>@EIB
©EIB

Pour accélérer la transition numérique, nous devons offrir une assistance technique et des financements plus innovants qui aideront les pays africains à surmonter les nombreux problèmes qui entravent l’accès à l’internet et aux nouvelles technologies. La boîte à outils de la BEI pour la connectivité en milieu rural fournit des orientations claires pour aider les pays africains à concevoir des projets de connectivité numérique financièrement sains, durables et inclusifs.

La boîte à outils a pour objectif d’améliorer les connexions numériques dans les communautés peu ou pas desservies par le marché. Elle vise également à réduire les risques et à encourager davantage d’entreprises privées de télécommunications à proposer des services numériques dans les régions mal desservies.

La transformation numérique de l’Afrique est bien engagée, ce qui entraîne de grands changements et des avantages pour de nombreux secteurs de l’économie et de la société. Mais une importante fracture numérique subsiste : sur une population totale de 1,3 milliard de personnes, on estime que 900 millions d’Africains ne sont pas connectés à l’internet. Et pour les personnes qui y ont accès, le coût peut être élevé et la largeur de bande très limitée. 

De nombreux pays africains ne disposent ni des capacités ni des financements nécessaires pour envisager des projets de télécommunications innovants qui comblent ces lacunes. L’absence de connexions numériques complique fortement la lutte contre les pandémies et réduit la résilience, du fait que les informations critiques ne sont pas accessibles en temps utile et que le télétravail est impossible.

Grâce à cette boîte à outils, la BEI :

  • ciblera les raisons pour lesquelles les entreprises du secteur privé estiment qu’il est trop risqué d’investir dans le déploiement d’infrastructures de télécommunications qui élargissent la portée de leurs services ;
  • fournira des financements à long terme aux entreprises du secteur privé qui accroissent la connectivité numérique en Afrique ;
  • offrira une assistance technique pour améliorer les projets de télécommunications et les rendre conformes aux meilleures pratiques internationales ;
  • aidera les pouvoirs publics à établir des modèles de gouvernance sains pour les projets financés par des fonds publics ;
  • mettra en place des outils de financement novateurs qui répondent aux besoins des entreprises privées de télécommunications qui trouvent qu’il est trop coûteux d’installer des réseaux numériques dans les zones rurales et les petites villes. Ainsi, les services deviendront en outre plus abordables.