Caruna, l’une des principales compagnies de transport d’électricité de Finlande. L'objectif : accélérer la pose de câbles souterrains afin d’empêcher de nouvelles coupures d’électricité à Noël.

Trouver son arbre de Noël

À l’heure actuelle, l’Irlande est le pays de l’UE qui a la plus petite superficie boisée (11 % de son territoire, alors que la moyenne européenne est de 42 %). Pourtant, les Irlandais aiment les conifères, et en particulier l’épicéa de Sitka, l’un des plus grands représentants de cette espèce au monde. La BEI a investi 30 millions d’EUR aux côtés de Dasos Capital Oy, une société de gestion d’investissements forestiers, afin de consolider un portefeuille d’environ 12 000 hectares de zones forestières productives en Irlande et d’en assurer la gestion durable. Vous ne devriez donc avoir aucun mal à trouver un arbre de Noël ...

En quête d’idées de cadeaux ?

Noël ne serait pas Noël sans les cadeaux ; la BEI a accordé un prêt de 10 millions d’EUR à Science4You pour l’aider à financer son expansion. Une fois encore, il s’agit d’un concours dans le cadre du Plan d'investissement pour l'Europe. L’entreprise, établie près de Lisbonne, crée des jouets bruyants, bizarroïdes ou qui, d’une manière ou d’une autre, encouragent les enfants à faire des expériences. Et ils rendent aussi les enfants plus intelligents.

>@Chris Welsch/EIB blog usage
Fête d’anniversaire à Lisbonne organisée autour des jeux de Science4You. (Photo : Chris Welsch, copyright BEI) ©Chris Welsch/EIB blog usage

Sucreries

Si pour vous Noël est synonyme de sucreries, essayez de manger un chocolat bon pour la santé. Enfin, bon pour votre cœur au moins ... Cette année, la BEI a financé l’Université de Lettonie, une institution qui attache une grande importance à la recherche-développement. Et quelquefois, les fruits de cette recherche-développement peuvent être de taille relativement petite, comme des pilules au chocolat par exemple. Il est recommandé d’en prendre quatre par jour. Mais demandez quand même conseil à un professionnel de la santé si vous consommez déjà du chocolat pendant les fêtes de fin d’année.

Vous pouvez également opter, à la place, pour des truffes végétaliennes et des barres à la cacahuète d’Arzu, une entreprise agroalimentaire des Pays-Bas. Arzu envisage de s’agrandir, avec le soutien d’une société innovante de technologie financière, iZettle, qui a récemment reçu un concours de la BEI.

Mais n’oublions pas le vin !

Et si vous essayiez quelque chose de différent cette année ? Du vin de Moldavie par exemple. La Moldavie produit du vin depuis 5 000 ans et selon certains rapports, ce pays possède la plus grande densité d’exploitations viticoles au monde. Ces dernières années, la BEI a accordé un prêt de 75 millions d’EUR à l’industrie viticole moldave afin d’améliorer la qualité de la production et d’augmenter les exportations vers d’autres pays que la Russie.

Pour atteindre cet objectif, les banques moldaves ont utilisé un financement de la BEI pour accorder des prêts à des vignerons, des producteurs de vin, des entreprises assurant la mise en bouteille, aux imprimeries qui réalisent les étiquettes, et même à l’université technique de Moldavie où un équipement de laboratoire moderne permet désormais d’analyser le vin et d’en améliorer la qualité.

La BEI a également fourni une assistance technique au secteur, par exemple en emmenant des agriculteurs et des viticulteurs moldaves en voyage pour qu’ils apprennent différentes méthodes mises en œuvre en Italie, au Luxembourg et en France.

Les efforts entrepris pour améliorer la qualité du vin moldave progressent bien. Les exportations du pays vers de nouveaux marchés tels que la République tchèque, la Slovaquie, la Lettonie, la Roumanie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie et même la Chine et le Nigeria, ont enregistré une hausse considérable. Les exportations vers les pays de l’UE ont augmenté de quelque 50 % entre 2010 et 2015.

Quand Rodolphe le renne conduira le traineau du Père Noël, en quittant le Grand Nord, il découvrira que l’économie européenne, d’humeur maussade il y a quelques années, est à nouveau dans de meilleures dispositions. Et tous ces projets soutenus par la BEI y ont contribué. L’année prochaine, nous espérons vivement pouvoir vous parler d’un prêt pour financer la production de gui.