>@EIB
©EIB

La Banque européenne d’investissement a rejoint la nouvelle Alliance mondiale pour l’énergie au service des populations et de la planète (Global Energy Alliance for People and Planet, GEAPP), qui a été lancée le 2 novembre 2021 lors du sommet mondial des dirigeants de la COP 26. Cette nouvelle alliance a pris l’engagement initial de consacrer 10 milliards d’USD à l’accélération et à l’extension de la transition vers l’énergie verte et l’électricité renouvelable dans les pays en développement du monde entier. 

Au cours de la prochaine décennie, l’alliance entend mobiliser 100 milliards d’USD en fonds publics et privés afin de s’attaquer à trois problématiques majeures :

1) l’énergie – fournir de l’électricité fiable et renouvelable à un milliard de personnes ;
2) le climat – éviter le rejet de quatre milliards de tonnes d’émissions de carbone ;
3) l’emploi – favoriser des possibilités d’emploi et créer plus de 150 millions de postes.

L’alliance a également annoncé un appel mondial à des partenariats entre pays afin de transformer l’avenir, invitant les pays en développement à demander un soutien technique et des financements pour accélérer les projets en lien avec l’énergie propre. 

Les pays qui, aujourd’hui encore, souffrent de la précarité énergétique ne sont à l’origine que de 25 % des émissions mondiales de CO2. Selon une analyse de l’alliance, ce chiffre pourrait atteindre 75 % d’ici à 2050. Ces pays ne reçoivent que 13 % des financements mondiaux en faveur de l’énergie propre, bien qu’ils représentent près de la moitié de la population mondiale.

Dans les pays en développement, la construction de centrales à charbon représentant au total une puissance de 243 GW est actuellement planifiée, approuvée ou en cours. Si elle aboutit, ces centrales émettront 38 milliards de tonnes de CO2 au cours des prochaines décennies, ce qui équivaut quasiment au total des émissions mondiales générées l’an dernier. Pour modifier cette trajectoire et favoriser parallèlement l’emploi et les moyens de subsistance, l’alliance a annoncé qu’elle fournirait plus de 10 milliards d’USD pour accélérer l’abandon des combustibles fossiles au profit d’une production d'électricité décentralisée ou raccordée au réseau à partir de sources d’énergie renouvelables.

Parmi les membres de l’Alliance mondiale pour l’énergie figurent :

  • des organisations philanthropiques d’envergure mondiale : la fondation Rockefeller, la fondation IKEA et le fonds Bezos pour la Terre ;
  • des banques publiques de développement : le Groupe de la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque européenne d’investissement, la Banque interaméricaine de développement, la Société financière internationale, CDC Group (l’institution de financement du développement du Royaume-Uni), la DFC (la société de financement du développement des États-Unis) et la Banque mondiale ;
  • des pays : les hôtes de la 26e Conférence des Parties des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26), à savoir l’Italie, le Royaume-Uni et le Danemark.

Rajiv Shah, président de la fondation Rockefeller : « Le monde connaît un bouleversement économique, dans lequel les plus pauvres continuent à perdre du terrain et subissent de plein fouet les effets des changements climatiques. La transition vers l’énergie verte et l’électrification au moyen de sources renouvelables sont les seuls moyens de renouer avec le progrès économique pour tous et toutes, tout en mettant un terme à la crise climatique.  Offrant une voie d’accès à l’économie moderne tout en faisant avancer de manière réelle et mesurable la lutte contre les menaces existentielles que représentent les changements climatiques, l’Alliance mondiale pour l’énergie au service des populations et de la planète est l’une des initiatives les plus audacieuses et les plus porteuses de changement de notre histoire. »

Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI : « Pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris en matière de climat, nous devons tripler les investissements énergétiques d’ici à 2030 et assurer un accès universel à une énergie propre et abordable dans le monde entier. La Banque européenne d’investissement, en tant que banque européenne du climat, renforce son soutien à l’action climatique dans les économies en développement et les économies émergentes. Nous sommes ravis de nous joindre à l’Alliance mondiale pour l’énergie au service des populations et de la planète. Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos partenaires pour aider au développement et au financement de systèmes en lien avec les énergies renouvelables, en mettant particulièrement l’accent sur l’Afrique subsaharienne. Nous remercions les fondations Rockefeller et IKEA d’avoir été des chefs de file de cette alliance capitale. »