>@EIB
Andrew McDowell, Vice-President of the EIB ©EIB

En marge des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du FMI, dix institutions financières internationales (IFI), dont la BEI, ont réaffirmé leur engagement à lutter contre le harcèlement, l’exploitation et les abus sexuels, au sein de leurs organisations comme au niveau de leurs opérations. Cette réunion a été organisée par Sigrid Kaag, ministre néerlandaise du commerce extérieur et de la coopération au développement, et Penny Mordaunt, secrétaire d’État britannique au développement international.

S’exprimant au nom de la banque de l’UE, Andrew McDowell, vice-président de la BEI, a déclaré : « La déclaration que nous avons publiée ce jour constitue un engagement public des principales institutions financières internationales à mettre en lumière le problème majeur du harcèlement, de l’exploitation et des abus sexuels et à s’assurer que nous favorisons tous une culture du respect aussi bien au sein de nos organisations qu’au niveau de nos activités dans le monde entier. »

« Il est important de noter que notre engagement favorise aussi la coopération entre les institutions : en partageant nos bonnes pratiques et en veillant à ce que nos normes soient alignées et que leur mise en œuvre soit homogène », a-t-il ajouté.

Les neuf institutions financières internationales aux côtés de la BEI sont la Banque asiatique de développement, la Banque africaine de développement, la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement, la Société financière internationale, le Fonds international de développement agricole, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.