>@CoWomen/Unsplash
©CoWomen/Unsplash

Les femmes sont en première ligne de la lutte contre la pandémie de COVID-19. Elles représentent 70 % du personnel du secteur de la santé et du social dans le monde. Alors que nos économies sont confrontées à une récession sans précédent, il faut une réponse massive et coordonnée pour éviter que l’économie ne demeure sévèrement touchée plus longtemps. Les femmes pourraient aussi jouer un rôle décisif dans la reprise. Prendre en considération l’égalité entre les sexes et favoriser l’entrepreneuriat féminin pourrait aider à accélérer et à consolider la reprise, notamment parce que les entreprises dirigées par des femmes sont généralement plus productives et innovantes, et enregistrent une croissance plus rapide. Soutenir la participation des femmes, sur un pied d’égalité, au marché du travail et encourager l’entrepreneuriat féminin pourrait ainsi permettre d’injecter des milliards d’euros dans l’économie. Selon la Commission européenne, des améliorations en matière d’égalité entre les sexes pourraient créer 10,5 millions d’emplois d’ici à 2050 et donner à l’économie de l’UE une impulsion de l'ordre de 1 950 à 3 150 milliards d’euros.

Dans ce contexte, le nouveau rapport intitulé Funding women entrepreneurs: How to empower growth (Des financements pour les entrepreneuses : comment dynamiser la croissance), élaboré par les Services de conseil d’InnovFin – initiative conjointe de la Commission européenne et de la BEI –, fournit une bonne vue d’ensemble des possibilités de financement offertes aux entreprises dirigées par des femmes. Il évalue les conditions d’accès au capital-risque de ces entreprises et analyse les tendances du financement du capital-risque pour les entreprises dirigées et (ou) fondées par des femmes dans l’UE, aux États-Unis et en Israël. Ce rapport se fonde sur des données compilées par PitchBook et des entretiens réalisés avec des acteurs de marché issus de la communauté européenne des investisseurs en capital-risque et d’autres parties prenantes.

« Notre réponse collective à la crise offre aux institutions européennes et au Groupe BEI une occasion unique de dynamiser la croissance grâce à un appui consultatif et financier ciblé pour les entreprises dirigées par des femmes, permettant de les asseoir sur des bases plus solides pour l’avenir », a déclaré Lilyana Pavlova, vice-présidente de la BEI. « Il est tout à fait logique de soutenir de toutes nos forces les entrepreneuses. En outre, de plus en plus, les banques et les investisseurs se rendent compte que c’est non seulement ce qu’il faut faire d’un point de vue éthique et social, mais aussi un moteur pour relancer la croissance de nos économies. Ces dernières années, la BEI a appuyé financièrement toute une série de projets axés sur l’égalité entre les sexes en Europe et au-delà, mais nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire. »

Le rapport complet peut être consulté ici

Des déficits de financement persistants, mais des tendances prometteuses

Ce rapport montre que les jeunes pousses dirigées par des femmes ne sont pas financées sur la même base que celles dirigées par des hommes. Elles ne représentent qu’une part modeste des flux d’opérations et du volume global investi. Cela s’explique à la fois par un manque de représentation des femmes parmi les fondateurs et les investisseurs, des préjugés sexistes en matière d’investissement et une aversion au risque. Malgré d’importantes disparités structurelles, le rapport fournit des preuves concluantes étayant des perspectives optimistes pour les entrepreneuses. Dans l’ensemble, les données laissent entrevoir une légère amélioration du climat des investissements pour les entrepreneuses dans l’UE, même si la situation demeure très hétérogène.

Moins d’entrepreneuses et d’investisseuses

En Europe, le rapport observe un déséquilibre entre les femmes et les hommes en matière d’entrepreneuriat : les femmes représentent environ 52 % de l’ensemble de la population en Europe, mais 34,4 % des travailleurs indépendants de l’Union européenne et 30 % des jeunes entrepreneurs. Cette disparité va de pair avec la préférence affichée par les femmes pour des sources d’autofinancement (ou « bootstrapping »), de sorte que leurs activités semblent donner lieu à une demande moindre de financements externes au début de la création d’une nouvelle entreprise.

De plus, les femmes sont sous-représentées aux fonctions décisionnaires dans les sociétés de capital-risque. Ce facteur est important, car les sociétés d’investissement ayant des partenaires de sexe féminin sont plus de deux fois plus susceptibles d’investir dans des entreprises dirigées par des femmes et plus de trois fois plus susceptibles d’investir dans des entreprises ayant à leur tête des présidentes directrices générales.

Favoriser la croissance et accroître les financements destinés aux entreprises dirigées par des femmes : recommandations

Ce rapport propose et analyse plusieurs recommandations qui pourraient aider à accélérer la transition vers un contexte de financement plus équilibré, plus accessible et, en fin de compte, fonctionnant mieux.

Ces recommandations incluent l’introduction de nouveaux indicateurs sexospécifiques dans tous les programmes de l’UE pertinents, l’élaboration d’un appui concret des politiques, l’octroi aux investisseurs d’un sceau d’excellence récompensant les investissements sexospécifiques, la mise en place d’un réseau européen d’investisseurs « sensibles aux questions d’égalité entre les sexes » pour mettre en relation les fondatrices avec des contacts potentiels et leur offrir des possibilités de financement, et l’étude de solutions de financement innovantes comme les « obligations axées sur l’égalité entre les sexes ».

>@EIB
©EIB

Lire le rapport complet et les recommandations

Pour toute information complémentaire et demande d’entretien, les journalistes sont invités à contacter Jan Gerrit Wnendt, chargé de communication à la BEI (+352 691 284 340), j.wnendt@eib.org

Informations générales

Le dispositif « InnovFin – Financement européen de l’innovation » est une initiative conjointe du Groupe Banque européenne d’investissement (BEI et FEI) et de la Commission européenne au titre du programme Horizon 2020. InnovFin vise à faciliter et à accélérer l’accès aux financements pour les entreprises et autres organismes innovants en Europe.

Les Services de conseil du dispositif InnovFin aident des contreparties publiques et privées admissibles à renforcer la bancabilité et le potentiel de financement de grands projets complexes et innovants qui nécessitent d’importants investissements à long terme.

www.eib.org/innovfin