La BEI oriente les Balkans occidentaux sur la voie de l’Union européenne

Les Balkans occidentaux sont au cœur de l’histoire de l’Europe depuis des temps immémoriaux. Leur culture, art et économie ont contribué à façonner l’Europe.

La Banque de l’Union européenne est active dans les Balkans occidentaux depuis 1977. Elle est le plus grand bailleur de fonds international dans la région. Après les tumultueuses années 90 dans les Balkans, la BEI a intensifié ses efforts afin d’orienter la région sur la voie de l’intégration européenne, conformément à la politique d’élargissement de l’Union européenne (UE).

>@EIB
©EIB

À la fin des années 90, les financements de la Banque ont surtout concerné la reconstruction et la réfection urgentes de ponts, de lignes ferroviaires, de routes, de ports et d’aéroports endommagés.

>@EIB
©EIB

Depuis 2010, la BEI a étendu son activité dans les Balkans occidentaux à de nombreux nouveaux domaines, tels que la santé, l’éducation ou la recherche-développement. Elle a également commencé à prêter main forte au secteur privé en procédant à des investissements étrangers directs et en offrant son concours aux petites et moyennes entreprises (PME).

L’activité de la BEI

Dans le cadre de stratégie globale de l’UE en faveur de la région, la BEI améliore les conditions de vie des populations dans les Balkans occidentaux en apportant financements et compétences dans quatre domaines principaux : l’innovation, les petites entreprises, les infrastructures et l’action en faveur du climat. L’activité de la BEI dans ces domaines accompagne la mise en œuvre de la nouvelle stratégie européenne de la Commission européenne pour les Balkans occidentaux, notamment les volets visant à améliorer le développement socio-économique, la connectivité et l’introduction de la stratégie numérique. La BEI joue un rôle clé dans le Cadre d’investissement en faveur des Balkans occidentaux, initiative menée sous la houlette de la Commission combinant des aides de l’UE avec des prêts émanant d’institutions financières internationales, en vue de préparer et mettre en œuvre des investissements dans des domaines tels que les transports, l’énergie et le développement du secteur privé, considérés comme des priorités absolues par les gouvernements des Balkans occidentaux et l’UE.

Infrastructures

Les pays des Balkans occidentaux disposent en moyenne de 54 km de routes tous les 100 km2 de superficie, alors que les pays de l’UE d’Europe centrale et du sud-est, à l’exclusion de la Roumanie et de la Bulgarie, disposent en moyenne de 126 km de routes par 100 km2. Les gouvernements des Balkans occidentaux et la Commission européenne ont fait de l’amélioration des liaisons de transport d’ici 2020 une priorité. L’objectif est d’améliorer les connexions entre les pays des Balkans occidentaux et entre ceux-ci et l’UE.

>@Shutterstock
©Shutterstock

Le réseau ferré du Monténégro était l’une des grandes réussites du pays. Il s’agissait du projet d’infrastructure le plus ambitieux et le plus onéreux de l’ancienne fédération yougoslave. Cependant, il est aujourd’hui tombé dans un état de délabrement complet. Avec l’aide de la Banque européenne d’investissement, le réseau s’apprête à renaître de ses cendres. L’année dernière, la banque de l’UE a approuvé un prêt de 20 millions d’EUR destiné à financer la remise en état de la ligne qui relie Bar à Vrbnica, le long de la frontière avec la Serbie.

« En investissant dans l’amélioration des liaisons ferroviaires, nous contribuons à mettre en place des moyens de transport plus sûrs, plus propres et plus rapides qui rapprocheront la population de ce pays de ses voisins et de l’Union européenne », explique Dubravka Nègre, représentante régionale de la BEI pour les Balkans occidentaux.

>@Ministry of Finance of Kosovo
©Ministry of Finance of Kosovo

En 2013, la BEI a signé avec le Kosovo un accord-cadre qui lui permet de financer des projets prioritaires dans les secteurs de l'environnement, des transports, des télécommunications et des infrastructures énergétiques – tous essentiels pour le développement de ce pays. Cette année, la BEI a signé un prêt relatif à une autoroute, qui représente son aide financière la plus importante jamais accordée au Kosovo.

« Ce prêt est le plus élevé que le Kosovo ait jamais contracté », explique Lum Mita, directeur de la coopération financière internationale au ministère kosovar des finances. « Il représente 1,8 % du PIB du pays. » Cette nouvelle voie de circulation divisera par deux le temps requis pour relier Peja à Pristina, sur un axe emprunté chaque jour par 15 000 véhicules et qui absorbe 95 % du transport de fret et de voyageurs au Kosovo.

>@EIB
©EIB

La Banque a également soutenu la santé publique en Serbie, où les travaux de l’établissement hospitalier de Niš étaient au point mort depuis un demi-siècle jusqu’à ce que la BEI contribue au financement de la construction du centre de soins le plus moderne du pays.

>@EIB
©EIB

La construction du nouvel hôpital a débuté en 2013, dans le cadre d’un programme d'investissement de 430 millions d’EUR destiné à moderniser les établissements de soins de tout le pays. La Banque européenne d’investissement a consenti un prêt de 200 millions d’EUR en faveur de ce programme et a facilité l’octroi de subventions européennes. L’objectif est d’améliorer la qualité des soins de santé sur l’ensemble du territoire de la Serbie et de les rendre plus accessibles à la majorité de la population. Outre le nouvel hôpital de Niš, le projet prévoit également la conception, la construction, la rénovation et l’équipement de centres de soins à Belgrade, Novi Sad et Kragujevac.

Petites et moyennes entreprises

Supérieure à celle constatée au sein de l’UE, la contribution des PME des Balkans occidentaux à l’emploi suggère que les petites entreprises y jouent un rôle encore plus déterminant pour la croissance économique de la région. Les perspectives économiques de celle-ci dépendent en grande partie du succès des PME, d’où la proposition de la BEI relative à une série d’instruments financiers permettant de soutenir les PME dans l’ensemble des Balkans occidentaux, y compris dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine.

>@Bakery Dime
©Bakery Dime

À ce jour, la BEI et la Banque macédonienne de promotion du développement ont collaboré sur quatre opérations visant à soutenir des PME et des investissements industriels dans les domaines de l’économie de la connaissance, de l’énergie, de la protection de l’environnement et des services. Ces prêts s’élèvent au total à 350 millions d’EUR. Cette somme a des retombées considérables étant donné que près de 280 000 personnes travaillent dans plus de 54 000 PME dans le pays.

À travers ces prêts, la Banque a aidé deux familles à prendre leur envol et à faire de leurs PME de grandes marques nationales.

>@SOKO Gorica
©SOKO Gorica

Innovation

En Serbie, la Banque a financé le parc scientifique et technologique de Belgrade, la capitale du pays. Le parc rassemble de jeunes innovateurs et des entreprises en phase de démarrage.

>@Science Technology Park Belgrade
©Science Technology Park Belgrade

En 2010, la Banque européenne d’investissement et l’État serbe ont signé un prêt de 200 millions d’EUR destiné à revitaliser l’activité de recherche-développement publique dans le pays. Répartis sur l’ensemble du pays, ces investissements permettront de moderniser les installations et les infrastructures de recherche, d’offrir un nouveau centre scientifique ouvert au public pour promouvoir la culture scientifique, de construire de nouvelles installations d’accueil des étudiants et des jeunes scientifiques et d’améliorer les infrastructures dans le domaine des sciences médicales. Des subventions de l’UE représentant un montant total de 3,5 millions d’EUR ont beaucoup facilité la réalisation de ce projet.

Climat

>@Vode Srpske
©Vode Srpske

En mai 2014, l’Europe du Sud-Est a été frappée par les précipitations les plus importantes jamais enregistrées. La Serbie et la Bosnie-Herzégovine ont été le plus durement touchées. C’était la deuxième fois depuis 2010 que la Bosnie-Herzégovine connaissait des crues massives. Plus de 100 000 personnes ont été touchées : 33 000 ont dû être évacuées de leurs maisons, 35 000 bâtiments résidentiels et autres et près de 90 000 hectares de terrains agricoles et constructibles étaient sous les eaux. Au total, ces inondations ont occasionné près d’un milliard d’EUR de dégâts.

>@Vode Srpske/Vode Srpske
©Vode Srpske/Vode Srpske

La Banque européenne d’investissement aide la République serbe de Bosnie au moyen d’un prêt de 55 millions d’EUR destiné à la reconstruction d’urgence des installations de protection contre les inondations le long de la Save et de ses affluents. Le projet porte notamment sur la remise en état de 78 km de digues et de 163 km de canaux, ainsi que sur d’autres outils de prévention des inondations.

Dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, la Banque européenne d’investissement et le gouvernement ont signé un prêt de 50 millions d’EUR afin d’accroître l’approvisionnement en eau dans les zones rurales et d’améliorer l’évacuation des eaux usées dans tout le pays. Le projet a relevé la qualité de l’eau dans la plupart des 84 municipalités, améliorant ainsi l’environnement et la santé publique.

>@Ministry of Transport and Communication - GEING Krebs und Kiefer International & others Ltd
©Ministry of Transport and Communication - GEING Krebs und Kiefer International & others Ltd

Initiative Résilience économique

La BEI a intensifié son soutien aux voisins de l’UE, en particulier aux pays du voisinage méridional et des Balkans occidentaux, aux fins de la croissance économique et de la réalisation des objectifs de développement durable. Ce soutien supplémentaire est devenu nécessaire dans le contexte de la crise des migrations, qui a multiplié les défis liés au développement dans ces régions, suscitant des questionnements quant à la résilience économique de plusieurs pays. Rendre les économies plus résilientes signifie moderniser et développer les infrastructures sociales et économiques et stimuler la croissance et la création d’emplois dans le secteur privé.

La nouvelle initiative Résilience économique de la BEI marque un véritable tournant dans le soutien de la Banque aux pays relevant de ces deux voisinages. La Banque envisage d’apporter un financement de 6 milliards d’EUR sur une période de cinq ans ayant débuté en 2016 – en plus des 7,5 milliards d’EUR déjà prévus – en vue de mobiliser jusqu’à 15 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires en faveur des deux régions.

Pour mieux connaître les activités de la BEI dans la région, téléchargez une brochure détaillée et imprimable.

Cette désignation ne préjuge en rien de la position exprimée par les États membres de l’UE sur le statut du Kosovo et est compatible avec la résolution 1244/1999 du Conseil de sécurité des Nations unies et avec l’avis rendu par la Cour internationale de justice le 22 juillet 2010 au sujet de la déclaration d’indépendance du Kosovo.