Un prêt de la BEI donne un coup d’accélérateur à un investissement conjoint UE-Kosovo en faveur d’une autoroute cruciale.

La capacité de transporter des personnes et des biens est un élément clé pour l'avenir économique du plus jeune pays d’Europe, le Kosovo*. C’est pour cela qu’une nouvelle autoroute de 30 km de long, prévue dans l’ouest du pays, revêt une importance aussi vitale.

« Cette route contribuera à la cohésion nationale et facilitera les longs trajets à travers le pays », affirme Piers Vickers, économiste en chef spécialisé en transports régionaux à la Banque européenne d’investissement, laquelle a prêté 80 millions d’EUR pour construire l’autoroute. Cette nouvelle voie de circulation divisera par deux le temps requis pour relier Peja à Pristina, sur un axe emprunté chaque jour par 15 000 véhicules et qui absorbe 95 % du transport de fret et de voyageurs au Kosovo.

Le programme pour la connectivité

En 2013, la BEI a signé avec le Kosovo un accord-cadre qui lui permet de financer des projets prioritaires dans les secteurs de l'environnement, des transports, des télécommunications et des infrastructures énergétiques – tous essentiels pour le développement de ce pays. Cette année, la BEI a signé le prêt relatif à cette autoroute, qui représente son aide financière la plus importante jamais accordée au Kosovo.

« Ce prêt est le plus élevé que le Kosovo ait jamais contracté », explique Lum Mita, directeur de la coopération financière internationale au ministère kosovar des finances. « Il représente 1,8 % du PIB du pays. »

>@EIB
©EIB

Ce tronçon de l’autoroute de 85 km qui s’étend de la capitale Pristina à la quatrième ville du pays, Peja, revêt une importance régionale, car il contribuera à relier Pristina au Monténégro.

Selon Konstantinos Mastrogiannopoulos, le chargé de prêts de la BEI responsable du projet, celui-ci « soutiendra l’intégration régionale ainsi que le développement de liaisons avec les pays voisins. Il s’inscrit également dans le cadre du programme pour la connectivité, qui a pour objectif d’améliorer les liens à l’intérieur des Balkans occidentaux et avec l’UE. »

À travers ce projet, la Banque vise aussi à améliorer la productivité et à favoriser les échanges commerciaux, ce qui stimulera la croissance économique et l’emploi local et contribuera à réduire la pauvreté.

Ce projet a également bénéficié de subventions d’une valeur de 3,2 millions d’EUR au titre du Cadre d'investissement en faveur des Balkans occidentaux, une aide qui a servi à élaborer un avant-projet détaillé et une étude de faisabilité.

>@Ministry of Finance of Kosovo
©Ministry of Finance of Kosovo

De réels bénéfices au détour du chemin

Grâce au projet, la majorité du trafic sera déviée de la route existante, ce qui améliorera la situation – sur le plan de la vitesse, de la sécurité et de l’environnement – pour les nombreuses localités bordant l’actuelle route nationale. « Certains tronçons de cette route traversent des villages, passant juste à côté des habitations, ce qui exige d’imposer des limites de vitesse contraignantes », explique M. Mita.

« L’aspect le plus important de ce projet, c’est qu'il permettra à ses bénéficiaires de mieux se familiariser avec les bonnes pratiques internationales et les normes de l’UE en matière d’exécution de projet », ajoute M. Vickers.

>@Ministry of Finance of Kosovo
©Ministry of Finance of Kosovo

Les Balkans occidentaux et l’UE

Lors du sommet UE-Balkans occidentaux qui s’est récemment tenu à Sofia (Bulgarie), le président de la BEI, Werner Hoyer, a déclaré : « En cette période d’aggravation des défis économiques et sociaux, la BEI va intensifier ses investissements et ses financements dans les Balkans occidentaux, dans le cadre de l’initiative Résilience économique et d’autres programmes. »

L’initiative Résilience économique vise à améliorer l’accès aux infrastructures vitales – dont l’autoroute kosovare –, à favoriser la résilience des économies et à promouvoir les possibilités d’emploi. Lors de sa phase de mise en œuvre, ce projet pourrait être soutenu par une subvention au titre de l’initiative Résilience économique. Depuis 2007, la Banque européenne d’investissement a investi 7 milliards d’EUR dans les Balkans occidentaux.

La BEI, compagnonne de route du Kosovo

>@Ministry of Finance of Kosovo
©Ministry of Finance of Kosovo

« Jusqu’à ce jour, dans notre coopération avec la BEI, nous nous sommes surtout concentrés sur les transports », expose M. Mita.

La BEI participe en effet au projet de modernisation ferroviaire du Kosovo,, qui intégrera le réseau ferroviaire kosovar au corridor du réseau central Orient-Méditerranée orientale, en reliant les Balkans occidentaux à l'Autriche, à la Grèce et à la Bulgarie, tout en s'inscrivant dans le réseau transeuropéen de transport.

« Nous aimerions que la BEI s’engage aussi dans la gestion des eaux usées et dans le secteur de la santé », ajoute M. Mita. « Je pense qu'il s’agit d'un projet charnière qui suscitera d’autres projets et ouvrira la voie à d’autres secteurs. »

Konstantinos Mastrogiannopoulos est bien d’accord sur ce point. « J’espère que ce n’est qu’un début pour le Kosovo. »

Cette désignation ne préjuge en rien de la position exprimée par les États membres de l’UE sur le statut du Kosovo et est compatible avec la résolution 1244/1999 du Conseil de sécurité des Nations unies et avec l’avis rendu par la Cour internationale de justice le 22 juillet 2010 au sujet de la déclaration d’indépendance du Kosovo.