En Afrique, l’accès à l’énergie est essentiel au développement. Grâce à un programme dans les énergies renouvelables qui a le vent en poupe, les Africains peuvent désormais remplacer leurs générateurs diesel polluants par des kits solaires

Avant, Abdulmumin Doka redoutait la fumée rejetée par le générateur diesel qu’il avait chez lui. Il détestait aussi devoir débourser des sommes élevées pour son entretien.

Puis, il a acheté un petit kit alimenté par l’énergie solaire pour sa maison à Tofa, dans le nord du Nigeria. Ce nouveau système fournit du courant électrique de manière régulière pour l’éclairage et pour l’alimentation de petits appareils.

« Je suis plus heureux maintenant et ma famille aussi », affirme Abdulmumin Doka, dont la maison compte parmi plus de 4 500 foyers en Afrique subsaharienne ayant bénéficié de kits d’alimentation par énergie solaire dans le cadre d’un programme appelé REPP (plateforme de performance pour les énergies renouvelables). « Je dors mieux la nuit, car je sais que ma maison est plus en sécurité. »

Cette plateforme a été conçue en 2015 par la Banque européenne d’investissement (BEI) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) afin d’appuyer l’initiative des Nations unies Énergie durable pour tous. Dans le cadre de son programme « International Climate Finance » et par l’intermédiaire de son ministère des entreprises, de l’énergie et de la stratégie industrielle, le Royaume-Uni a apporté 67 millions de dollars pour la mise en place de la plateforme REPP en 2015, puis ajouté un nouveau soutien de 128 millions de dollars en 2018. La plateforme dispose d’un mandat de cinq ans pour améliorer l’accès à l’énergie d’au moins deux millions d’Africains. À ce jour, elle a consacré environ 45 millions de dollars au financement de projets dans les énergies renouvelables dans 13 pays d’Afrique subsaharienne. Ces projets mettent en jeu de nombreuses technologies énergétiques différentes liées notamment aux énergies solaire et hydraulique.

L’accès à l’énergie permet de lever des obstacles en Afrique

« L’une des grandes forces de REPP est la souplesse avec laquelle elle lève les véritables obstacles auxquels sont confrontées les entreprises qui mettent en œuvre des projets liés à l’accès à l’énergie », affirme Daniel Farchy, chargé d’investissement dans le domaine des infrastructures et du financement climatique à la BEI et membre du conseil d’administration de la plateforme de performance pour les énergies renouvelables. « L’accès à l’énergie est une condition sine qua non du développement économique et REPP permettra à des centaines de milliers de personnes d’accéder à des sources d’énergie renouvelables et modernes. »

>@BBOXX
BBOXX fabrique des kits d’alimentation par énergie solaire pour des maisons dans toute l’Afrique. ©BBOXX

De nombreuses personnes en Afrique sont privées d’électricité et plus de 500 millions d’Africains sont tributaires de générateurs diesel polluants et onéreux. C’est en Afrique subsaharienne que le pourcentage de foyers ayant accès à l’électricité est le plus faible du monde. Moins d’un foyer sur vingt a l’électricité dans certaines zones rurales.

Dirk Roos, responsable des programmes de transition énergétique à la BEI et membre du comité d’investissement de REPP, décèle un immense potentiel en Afrique, mais qui s’accompagne aussi de grands défis. Selon lui, c’est l’unique continent où le nombre de personnes sans accès à l’électricité et vivant dans une pauvreté extrême augmente.

« On compte bien trop sur de grandes centrales à combustible fossile pour résoudre ce problème et on leur accorde bien trop d’investissements », affirme Dirk Roos, « alors que, dans la majorité des cas, ce qu’il faudrait, ce sont des solutions de petite dimension et décentralisées qui exploitent les énergies renouvelables ».

Les solutions à petite échelle de REPP font une grande différence dans le quotidien des Africains, estime Geoff Sinclair, directeur exécutif de Camco Clean Energy, qui dirige la plateforme. Les pays développés ont les moyens d’en faire beaucoup plus pour aider la production et la distribution d’énergie en Afrique, juge-t-il.

« Le problème de l’énergie en Afrique est un problème à l’échelle mondiale, pour des raisons non seulement humanitaires, mais aussi environnementales », affirme Geoff Sinclair. « Garantir l’accès de tous à l’énergie est l’un des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies. Si l’on veut réaliser les ODD et les objectifs climatiques de l’accord de Paris à l’échelle mondiale, il est essentiel que le futur énergétique de l’Afrique soit propre et durable. »

>@Camco
Commerçant au Nigeria qui s’éclaire et alimente de petits appareils grâce à un kit à énergie solaire. ©Camco

Manque de connaissances et de fonds d’amorçage pour l’accès à l’énergie en Afrique

Le secteur africain de l’énergie est souvent pénalisé par un manque de fonds d’amorçage et de connaissances nécessaires à la réussite de nouvelles entreprises. Les investisseurs sont souvent rebutés par les risques élevés au démarrage d’une activité ou par la taille trop modeste des projets.

Avec l’aide de Camco, REPP permet aux développeurs et aux entrepreneurs de trouver des financements et leur offre des conseils qui peuvent faire décoller leurs projets énergétiques.

« Le véritable rôle de REPP est de lever les obstacles qui freinent les investissements privés nécessaires pour faire passer le secteur africain de l’énergie renouvelable à la vitesse supérieure », explique Geoff Sinclair. « En continuant de démontrer le potentiel de croissance du secteur, nous envoyons à la communauté des investisseurs le message suivant : "Regardez, c’est ici que vous devriez placer votre argent." »

Quant à Abdulmumin Doka au Nigeria, il recommande le kit solaire domestique à ses amis et voisins et il prépare une surprise pour sa famille.

« Ma famille apprécie vraiment de mieux vivre à la maison », affirme-t-il. « Je songe maintenant à acheter une télévision pour fêter notre nouvelle source d’approvisionnement en électricité. »