>@EIB
©EIB
  • Le contrat signé concerne la 2e tranche du 11e prêt BEI accordé à Aquafin en 2019 et qui vise l’extension des infrastructures de traitement des eaux usées de villes et communes flamandes.
  • Le concours de 100 millions d’EUR servira à financer des investissements qui permettront d’augmenter encore le pourcentage d’eaux usées traitées en Flandre d’ici à 2022.

La Banque européenne d’investissement (BEI) et la société flamande de traitement des eaux usées Aquafin poursuivent leur collaboration de longue date avec la signature d’un nouvel accord de financement d’un montant de 100 millions d’EUR. Il s’agit de la deuxième tranche du onzième accord de financement entre les deux parties, d’un montant total de 200 millions d’EUR, dont la conclusion remonte à 2019.

La BEI soutient depuis longtemps la politique de gestion de l’eau en Belgique. L’année dernière, la Banque a signé des projets relatifs à l’eau pour un montant de 154,4 millions d’EUR et, depuis 2020, elle a affecté près de 2 milliards d’EUR à des projets de gestion de l’eau dans le pays.

Les fonds serviront à poursuivre l’extension des installations de collecte et de traitement des eaux usées en Flandre. À l’heure actuelle, plus de 85 % de l’ensemble des eaux usées de Flandre sont collectées et traitées. Grâce à ce prêt de la BEI, ce chiffre devrait augmenter encore dans les années à venir, jusqu’à atteindre un taux attendu de 98 % à l’horizon 2027. Ainsi, le financement aura un effet positif sur la qualité des eaux de surface de la région, qui s’est déjà sensiblement améliorée depuis le premier financement de la BEI en faveur d’Aquafin, accordé en 1994.

Outre un certain nombre de projets de moindre envergure, le prêt appuiera la construction de trois nouvelles stations d’épuration des eaux usées et l’extension de cinq sites existants, tous situés à moins de 50 km du littoral de la mer du Nord. De plus, de nombreuses infrastructures existantes seront optimisées ou remplacées, par exemple par des réseaux d’égouts distincts pour les eaux pluviales et les eaux usées. Ainsi, étant donné que le projet soutenu entraînera une forte réduction du volume d’eaux de pluies et d’eaux usées rejetées dans la mer du Nord sans être traitées, le prêt contribue à l’initiative « Clean Oceans ». Cette initiative a pour but de protéger les mers et les océans de la pollution afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle en contrebalançant le réchauffement de la planète.

En plus d’avoir des effets positifs sur l’emploi, les installations qui seront construites ou rénovées traiteront les eaux usées plus efficacement, ce qui se traduira par une diminution de la consommation d’énergie et des émissions de CO2. Des mesures d’efficacité énergétique seront mises en œuvre sur tous les sites relevant du projet.

« Pour la Flandre, la BEI est une source de financement très importante pour la réalisation des objectifs de la directive-cadre de l’UE sur l’eau », déclare Jan Goossens, directeur général d’Aquafin. « En réalité, les projets financés au moyen de ce prêt n’améliorent pas seulement la qualité de l’eau des cours d’eau et des rivières. En séparant les eaux usées des eaux de pluie, le risque d’inondation due aux fortes pluies, qui augmentent en raison des changements climatiques, est également limité. De cette manière, nous encourageons la gestion locale de l’eau de pluie pour la réutilisation ou l’infiltration dans le sol, ce qui est également important dans le but d’éviter les problèmes de sécheresse. Les projets secondaires financés dans le cadre de cet accord sont également particulièrement respectueux de l’environnement. Ils visent à améliorer l’efficacité énergétique des infrastructures de traitement des eaux usées et la production d’électricité verte. »

Kris Peeters, vice-président de la BEI : « Je soutiens pleinement ce projet solide d’Aquafin. Ce projet porte sur une amélioration structurelle de l’écosystème flamand. Grâce à des eaux usées plus propres, les cours d’eau sont moins pollués et présentent une meilleure biodiversité et, par conséquent, l’environnement est plus résistant dans l’ensemble de la Flandre. Ce projet s’inscrit dans le droit fil des ambitions de la BEI sur le plan climatique et de sa longue tradition d’appui à la politique de l’eau en Belgique. Depuis 2012, la BEI a mis à disposition près de 2 milliards d’EUR en faveur de projets relatifs à l’eau sur le territoire belge. Avec Aquafin, nous allons poursuivre dans cette voie. »

Aquafin est l’entreprise chargée par la Région flamande de construire et de gérer les infrastructures de traitement des eaux usées d’environ cinq millions de Flamands. À cet effet, la Région flamande confie chaque année une série de projets à l’entreprise, y compris des projets pour lesquels la Région reprend les investissements des municipalités afin de réduire la pression financière. À ce jour, Aquafin a déjà mis en œuvre, pour la Région flamande, des projets représentant au total 4 milliards d’EUR et dispose d’une réserve de projets s’élevant à 1,7 milliard d’EUR supplémentaire.