>@EIB
  • Un prêt de 110,4 millions d’EUR permettra de financer l’installation de systèmes d’épuration des gaz d’échappement et de gestion des eaux de ballast sur 42 navires Spliethoff, dans le cadre d’un partenariat BEI-ING doté d’une enveloppe de 300 millions d’EUR à l’appui du transport maritime écologique.
  • Le concours de la BEI sera garanti au titre du « Plan Juncker » et du « Mécanisme pour l’interconnexion en Europe ».

ING et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont signé ce jour un accord de prêt de 110 millions d’EUR destiné à la société gestionnaire de navires néerlandaise Spliethoff’s Bevrachtingskantoor B.V. qui permettra à l’entreprise de financer la modernisation de 42 navires de sa flotte dans lesquels seront installés des épurateurs de gaz d’échappement et des systèmes de gestion des eaux de ballast. Spliethoff pourra ainsi se conformer aux réglementations de l’Organisation maritime internationale (OMI) et de l’UE régissant les émissions atmosphériques et la prévention du rejet d’agents pathogènes nuisibles à l’environnement marin. Le prêt de la BEI bénéficiera de la garantie du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), le pilier central du Plan d’investissement pour l’Europe, et du « Mécanisme pour l’interconnexion en Europe ».

Ce prêt s’inscrit dans le cadre du partenariat entre ING et la BEI signé en 2018 à l’appui de l’éco-transport maritime et dont l’enveloppe de 300 millions d’EUR permettra de consentir des lignes de crédit à des conditions avantageuses à des promoteurs de projets verts et durables dans le secteur du transport maritime. La BEI contribuera à hauteur de 49,5 millions d’EUR à un mécanisme de 110,4 millions d’EUR mis en place par ING Bank NV pour financer l’installation de systèmes d’épuration des gaz d’échappement et de gestion des eaux de ballast sur 42 navires de Spliethoff’s Bevrachtingskantoor BV. Dix-sept bâtiments de cette flotte seront équipés des deux systèmes, tandis que cinq bateaux seront dotés d’épurateurs et vingt autres de systèmes de gestion des eaux de ballast.

Les navires ainsi modernisés verront leurs émissions d’oxydes de soufre (SOx) et de particules fines considérablement réduites et empêcheront le transfert en mer d’espèces invasives et de maladies dans les eaux de ballast.

Vazil Hudák, vice-président de la BEI : « Le partenariat entre la BEI et ING montre qu’un secteur des transports plus « vert » est non seulement important pour l’environnement, mais a également du sens sur le plan économique. Le soutien de la Commission européenne contribue à faciliter le financement du transport maritime par la Banque, ce qui constitue une belle illustration de la collaboration intereuropéenne. »

Michel Fransen, le directeur financier du Groupe Spliethoff, a déclaré : « Nous installons des épurateurs sur nos navires depuis 2013 et nous sommes absolument ravis des résultats obtenus à ce jour. Ces systèmes très respectueux de l’environnement permettent de se conformer à la réglementation OMI 2020. À l’avenir, le gaz naturel liquéfié ou l’hydrogène pourraient s’avérer des alternatives encore plus intéressantes, mais seulement à plus long terme. Les investissements dans les épurateurs contribuent également à protéger les intérêts de nos actionnaires contre les incertitudes liées à la disponibilité et au prix du carburant. »

Stephen Fewster, responsable à l’échelle mondiale du département Shipping d’ING, a déclaré : « La viabilité est une priorité stratégique importante pour ING. En tant que banque, notre impact maximum s’appuie sur nos financements. C’est pourquoi nous sommes très fiers de nous associer à la BEI pour apporter notre concours financier à Spliethoff afin de l’aider à adopter un modèle économique plus durable tout en respectant des normes environnementales de plus en plus strictes. »

Le cabinet Loyens & Loeff est intervenu en qualité de conseil juridique pour  ING Bank et a coordonné la documentation contractuelle entre les trois parties.