>@EIB/To be defined
©EIB/To be defined

Le président de la BEI, Werner Hoyer, a rencontré le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, Fathallah Sijilmassi, jeudi 26 avril. Au cours de cette première visite de M. Sijilmassi à la BEI, les deux hommes ont discuté de la coopération sectorielle actuelle entre la BEI et l'UpM, qui doit refléter les priorités nouvelles des pays concernés au sortir du printemps arabe, notamment la création d'emplois et l'amélioration des conditions économiques et sociales pour les populations de la région.

En cohérence avec le Plan d'activité de la BEI qui prévoit l'octroi de 2,3 milliards d'EUR de financements aux pays partenaires méditerranéens entre 2012 et 2013, Werner Hoyer a confirmé que la Banque soutiendra les priorités de l'UpM. Dans un premier temps, elle pourrait prêter 500 millions d'EUR pour financer des projets aboutis de l'UpM qui répondent aux critères BEI sur les plans économique, financier et environnemental. Entre 2009 et 2011, la Banque a signé 5,2 milliards d'EUR de prêts pour des projets réalisés dans les pays partenaires méditerranéens, plus de la moitié (2,8 milliards d'EUR) de ce montant ayant été consacrée aux priorités de l'UpM.

« Les pays partenaires méditerranéens sont en train de se transformer en profondeur, a déclaré Werner Hoyer. Les citoyens de nombre de ces pays n'ont pas lutté uniquement pour la démocratie, mais aussi pour leur pain quotidien et pour la prospérité. Le rôle de la BEI est de les encourager à moderniser et à ouvrir leurs économies en favorisant l'essor du secteur privé et en faisant naître un environnement propice à l'investissement, tout comme nous le faisons au sein de l'Union européenne. Tel est l'objectif de notre collaboration déjà fructueuse avec l'UpM, et je me réjouis de pouvoir établir une réserve de nouveaux projets bancables pour la région méditerranéenne avec la Commission européenne et les institutions financières internationales et bilatérales », a-t-il ajouté.

Les programmes envisagés de préparation de projets devraient aboutir à un volume de financements supplémentaires de plus de 1,2 milliard d'EUR.

Des programmes sont actuellement en cours dans le domaine des énergies renouvelables au titre du Plan solaire méditerranéen et de la dépollution de la Méditerranée (initiative Horizon 2020) ; ils pourraient être étendus à l'aménagement urbain durable et à d'autres secteurs encore. L'octroi par la Commission européenne d'aides non remboursables destinées à financer des études de pré-faisabilité et de faisabilité pour la mise au point de projets bancables devrait faciliter le financement de ces projets par des institutions financières internationales et bilatérales.

« J'ai été très heureux de rencontrer M. Hoyer et je crois que nous partageons la même vision, a déclaré M. Sijilmassi. La BEI est un partenaire majeur de l'UpM ; j'en veux pour preuve l'excellente collaboration que nous avons établie dans le cadre de notre protocole d'accord conjoint. En travaillant main dans la main avec la BEI, la Commission européenne et le Service européen d'action extérieure, nous devrions obtenir très vite des résultats concrets sur des projets emblématiques qui créeront des emplois et auront des retombées sur la vie quotidienne des populations de la région. Ma visite aujourd'hui à la BEI confirme que nous sommes désireux de faire vivre ce partenariat plus intensément et de mener des projets de nature à libérer le potentiel de croissance du bassin méditerranéen », a-t-il conclu.