En Suède, deux fabricants de batteries innovants ambitionnent de fournir de l’énergie propre pour votre domicile et votre voiture.

Lorsqu’il y a du vent ou du soleil, les parcs éoliens et solaires produisent de l’énergie renouvelable. Mais le vent ne souffle pas en permanence et le soleil ne brille pas forcément au moment précis où nous voulons utiliser de l’électricité. C’est pourquoi les technologies liées aux batteries jouent un rôle si important pour bâtir un avenir vert. Nilar et Northvolt, deux entreprises suédoises, produisent des batteries qui stockent de l’énergie verte à utiliser quand – et où – l’on en a besoin.

Nilar, qui développe depuis plus de quinze ans des batteries au nickel grand format (une nouveauté), est passée en phase de commercialisation en 2019. Les batteries nickel-hydrure métallique de l’entreprise sont conçues pour stocker de l’énergie renouvelable dans des habitations ou des locaux commerciaux, municipaux et industriels. L’on n’y a pas recours dans les véhicules tout électriques, car le nickel est un métal plus lourd que le lithium employé, lui, dans les véhicules électriques. Toutefois, les batteries de stockage d’énergie de Nilar peuvent être utilisées en toute sécurité dans les bâtiments, puisque leur composition au nickel-hydrure métallique ne les rend pas inflammables. En outre, elles ont une durée de vie de vingt ans et peuvent être recyclées de manière rentable.

Les coûts des batteries sont en baisse. Depuis 2010, le coût des batteries lithium-ion pour véhicules électriques a chuté de près de 90 % et celui des batteries de stockage stationnaire en nickel a diminué d’environ deux tiers. Cependant, la quasi-totalité des batteries évoluées sont actuellement importées de pays extérieurs à l’Union européenne. L’évolution des prix rendant les batteries plus abordables, il est important de renforcer leur production en Europe, où le marché de l’énergie propre croît à pas de géant. Toutefois, développer des batteries est un processus long, incertain et coûteux ; pour qu’une entreprise soit compétitive, elle doit produire des volumes conséquents, de sorte qu’il est difficile pour les entreprises en phase de démarrage de trouver des investisseurs commerciaux et des financements auprès des banques.

>@Nilar
©Nilar

Les fabricants de batteries suédois et la banque de l’UE

Nilar, qui ne dispose pas d’antécédents commerciaux solides, est le type même d’entreprise pour laquelle le financement de la Banque européenne d’investissement est vital. La banque de l’UE soutient la recherche et le déploiement à plus grande échelle de produits innovants, afin qu’ils deviennent plus attrayants aux yeux des investisseurs privés.

Selon Michael Obermayer, président de Nilar, « la Banque européenne d’investissement joue un rôle extrêmement important pour stimuler l’innovation à un rythme rapide, dans les petites entreprises disposant de toutes nouvelles technologies ».

Les entreprises technologiques ayant des projets innovants, qui ne sont pas en mesure de surmonter l’obstacle que représente une expansion à forte intensité de capital, ne peuvent pas se développer et il est possible que leurs idées restent dans un tiroir.  « La volonté de la Banque européenne d’investissement d’aider Nilar à amener sa technologie sur le marché, au lancement de la phase de commercialisation, grâce aux prêts qu’elle accorde, est cruciale », ajoute Michael Obermayer.

Les batteries de Nilar sont utilisées pour stocker l’électricité issue de sources d’énergie renouvelables, mais aussi pour équilibrer les flux d’électricité dans les bâtiments commerciaux et pour faciliter la recharge rapide des véhicules électriques. Cela signifie que l’énergie générée – à une échelle relativement réduite par des panneaux solaires installés sur les maisons des « prosommateurs », qui tout à la fois produisent et consomment de l’énergie, ainsi qu’à plus grande échelle par des centrales hydroélectriques, solaires ou éoliennes – peut être stockée et consommée localement, tout excédent étant vendu sur le réseau. Le stockage d’énergie renouvelable sur batteries signifie que de l’énergie propre est disponible lorsqu’elle est nécessaire, et pas seulement lorsque les conditions climatiques sont favorables.

Les batteries de nouvelle génération jouent un rôle central face à l’objectif de la Commission européenne, qui vise à réduire les émissions de carbone de 55 % d’ici à 2030. Elles contribueront également à renforcer l’indépendance énergétique et, partant, la sécurité énergétique en Europe.

Des véhicules et des éoliennes qui virent au vert

Vertes, les batteries de Northvolt le sont également. Toutefois, contrairement à celles de Nilar, les batteries lithium-ion de Northvolt sont principalement destinées à alimenter des véhicules électriques, lesquels n’utilisent pas une seule batterie comme le ferait un téléphone, mais plutôt un assemblage de milliers de cellules lithium-ion individuelles qui fonctionnent ensemble. Lorsque la voiture se recharge, l’électricité est stockée par voie chimique à l’intérieur des unités. Quand la voiture se déplace, la batterie alimente le moteur électrique en énergie sans rejeter de carbone. Le remplacement des voitures polluantes par des véhicules électriques propres est un jalon essentiel de la transition écologique.

Nilar et Northvolt bénéficient de prêts de la BEI qui relèvent, en partie, du dispositif InnovFin de la Commission européenne, qui finance des projets de démonstration innovants dans les domaines de la transition des systèmes énergétiques, et notamment du stockage de l’énergie.

Le prêt de 46 millions d’euros qu’accorde la Banque européenne d’investissement à Nilar aidera cette entreprise à monter en puissance pour passer d’une chaîne de fabrication à huit. Les batteries de Nilar seront utiles pour les propriétaires de logements et les entreprises commerciales et industrielles équipés de panneaux solaires, ainsi que pour les petites centrales produisant de l’énergie renouvelable, en leur permettant de vendre leurs excédents d’énergie verte.

La demande de stockage stationnaire d’énergie connaît une hausse, car les prix de l’électricité n’incitent pas encore les prosommateurs et les producteurs à alimenter le réseau. Il est donc justifié, du point de vue économique, de stocker de l’énergie.  Les batteries de stockage stationnaire d’énergie permettent aux producteurs d’utiliser eux-mêmes l’électricité qu’ils produisent ou de la vendre en cas de périodes de forte demande et lorsque le prix de l’énergie verte est plus élevé.

« En matière de production de batteries, ce sont l’échelle et le volume qui comptent », déclare François Gaudet, membre de l’équipe de la Banque européenne d’investissement qui a travaillé sur ce projet. « Il était essentiel que le projet Nilar permette une expansion de l’entreprise, afin d’améliorer la compétitivité de ses produits et de prouver sa viabilité. Notre investissement a permis d’y parvenir d’un seul coup. Si vous voulez vendre davantage de batteries, vous devez prouver que vous êtes fiable. Il fallait que Nilar se développe pour devenir rentable. Faute de quoi, la technologie mise au point risquait de rester dans un tiroir ou d’être vendue, éventuellement en dehors de l’UE. »

Montée en puissance chez les fabricants de batteries suédois

La volonté de développer la production a également joué un rôle moteur dans le soutien apporté par la banque de l’UE aux batteries pour véhicules électriques de Northvolt.

Grâce à un prêt de la Banque européenne d’investissement octroyé dans le cadre d’InnovFin, l’entreprise a construit une installation de démonstration de son concept à Västerås, non loin de Stockholm. Cette usine a commencé à produire ce nouveau type de batteries à la fin de l’année 2019.

Northvolt a déjà franchi l’étape suivante, qui se présente sous la forme d’une usine de batteries lithium-ion située à Skellefteå, dans le nord-est de la Suède ; elle emploiera jusqu’à 1 400 personnes et ouvrira la voie à l’installation d’une nouvelle capacité de production de batteries de 32 gigawattheures d’ici à 2023, voire de 40 gigawattheures dans les années qui suivront, selon les plans de l’entreprise.

L’usine de Skellefteå bénéficie d’un autre prêt de la BEI, cette fois d’un montant de 350 millions de dollars, couvert par la garantie du Fonds européen pour les investissements stratégiques, qui relève du Plan d’investissement pour l’Europe. « Le stockage des énergies renouvelables est la clé d’une société à bilan carbone neutre », affirme Peter Carlsson, le PDG de Northvolt, « et les batteries sont essentielles pour y parvenir ».