Malgré la pandémie de COVID-19, la construction de la nouvelle autoroute de Bosnie-Herzégovine progresse, grâce à des subventions de l’UE, à des financements de la banque de l’UE – et au refus de baisser les bras.

Dans les Balkans occidentaux, les gens savent se montrer persévérants, même lorsque les temps sont durs. Il est malgré tout impressionnant de constater qu’en dépit des difficultés économiques et sociales liées à la pandémie de COVID-19, les travaux de construction d’une nouvelle artère de circulation en Bosnie-Herzégovine continuent de métamorphoser le terrain accidenté en une autoroute moderne au tracé élégant, qui renforcera la sécurité routière tout en permettant des déplacements plus rapides.

C’est grâce aux mesures de précaution mises en place par les autorités de Bosnie-Herzégovine et aux protocoles de sécurité rigoureux prévus par les entrepreneurs, qui ont fourni des équipements de protection, que les travaux portant sur ce grand axe autoroutier régional, connu sous le nom de corridor Vc, ont pu progresser sans interruption. La santé des ouvriers du chantier fait l’objet d’un suivi quotidien et les sites sont régulièrement désinfectés. L’objectif de ces efforts est de poursuivre les opérations, de préserver les emplois et d’assurer des revenus réguliers aux personnes engagées dans ce projet.

« Nous nous efforçons de réorganiser notre travail autant que possible et de continuer notre tâche comme nous le ferions dans des circonstances normales », témoigne Semir Muslic, superviseur de chantier auprès de l’un des entrepreneurs chargés de construire le tunnel Ivan.

« Les chantiers de construction constituent des zones isolées. Nous travaillons plusieurs jours d’affilée et rentrons rarement chez nous, afin de réduire le risque d’exposition. Ici, tous les ouvriers forment comme une famille. Pour nous, ce qui compte le plus, c’est de rester en bonne santé et de conserver nos emplois. »

Malgré la pandémie de COVID-19, la Bosnie-Herzégovine veille à un approvisionnement en temps et en heure

Mettre en place des mesures et des restrictions adéquates en matière de sécurité sanitaire, tout en assurant l’acquisition et la livraison en temps voulu des matériaux de construction et des pièces de rechange pour les machines représente un défi de taille. La pandémie de COVID-19 a perturbé les chaînes d’approvisionnement et de production à l’échelle mondiale. Le soutien de l’UE, par le biais de diverses initiatives, est essentiel pour les Balkans occidentaux, car il facilite la circulation des marchandises à l’intérieur de la région et à destination de l’UE, pour toutes sortes de projets, y compris pour la construction du corridor Vc.

« Malgré la crise actuelle causée par le coronavirus, qui aura des conséquences importantes sur l’économie et le budget, les autorités de la Republika Srpska ne renoncent pas à leurs projets stratégiques, ni à la dynamique et au calendrier prévus pour leur mise en œuvre », a déclaré Djordje Popovic, le ministre des transports et des communications de la Republika Srpska, l’une des deux entités qui composent la Bosnie-Herzégovine. « Nous espérons que, pour tous ces projets, nous bénéficierons comme par le passé du soutien de l’Union européenne et que les subventions prévues pour les projets de transport ne seront pas réduites. »

>@EIB
©EIB

Des trajets domicile-travail plus rapides pour 1,5 million de personnes

Cet ambitieux programme d’investissement a une portée considérable. Le corridor Vc est l’un des plus importants projets de transport de la région ; il reliera la Hongrie à la Bosnie-Herzégovine, en passant par l’est de la Croatie, jusqu’à la mer Adriatique. La Banque européenne d’investissement a investi 631 millions d’euros dans la construction d’un tronçon autoroutier de 102 km sur ce corridor.

Ces fonds ont été complétés par des prêts de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et des subventions de l’UE de plus de 200 millions d’euros octroyées dans le cadre du Programme de connectivité. Les ressources ont été acheminées par l’intermédiaire du Cadre d’investissement en faveur des Balkans occidentaux, un mécanisme de panachage soutenant l’élargissement de l’UE et le développement socio-économique de la région.

En août, une autre subvention de l’UE d’un montant de 11,8 millions d’euros a été débloquée pour financer la construction du tronçon de 6,9 km Tarčin-Ivan du corridor Vc.

« La Banque européenne d’investissement reste attachée au développement durable à long terme de la Bosnie-Herzégovine, et elle est fière d’être l’un des principaux bailleurs de fonds en faveur de l’infrastructure routière du pays », a déclaré Matteo Rivellini, chef de la division chargée des opérations de prêt en Croatie, en Slovénie et dans les Balkans occidentaux à la banque de l’UE.

« Étant donné que les autoroutes sont des moteurs de développement économique et social, ce tronçon accélérera l’intégration de la Bosnie-Herzégovine avec l’UE et contribuera à créer de nouveaux débouchés commerciaux dans l’ensemble de la région, avec à la clé des emplois et des revenus pour les citoyens ordinaires. »

Et Matteo Rivellini d’ajouter : « En cette période d’incertitude économique due à la pandémie de COVID-19, des investissements stratégiques tels que celui-ci envoient un signal clair : la banque de l’UE demeure un partenaire fiable pour les Balkans occidentaux. »

L’interconnexion des villes, des régions et des pays crée toute une palette de nouvelles possibilités de croissance socio-économique, d’emploi et d’échanges commerciaux régionaux. Les routes modernes contribuent à renforcer la sécurité et à réduire le nombre d’accidents et les coûts d’exploitation des véhicules. Aujourd’hui, 1,5 million d’habitants le long du corridor Vc ont accès à une nouvelle autoroute qui leur permet de réduire leur temps de trajet presque de moitié.

La mise en place de réseaux de transport plus sûrs, plus rapides, plus efficaces et plus intelligents est une condition préalable à la création d’un marché plus cohérent et intégré dans la région et elle est indispensable à l’amélioration des conditions de vie des populations dans les Balkans occidentaux.

Et même le coronavirus ne pourra y mettre un frein.