Une fondation proposant du microcrédit et la banque de l’UE unissent leurs efforts pour que de petits prêts à des Africaines aident les populations rurales à sortir de la pauvreté.

Lorsque Eric Campos pense à l’Afrique, il réfléchit longtemps avant de commencer à parler. Selon lui, l’avenir de l’Afrique peut être un succès ou un terrible échec.

M. Campos est délégué général de la Fondation Grameen Crédit Agricole, spécialisée dans la microfinance à l'appui des régions les plus pauvres du monde. La Fondation estime que les petits prêts sont l’un des outils les plus efficaces pour lutter contre la pauvreté, développer l’économie et garantir l’égalité des droits aux femmes, dans les pays en développement. Elle mène plus de 80 % de ses activités dans l'Afrique rurale.

La Fondation Grameen a été créée en 2008 par la banque française Crédit Agricole et Grameen Trust, une organisation à but non lucratif mise en place par Muhammad Yunus, un entrepreneur social bangladais qui a partagé le prix Nobel de la paix en 2006 avec la Grameen Bank, en reconnaissance de leur rôle de pionniers du concept de microcrédit pour les pauvres.

Afrique : une meilleure qualité de vie grâce à la microfinance pour les femmes

M. Campos explique que l’amélioration des services de santé, d’approvisionnement en eau et d’assainissement est éminemment positive pour les communautés rurales africaines. Néanmoins, son organisation prouve que l’octroi de petits prêts à des taux avantageux à des femmes et des agriculteurs représente l’une des meilleures façons d’assurer la viabilité des zones rurales. Les petits prêts aident les femmes et les enfants à vivre en meilleure santé. « Les financements accordés aux agriculteurs soutiennent toute une communauté » explique-t-il.

« Étant banquier, je démontre que la lutte contre la pauvreté peut être économiquement viable » ajoute M. Campos, qui travaille dans le financement et le développement de l’Afrique depuis le démarrage de sa carrière au début des années 90.

La Banque européenne d’investissement a approuvé un prêt de 12 millions d'EUR à la Fondation Grameen Crédit Agricole. Ces ressources permettront de financer des prêts à des institutions de microfinance en Afrique de l’Ouest. La Fondation intervient dans 38 pays et a octroyé plus de 200 millions d’EUR de prêts à quelque 90 institutions de microfinance de par le monde. La grande majorité des bénéficiaires vivent dans des zones rurales.

>@Grameen
Eric Campos axe son action sur les petits prêts aux femmes et aux agriculteurs dans les pays en développement ©Grameen

La microfinance en faveur des Africaines favorise l’indépendance économique

« Notre travail est fortement axé sur la dimension humaine, l'environnement et le développement durable des économies » déclare M. Campos. « En prêtant à des institutions locales, qui distribuent les fonds au cœur de leurs territoires, nous promouvons l’indépendance économique des personnes. »

« La microfinance doit continuer à progresser en Afrique et dans d’autres parties du monde », ajoute-t-il, « et les institutions multilatérales doivent intensifier leurs actions dans ce domaine ». Il essaie d'être optimiste mais « doit admettre que le travail de la Fondation est très difficile. Nous devons renforcer nos moyens d’action. »

La Fondation et la BEI relèvent ce défi en unissant leurs efforts. La Banque européenne d’investissement met à disposition des financements à long terme à des taux attrayants et en monnaie locale, ce qui représente un avantage non négligeable pour les prêteurs locaux.

« Il s’agit d'un partenariat gagnant-gagnant » affirme M. Campos. « La Banque européenne d'investissement comprend ce que nous faisons dans le domaine de la finance durable, mais elle est trop grande pour proposer de petits prêts. Pour nous, ce n'est pas un problème ; nous avons donc besoin l’une de l’autre. »