>@Adam Niescioruk/Unsplash
©Adam Niescioruk/Unsplash
  • 650 millions d’EUR sont mis à la disposition du ministère polonais des finances afin de soutenir les efforts du pays pour faire face à la pandémie.
  • L’objectif est de renforcer le système d’intervention d’urgence de la Pologne et sa préparation aux pandémies, en mettant l’accent sur la santé et la protection civile.
  • La BEI pourra financer des projets admissibles dans leur intégralité plutôt que dans la limite habituelle de 50 % de leur coût.

La Banque européenne d’investissement (BEI) et le ministère polonais des finances sont convenus ce jour d’un programme de soutien financier pour faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19. La banque de l’UE prêtera 650 millions d’EUR pour aider l’État polonais à couvrir les dépenses et les investissements liés à la pandémie actuelle.

L’objectif est de renforcer le système polonais d’intervention d’urgence dans le contexte de la crise due à la pandémie de COVID-19 et d’améliorer l’état de préparation à moyen et long terme du pays face aux pandémies. Le financement de la BEI cible des programmes dans les secteurs de la santé et de la protection civile, lesquels connaissent les plus fortes tensions.

Les projets relatifs aux soins de santé peuvent inclure l’achat et la fourniture d’équipements médicaux et non médicaux, la reconfiguration des installations et services de soins de santé, la fourniture et la fabrication de médicaments, ainsi que le cofinancement de la recherche sur le coronavirus. Les programmes de protection civile pourraient comprendre des infrastructures et des équipements, notamment pour des campagnes de communication et de sensibilisation, des mesures d’hygiène et de désinfection, des examens, le dépistage, la mise en quarantaine, ou d’autres mesures officielles imposées pour empêcher la propagation de maladies infectieuses.

La BEI et le ministère des finances ont également convenu que la Banque financerait l’intégralité des dépenses admissibles plutôt que le maximum habituel de 50 % du coût du projet s’appliquant pour la plupart des projets approuvés par la Banque.

Teresa Czerwińska, vice-présidente de la BEI chargée de la supervision des opérations de la BEI en Pologne : « Le financement de la BEI convenu aujourd’hui avec le ministère des finances signifie que la Pologne est mieux préparée pour lutter contre la pandémie et qu’elle peut investir davantage de ressources dans l’amélioration de son niveau de réactivité en matière de soins de santé et de protection civile. Aider le pays à mieux résister aux pandémies fait partie de notre mission visant à garantir un développement régional équilibré et la cohésion en Europe. L'union fait la force : étant donné que le coronavirus reste présent dans nos sociétés, nous devrions continuer à consolider nos programmes de soutien en complétant les ressources nationales par des fonds européens. »

« La Banque européenne d’investissement soutient les activités du gouvernement depuis de nombreuses années », a déclaré Tadeusz Kościński, ministre polonais des finances. « Ce prêt illustre parfaitement le soutien apporté par la Banque dans un domaine qui constitue actuellement une priorité pour les autorités polonaises. L’accord a été rendu possible grâce au train de mesures élaborées et mises en œuvre par la Banque, qui ont permis de soutenir efficacement les États membres de l’UE dans leur lutte contre cette crise sans précédent. »

Ce financement est rendu possible par la réaffectation de la dernière tranche d’un prêt-programme structurel de 1,35 milliard d’EUR accordé à la Pologne au titre de la période de programmation 2014-2020 de l’UE. Les prêts-programmes structurels font partie des instruments de financement que la BEI utilise pour compléter les fonds structurels et d’investissement alloués aux pays de l’UE dans le budget européen. Dans le sillage de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19, l’État polonais et la BEI ont convenu de consacrer la part non utilisée de l’actuel prêt-programme structurel au cofinancement de la réponse du pays à la pandémie.