NaviLens crée un langage numérique basé sur la signalétique pour les déficients visuels à l’aide d’ensembles de carrés colorés et de téléphones portables

Par Chris Welsch

Quand Marc Powell a entendu parler d’une technologie qui s’appuie sur les smartphones pour guider des personnes dans une gare, il a pensé que c’était trop beau pour être vrai.

Marc, qui est aveugle, explique qu’il a besoin de se rendre dans une gare du Royaume-Uni – où il vit – entre 10 et 15 fois avant de mémoriser le trajet. À la suite d’un voyage à Murcie en Espagne, il est devenu un fervent adepte d’un nouveau système de navigation.

« J’étais dans une gare à l’étranger, mais j’arrivais à trouver facilement mon chemin alors que c’était la toute première fois », se rappelle-t-il.

 

>@EIB Institute
©EIB Institute

Marc essayait alors NaviLens, une application qui utilise une caméra de smartphone pour lire une nouvelle forme de code QR. Un panonceau de 20 cm² codé par NaviLens peut facilement être déchiffré à une distance de 12 mètres et sous différents angles. Au fur et à mesure que l’utilisateur traverse la gare avec la caméra du téléphone tournée vers l’extérieur, l’application lit les codes QR NaviLens qui ont été ajoutés aux affichages habituels. L’application donne en temps réel des instructions vocales, par exemple en indiquant quelle distance il faut parcourir et où tourner pour trouver un train, avant de préciser si dernier est à l’heure.

Des entreprises qui œuvrent pour le bien de la société

Basée à Murcie en Espagne, NaviLens a remporté cette année le premier prix de la Catégorie générale du concours de l’innovation sociale organisé par l’Institut BEI. Ce concours récompense les entreprises qui créent des produits ou services qui apportent des solutions à des problèmes sociétaux. Ce prix s’accompagne d’une enveloppe de 50 000 euros et d’un programme de mentorat d’entreprise en partenariat avec les équipes Transaction Advisory Services d’Ernst & Young en Belgique.

« Notre équipe a vraiment explosé de joie », explique Javier Pita, cofondateur de NaviLens, à propos de cette récompense. « À force de travail et de patience depuis nos débuts en 2012, nous sommes en passe de concrétiser notre rêve. C’est une reconnaissance formidable pour nous et une occasion de sensibiliser le public. »

>@NaviLens
Pour découvrir comment fonctionne le panonceau codé et où se trouve cette ligne de métro, téléchargez l’application NaviLens et visez cette photo avec votre téléphone. ©NaviLens

TMB, la société de transports publics de Barcelone, a été le premier gros client de NaviLens. On peut désormais trouver la signalétique NaviLens dans ses 159 stations de métro et sur ses 2 400 arrêts de bus. La ville de Murcie utilise cette signalétique sur son réseau de transports en commun. L’arrondissement de Brooklyn à New York l’a testée dans une station de métro dans le cadre d’un programme-pilote et Los Angeles l’a utilisée dans l’ensemble de la gare Union Station.

Une communication numérique fiable et efficace basée sur la signalétique

Marc Powell, qui vit près de Cambridge, est le responsable stratégique des questions d’accessibilité au Royal National Institute of Blind People (RNIB). Il s’est rendu dans les locaux de NaviLens en Espagne et s’est servi de cette technologie pour se déplacer dans Murcie. Il a même visité le musée archéologique de la ville, qui utilise la signalétique NaviLens pour aider les personnes atteintes d’une déficience visuelle. « J’ai été vraiment très impressionné », se rappelle-t-il avant d’ajouter que le RNIB a évalué plus de 50 technologies de localisation et d’orientation et conclu que celle de NaviLens était la meilleure. « Nous appuyons cette technologie. Elle est tellement simple à mettre en œuvre, en plus d’être fiable et efficace. »

Javier Pita a consacré une grande partie de sa carrière aux technologies pouvant être utilisées pour aider les aveugles et les malvoyants. Fort de son expérience dans l’administration des affaires et les technologies de l’information, il est aussi motivé par la déficience visuelle dont est atteint son frère.

Il a souhaité mettre à profit les technologies existantes, largement disponibles, pour créer une solution qui aurait un large impact. En 2012, il a commencé à travailler avec des chercheurs de l’université d’Alicante qui essayaient aussi de trouver des solutions pour aider les personnes souffrant d’une déficience visuelle à se déplacer plus facilement.

>@NaviLens
Javier Pita, cofondateur de NaviLens, a consacré une grande partie de sa carrière aux technologies pouvant être utilisées pour aider les aveugles et les malvoyants. ( ©NaviLens

Ils ont été séduits par l’idée d’utiliser des codes QR, qui existent depuis le début des années 1990. Cependant, pour lire un code QR standard il faut se trouver à proximité et en face, sa lecture n’étant pas possible sur les côtés. Ils ont donc décidé d’élaborer un nouveau code QR qui pourrait être lu facilement à distance et sous divers angles.

Au bout de cinq années de développement, en 2017, ils ont finalisé ce système qui se base sur des ensembles de carrés colorés pour faire le lien avec des informations en ligne. À l’aide de la caméra du téléphone, l’application peut reconnaître le code sans même faire une mise au point dessus et elle télécharge les informations en 0,03 seconde, puis donne des instructions vocales à l’utilisateur. Plus grand est le panonceau, plus grande est la distance à partir de laquelle il peut être lu par l’application du téléphone.

Cette application gratuite fonctionne sur tous les appareils, même les plus anciens, qu’ils soient équipés du système d’exploitation iOS (iPhone) ou Android. Elle est facile à utiliser et peut profiter à tout le monde. L’application fonctionne dans 33 langues. Par conséquent, si un touriste espagnol se sert de cette technologie au Japon, elle traduit automatiquement la signalisation et les instructions du japonais vers l’espagnol sous forme écrite, ce qui en fait un outil utile en voyage, même pour les personnes ne présentant pas de déficience visuelle.

Son potentiel va au-delà des déplacements et de la mobilité. Le spécialiste de l’agroalimentaire Kellogg’s a adopté NaviLens dans le cadre d’un projet-pilote mené dans 60 magasins au Royaume-Uni : il a placé le code QR sur les boîtes de Coco Pops afin que les personnes atteintes d’une déficience visuelle puissent trouver le produit et ensuite disposer de toutes les informations nutritionnelles et autres que les personnes ne présentant pas ce handicap tiennent pour acquises.

Une reconnaissance plus large est en route. La jeune pousse, qui compte 15 employés, a remporté d’autres prix récompensant l’innovation sociale en Espagne et a fait l’objet d’une publication dans la MIT Technology Review.

Javier entend persuader d’autres villes en Europe et ailleurs d’adopter cette technologie, pour ainsi aider les 39 millions d’aveugles et 246 millions de malvoyants dans le monde à acquérir plus d'indépendance et de liberté.

« C’est ce qui me motive, tant moralement que physiquement », explique-t-il. « Quand on observe comment la technologie peut avoir un impact réel sur les gens, on se rend compte que c’est vraiment important. »

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’Institut BEI et son concours de l’innovation sociale.