>@EIB
©EIB

Conférence de presse du Groupe BEI sur ses résultats annuels

  • En 2021, le Groupe BEI a intensifié ses activités, fournissant des financements d’un montant record de 95 milliards d’EUR. Près de la moitié de ce montant, soit 45 milliards d’EUR, est allée à de petites et moyennes entreprises (PME) durement touchées par la pandémie. Les financements du Fonds européen d’investissement (FEI) ont représenté une part de 30,5 milliards d’EUR du montant total, ce qui constitue aussi un record.
  • Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le Groupe BEI a mis à disposition au total 58,7 milliards d’EUR pour lutter contre la pandémie et ses conséquences économiques.
  • Quelque 27,6 milliards d’EUR ont été consacrés au soutien à la transformation verte des économies de l’UE. Parallèlement, les prêts de la BEI aux régions de l’UE relevant de l’objectif de cohésion ont atteint 19,8 milliards d’EUR et ont aidé les pays concernés à assurer une transition juste vers une économie verte.
  • Le Fonds de garantie européen, créé avec 22 États membres de l’UE, a jusqu’à présent permis de mobiliser 174,4 milliards d’EUR de financements supplémentaires à l’appui des entreprises européennes qui se relèvent de la pandémie.
  • Le Groupe BEI a affecté 8,1 milliards d’EUR au financement du développement et aux partenariats à l’extérieur de l’Union européenne. À compter de cette année, un coup d’accélérateur sera donné à l’activité de la BEI dans les pays en développement grâce à la création d’une nouvelle branche, BEI Monde.
  • La BEI a soutenu l’initiative COVAX, qui vise à fournir des vaccins aux pays en développement, en lui apportant 900 millions d’EUR dans le cadre de l’Équipe Europe (Team Europe) – 1 milliard de doses ont été livrées à ce jour.
  • Werner Hoyer, président de la BEI : « Ces deux dernières années, nous avons démontré que la lutte contre la pandémie, le financement de la reprise et l’investissement dans l’action pour le climat sont des objectifs complémentaires. »

Pour la deuxième année consécutive, la banque de l’UE s’est concentrée sur la lutte contre la crise causée par la pandémie de COVID-19 tout en augmentant ses financements en faveur de projets verts. Le Groupe Banque européenne d’investissement (Groupe BEI) a collaboré avec des partenaires en Europe et dans le monde entier pour accorder des financements d’un montant record de 95 milliards d’EUR, soit une augmentation de 23 % par rapport à 2020 (77 milliards d’EUR). La Banque européenne d’investissement a octroyé plus de 65 milliards d’EUR de prêts, tandis que le Fonds européen d’investissement a mis à disposition un peu plus de 30 milliards d’EUR en garanties et en fonds propres.

Il s’agit du niveau le plus élevé jamais atteint depuis la création de la BEI il y a 63 ans, en grande partie grâce aux ressources supplémentaires fournies par le Fonds de garantie européen (EGF), initiative dotée de 24,4 milliards d’EUR créée en 2020 avec le soutien de 22 États membres de l’UE pour aider l’économie européenne (et en particulier les PME et les entreprises de taille intermédiaire – ETI) à faire face aux conséquences économiques de la pandémie de COVID-19.

L’augmentation des volumes de financement montre le rôle clé joué par le Groupe BEI dans la réponse massive apportée par l’Union européenne à la crise sanitaire. Les prêts, garanties et autres instruments de financement du Groupe BEI sont venus compléter les programmes nationaux de résilience, ont soutenu les autorités locales et fourni des ressources financières abordables aux entreprises publiques et privées. Des soins de santé aux petites entreprises, les secteurs les plus touchés par la pandémie ont bénéficié du soutien de la BEI.

Dans le même temps, le Groupe BEI, mettant en œuvre la Feuille de route 2021-2025 de la banque du climat approuvée par le Conseil d’administration en novembre 2020, a intensifié ses investissements dans la double transition écologique et numérique. Le financement de l’innovation, qui jouera un rôle central dans la transition, a atteint un niveau record de 20,7 milliards d’EUR. La BEI a adopté de nouveaux objectifs de prêt à l’appui des politiques de cohésion de l’UE : elle engagera davantage de fonds pour des projets dans les régions en transition et dans les régions moins développées, où la transition écologique et numérique pourrait s’avérer plus difficile. 

À l’extérieur de l’Union européenne, la BEI a continué de collaborer avec ses partenaires de l’UE dans le cadre des initiatives de l’Équipe Europe (Team Europe). Dans l’optique de soutenir les politiques de l’Union européenne à l’échelle mondiale, la BEI a créé une nouvelle branche – BEI Monde – dédiée aux partenariats internationaux et au financement du développement. BEI Monde donnera le coup d’envoi à ses activités ce mois-ci.  

Werner Hoyer, président de la BEI, s’exprimant lors de la conférence de presse annuelle du Groupe BEI le 27 janvier : « Ces deux dernières années, nous avons démontré que la lutte contre la pandémie, le financement de la reprise et l’investissement dans l’action pour le climat sont des objectifs complémentaires. Le monde ne peut pas être sûr sans un accès aux soins de santé et aux vaccins et sans un tournant décisif vers un modèle économique fondé sur des solutions innovantes et respectueuses du climat. Les volumes de financement records que nous avons enregistrés en 2021 témoignent des efforts impressionnants déployés par l’Europe pour faire reculer la pandémie et promouvoir une relance verte en Europe et ailleurs dans le monde. En créant un nouveau bras, BEI Monde, pour nos activités à l’extérieur de l’Union européenne, nous signalons notre ferme volonté de soutenir les transitions écologique et numérique au moyen des partenariats mondiaux de l’Europe. »

Davantage de prêts à l’appui du secteur de la santé dans le monde entier

Dans le cadre de la réponse à la crise sanitaire, le Groupe BEI a augmenté l’an dernier ses financements en faveur du secteur de la santé et des sciences de la vie, lesquels ont atteint près de 5,5 milliards d’EUR, dont plus de 1 milliard d’EUR de participations du FEI dans des fonds spécialisés dans la santé et les sciences de la vie. En 2020, la banque de l’UE a octroyé un prêt de 100 millions d’EUR à BioNTech, la société allemande qui, en coopération avec Pfizer, a développé le premier vaccin contre le COVID-19. En 2021, la BEI a continué de soutenir la recherche sur les vaccins et leur production, ainsi que les dispositifs de diagnostic et les traitements liés au COVID-19. La BEI a également intensifié son rôle dans l’initiative COVAX, lancée par l’alliance Gavi pour fournir des vaccins aux pays en développement.

« Il y a tout juste 10 jours, un avion a atterri à Kigali, la capitale du Rwanda, pour livrer la milliardième dose de vaccin au titre de l’initiative COVAX, qui, à ce jour, a bénéficié à 144 pays dans le monde.  L’Europe exporte plus de vaccins que n’importe quelle autre région du monde. Et nous soutenons également le renforcement des capacités de production de vaccins dans les régions moins développées », a déclaré Werner Hoyer, président de la BEI.

Au total, plus de 780 millions de personnes dans le monde bénéficieront de services de santé améliorés, y compris de vaccins contre le COVID-19, grâce aux financements de la BEI. Quelque 10 millions de personnes auront accès à une eau potable plus sûre, tandis que 3,8 millions bénéficieront d’un assainissement amélioré.

Des financements records pour les petites entreprises, avec un rôle clé pour le FEI

Près de la moitié des financements du Groupe BEI – 45 milliards d’EUR – est allée à des PME durement pénalisées par la pandémie. La BEI, la banque de l’UE, a orienté son soutien vers celles qui en avaient le plus besoin : de petites entreprises saines dont l’activité a été fortement réduite par la crise. La BEI affecte la majeure partie de ses financements aux PME en passant par des bailleurs de fonds et d’autres intermédiaires financiers. La BEI et le FEI ont considérablement renforcé leur coopération avec ces partenaires pendant la crise liée à la pandémie de COVID-19. L’année dernière, les financements du Groupe BEI ont bénéficié, au total, à plus de 430 000 PME et ETI en Europe, ce qui a permis de soutenir plus de 4,5 millions d’emplois.

Le Fonds européen d’investissement (FEI), filiale de la BEI qui soutient les jeunes pousses de haute technologie et les petites entreprises dans toute l’Europe, a joué un rôle déterminant dans la réalisation de ces volumes. En 2021, le FEI a presque triplé le montant de ses financements engagés jusqu’à un niveau record de 30,5 milliards d’EUR (contre 12,9 milliards d’EUR en 2020).  Le FEI conçoit et déploie des instruments de capital-risque, de capital de croissance, de garantie et de microfinance. Dans le cadre de ses activités, le FEI soutient la réalisation des objectifs de l’UE en matière de lutte contre les changements climatiques, ainsi que de promotion de l’innovation, de la recherche-développement, de l’esprit d’entreprise, de la croissance et de l’emploi.

Le Fonds de garantie européen fournit un soutien crucial face à la crise

Le Fonds de garantie européen (EGF), doté de 24,4 milliards d’EUR, a été créé fin 2020 par le Groupe BEI et 22 États membres pour aider les entreprises de l’UE, en particulier les PME, à se relever de la crise liée à la pandémie. L’EGF a entraîné une hausse du volume des financements du FEI, du fait d’une intensification rapide de ses opérations en 2021. Depuis décembre 2020, le Groupe BEI a approuvé 23,2 milliards d’EUR de financements bénéficiant de l’appui du Fonds de garantie européen, soit 401 opérations dans l’ensemble des 22 pays participants. Les investissements effectués à ce jour devraient permettre de mobiliser 174,4 milliards d’EUR.

Président Hoyer : « L’EGF s’avère être une réussite. En 2021, le Fonds est monté en puissance. Des intermédiaires financiers de toute l’Europe ont fait appel à ses garanties pour fournir rapidement des bouées de sauvetage aux petites entreprises en proie à des problèmes de fonds de roulement et de liquidités, ou qui ne voulaient pas renoncer à leur plan d’investissement. »

BEI Monde : un nouveau partenaire pour l’Équipe Europe (Team Europe) 

À l’extérieur de l’Union européenne, le Groupe BEI a fourni 8,1 milliards d’EUR de financements en 2021. La banque de l’UE, qui est active dans plus de 160 pays dans le monde, est un partenaire clé de l’Équipe Europe (Team Europe). Depuis 1958, la BEI a investi plus de 1 500 milliards d’EUR dans plus de 14 400 projets à l’extérieur de l’UE. Elle a financé des projets dans les secteurs public et privé, ainsi que les entreprises, qu’elles soient grandes ou petites.

Dans le droit fil de la réforme globale de la présence et des initiatives de l’Union européenne à l’échelle mondiale, la BEI a décidé de remodeler ses activités à l’extérieur de l’UE et de créer une branche dédiée aux partenariats internationaux et au financement du développement. Cette branche s’appellera BEI Monde.

BEI Monde rassemblera l’ensemble des ressources de la BEI destinées aux activités hors UE et le savoir-faire qu’elle a acquis dans ce cadre au sein d’une structure de gestion claire permettant d’apporter une contribution plus importante et plus ciblée aux projets et initiatives de l’Équipe Europe (Team Europe). BEI Monde sera assistée et soutenue par un groupe consultatif du Conseil d’administration, qui sera créé dans les mois qui viennent.

En novembre, la BEI a ouvert son premier pôle en Afrique, dans la capitale kényane, Nairobi. L’ouverture d’autres bureaux est prévue, à mesure du renforcement de la présence de la BEI dans les pays en développement.

« BEI Monde est l’évolution naturelle de notre engagement de longue date à l’extérieur de l’Union européenne. En créant un bras dédié, nous pourrons mieux nous concentrer sur des projets qui ont un fort impact au niveau local, que ce soit en accélérant la transformation numérique, en promouvant les sources d’énergie renouvelables ou en construisant des infrastructures de qualité qui renforcent l’adaptation aux changements climatiques. BEI Monde, en tant que partie intégrante de l’Équipe Europe (Team Europe), sera un instrument permettant d’établir des partenariats plus solides avec les institutions locales et d’autres banques multilatérales de développement », a déclaré Werner Hoyer.

Des étapes franchies sur le chemin de la transformation en banque européenne du climat

Parallèlement, la BEI se transforme en banque européenne du climat, conformément à la Feuille de route 201-2025 du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat, adoptée par le Conseil d’administration en novembre 2020. La part des investissements de la BEI consacrés à des projets relevant de l’action climatique et de la durabilité environnementale est passée à 43 % l’an dernier (contre 40 % en 2020), malgré la crise du COVID-19, ce qui a permis à la Banque de se rapprocher de son objectif de 50 %.

Si l’on ne considère que les opérations utilisant les ressources propres de la BEI – hors mandat de l’EGF qui cible spécifiquement les PME touchées par la pandémie –, les financements de la BEI à l’appui de l’action pour le climat ont en réalité atteint 51 %.

La BEI a également franchi deux étapes de sa Feuille de route de la banque du climat. En octobre, juste avant la COP26 de Glasgow, le Conseil d’administration a approuvé le plan de la BEI pour l’adaptation aux changements climatiques et le cadre d’alignement sur l’accord de Paris pour les contreparties (PATH). L’essentiel des prêts de la BEI en faveur de l’action pour le climat est actuellement consacré à l’atténuation des changements climatiques. Avec son plan pour l’adaptation aux changements climatiques, la BEI s’est engagée à tripler de 5 % à 15 % la part du total de ses financements climatiques consacrés à l’adaptation. Avec le cadre PATH, la banque de l’UE sera tenue d’adopter une approche qui tienne compte des plans de décarbonation de ses clients. Ce cadre fournit un outil robuste pour aider les entreprises à fortes émissions à adopter et à mettre en œuvre des plans de décarbonation. 

« Notre plan pour l’adaptation aux changements climatiques et l’alignement des contreparties sur l’accord de Paris sont des éléments clés de notre stratégie. En augmentant le financement de l’adaptation, nous contribuons à construire des infrastructures plus résilientes dans le monde entier et, en particulier, dans les régions qui en ont le plus besoin en raison de leur exposition à des conditions météorologiques extrêmes. Par le biais de l’alignement des contreparties, nous encourageons les entreprises à se décarboner, ce qui accélérera la transition vers un monde avec des émissions de gaz à effet de serre moindres, voire nulles », a déclaré le président Hoyer.

Nouvelle ambition sur le front de la cohésion

Veiller à ce que personne ne soit laissé de côté, voilà l’une des préoccupations au cœur de la raison d’être de la banque de l’UE, et c’est pourquoi nous sommes fermement résolus à soutenir les objectifs de la politique de cohésion de l’Union européenne. Ces cinq dernières années, la BEI a mis 90,8 milliards d’EUR à la disposition de projets soutenant la cohésion. Pour la seule année 2021, les financements en faveur de la cohésion se sont élevés à 19,8 milliards d’EUR, soit 41 % des financements signés dans les pays de l’UE sur ressources propres de la BEI.

En octobre 2021, la BEI a approuvé un nouveau cadre visant à accroître les prêts aux régions relevant de la cohésion pour la période 2021-2027. Plus précisément :

  • la BEI s’efforcera, d’ici à 2025, de porter à 45 % de son volume de prêt annuel au sein de l’UE les financements qu’elle consacre aux régions recensées par la Commission européenne comme étant moins développées ou en transition ;
  • la BEI s’emploiera, d’ici à 2025, à orienter 23 % de son volume annuel de prêts dans l’UE aux régions moins développées (dont le produit intérieur brut par habitant est inférieur à 75 % de la moyenne de l’UE).

L’action de la BEI en faveur de la cohésion au cours de la période 2021-2027 sera axée sur 145 régions de l’UE, dont 67 régions en transition et 78 régions moins développées.

Des financements records pour l’innovation

Dernier point, mais qui a toute son importance : l’année dernière, un montant record de 20,7 milliards d’EUR est allé à l’innovation, à l’économie numérique et au développement humain. De nouvelles technologies et solutions sont nécessaires pour réussir la double transition vers un monde vert et numérique. 

La récente annonce faite par Northvolt fin 2021 illustre la manière dont le financement de l’innovation porte ses fruits.  Après avoir réussi à développer une batterie lithium-ion, la société suédoise a signé des accords avec plusieurs constructeurs automobiles européens et annoncé la production de sa première cellule de batterie lithium-ion dans sa « giga-usine » du nord de la Suède. La BEI est fière de financer Northvolt et promeut une filière européenne des batteries forte et indépendante.

Documents et chiffres