Santander s’appuie sur son partenariat avec la banque de l’UE pour accroître sa capacité de prêt afin de soutenir les PME polonaises en temps de crise sanitaire

Les petites et moyennes entreprises forment l’épine dorsale de l’économie européenne. Mais bon nombre d’entre elles sont victimes de la récession économique provoquée par la pandémie de COVID-19 ; l’interruption soudaine des échanges commerciaux leur a fait perdre clients, fournisseurs et liquidités. Même les petites entreprises en bonne santé ont du mal à payer les salaires et les factures, et ne songent certainement pas à investir pour l’avenir. Dans la plupart des cas, elles dépendent du soutien de leur banque pour rester à flot. 

Dans toute l’Europe, les banques peuvent aider les petites et moyennes entreprises (PME) à surmonter leurs difficultés de multiples façons. Elles peuvent par exemple accroître leur capacité de prêt en mettant en place des initiatives de partage des risques avec la Banque européenne d’investissement, la banque de l’UE.

C’est la voie qu’a choisie le groupe Santander Bank Polska, le troisième bailleur de fonds de Pologne par la taille de ses actifs. Face à l’impact croissant de la pandémie sur les PME polonaises, il a mis en place en leur faveur des programmes soutenus par l’État, mais aussi a accordé des suspensions de remboursement de crédits de trois à six mois, des reports automatiques de découverts, des prolongations de garanties associées aux prêts et des exemptions de frais et de commissions.

>@DR
Mr Krzysztof Kowalewski ©DR

Puis ce bailleur de fonds polonais est allé un peu plus loin.

En juillet 2020, le groupe Santander Bank Polska et le Groupe Banque européenne d’investissement ont annoncé une opération de partage des risques portant sur la titrisation d’un portefeuille de redevances de crédit-bail représentant 2 milliards de PLN (environ 450 millions d’euros) et appartenant à Santander Leasing, filiale du groupe polonais.

« Le crédit-bail est un outil financier très important pour les petites entreprises polonaises », explique Krzysztof Kowalewski, directeur financier de Santander Leasing. « Nombreuses sont celles qui comptent dessus pour utiliser et remplacer leurs machines ou leurs véhicules de tous types. »

En Pologne, les PME représentent 99,8 % des entreprises ; elles génèrent 52,9 % de la valeur ajoutée économique et 67,1 % des emplois.

Face à la pandémie, un soutien « synthétique » aux PME polonaises

Dans une titrisation synthétique comme celle-ci, le risque de crédit associé à un portefeuille est affecté à des tranches présentant des profils de risque différents. Si la tranche des premières pertes représente généralement la perte attendue du portefeuille, la tranche mezzanine est conçue de manière à couvrir les pertes imprévues.

La perte attendue est généralement couverte par les provisions prévues dans la comptabilité de la banque, mais celle-ci est tenue de détenir du capital en réserve pour couvrir les pertes imprévues. La garantie du Groupe Banque européenne d’investissement sur la tranche mezzanine permet de libérer ce capital pour octroyer davantage de prêts aux PME. En outre, une garantie sur la tranche de rang prioritaire peut maximiser le capital libéré et la capacité de prêt de la banque.

Dans le cadre de cette opération, la Banque européenne d’investissement et sa filiale spécialisée dans les PME, le Fonds européen d’investissement, ont garanti une tranche mezzanine et une tranche de premier rang sur une partie du portefeuille de Santander Leasing. Cette garantie a ainsi libéré des capitaux, que le groupe Santander Bank Polska a accepté d’utiliser pour renforcer ses activités de prêt et de crédit-bail en faveur des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI).

La garantie sur la tranche mezzanine qu’accorde la Banque européenne d’investissement bénéficie du soutien du Fonds européen pour les investissements stratégiques ; ce Fonds est le pilier financier du Plan d’investissement pour l’Europe, une initiative conjointe de la Banque européenne d’investissement et de la Commission européenne visant à promouvoir les investissements dans l’économie européenne. La tranche de rang prioritaire a été souscrite par le FEI sur risques propres.

En 2019, les financements du Groupe BEI en faveur des PME en Pologne se sont élevés à 1,98 milliard d’euros, ce qui représente environ 36 % du total des ressources qu’il a mises à disposition dans le pays.

>@DR
Mr Pawel Kołodziński ©DR

Face à la pandémie, un partenariat pour soutenir les PME de Pologne

La banque de l’UE et la banque polonaise se connaissent bien.

« Depuis 2010, nous entretenons une relation très fructueuse et suivie avec le Groupe BEI », déclare Pawel Kołodziński, chef du service de développement des entreprises de Santander Bank Polska.

La banque polonaise a commencé à coopérer avec le Groupe BEI exclusivement sur des projets de financement en faveur des PME et des ETI de sa clientèle. Puis les deux partenaires ont élaboré des initiatives de partage des risques afin de fournir des garanties sur des portefeuilles d’encours de grandes entreprises. Cette coopération a finalement abouti à des opérations de titrisation.

« Lorsque nous avons monté la première titrisation il y a deux ans, nous nous sommes adressés à la BEI, parce que nous cherchions un partenaire international susceptible de compléter notre connaissance du marché local », explique Pawel Kołodziński. « Lorsque la pandémie de COVID-19 s’est déclarée, le dialogue s’est instauré tout naturellement. »

Il s’agit de la troisième opération de titrisation menée entre les deux partenaires en moins de deux ans et de la première signée en pleine crise de COVID-19. Pour toutes les opérations, les fonds libérés doivent être déployés par Santander pour soutenir l’accès au financement des PME et des ETI, quels que soient les types d’actifs présents dans le portefeuille titrisé.

  • En décembre 2018, le groupe Santander Bank Polska a titrisé un certain nombre de prêts à la consommation, en mettant partiellement l’accent sur l’octroi de nouveaux prêts et contrats de crédit-bail avec une composante climatique ;
  • Une opération signée en 2019 portait également sur la titrisation de prêts à la consommation. Elle prévoyait, une rétrocession à des microentreprises et visait la promotion de l’égalité hommes-femmes dans les entreprises ;
  • L’opération de 2020 concernait un portefeuille d’actifs de crédit-bail et les nouveaux prêts ont été octroyés en vue de faire face à l’épidémie de COVID-19. 

Fruits de ces trois opérations, les nouveaux prêts de Santander s'élèvent à 10,3 milliards de PLN, à l’appui d’environ 110 000 PME et de 1,7 million d’emplois en Pologne.

Harmonie et efficacité

« Réaliser trois opérations de titrisation en seulement deux ans, c’est une grande réussite », s’enthousiasme Georgi Stoev, représentant du FEI. « La confiance et la compréhension mutuelles que nous avons bâties ensemble constituent un atout énorme qui nous permet d’avancer rapidement sur de nouvelles opérations, ce qui peut avoir des incidences positives plus vastes pour l’économie polonaise. »

Et d’ajouter : « Cette opération avec Santander Bank Leasing a également été la première titrisation que le FEI et la BEI ont effectuée avec une société de crédit-bail après le déclenchement de la crise en mars, ce qui témoigne de notre engagement à maintenir le marché de la titrisation ouvert en Pologne, malgré les difficultés que connaissent les marchés des capitaux. »

« L’opération que nous avons signée en juin est intervenue à point nommé pour aider les PME polonaises à faire face à la pandémie », poursuit Loreto Alonso San Antonio, qui a dirigé le projet au nom de la Banque européenne d’investissement, avec Guillaume Piat. Comme ils le reconnaissent tous les deux, « l’ensemble du processus a été très harmonieux et efficace, grâce à la relation de coopération que nous entretenons avec Santander Bank Polska, à nos connaissances réciproques et à l’engagement des équipes concernées ».