>@Elysée
©Elysée

Werner Hoyer, président de la BEI, s’est joint aujourd’hui au président français Emmanuel Macron et à d’autres personnalités de premier plan du monde des affaires et de la société civile à Paris pour discuter de la coopération mondiale sur la reprise post-pandémique.

Les échanges ont eu lieu lors d’un déjeuner réunissant les partenaires du Forum de Paris sur la paix. Le Forum de Paris sur la paix organise une manifestation annuelle consacrée aux questions de gouvernance mondiale. Il a pour partenaires des groupes de réflexion, des fondations et des ONG d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, ainsi que le ministère français des affaires étrangères et l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po).

La BEI soutient activement les entreprises et le secteur de la santé depuis le début de la pandémie. Elle a approuvé des financements représentant plus de 56 milliards d’euros pour lutter contre le COVID-19 et a notamment accordé un soutien ciblé aux entreprises et aux investissements pour la santé publique et les vaccins. L’année dernière, elle a par exemple accordé un prêt de 100 millions d’euros à la société allemande BioNTech, qui a permis de mettre sur le marché l’un des vaccins les plus performants, les fonds mis à disposition ayant servi à en financer les essais et la production. En outre, le Fonds de garantie paneuropéen, soutenu par 25 milliards d’euros de garanties des États membres de l’UE, devrait mobiliser jusqu’à 200 milliards d’euros pour les entreprises qui ont été durement touchées par la pandémie.

La BEI a également approuvé plus de 6,5 milliards d’euros de nouveaux financements destinés à renforcer la résilience sanitaire et économique à l’extérieur de l’Union européenne, dont 600 millions d’euros pour l’initiative COVAX au titre de laquelle des vaccins salvateurs ont été livrés à plus de 100 pays dans le monde. Elle a lancé la plateforme SHIRA (Sustainable Healthcare Industry for Resilience in Africa), avec pour objectif de soutenir la sécurité et la résilience en matière de santé en Afrique par le financement d’investissements du secteur privé dans les capacités de production et d’approvisionnement dans le domaine de la santé en Afrique, pour l’Afrique. Dans le cadre de l’Équipe Europe (Team Europe), la BEI s’est également associée à d’autres institutions de développement et à l’État sénégalais pour soutenir la fabrication de vaccins en Afrique, pour l’Afrique. 

En 2020, la BEI a investi plus de 9,3 milliards d’euros à l’extérieur de l’Union européenne et un montant record de 5 milliards d’euros en Afrique. Plus de 70 % des investissements de la Banque en Afrique subsaharienne ont été effectués dans les pays les moins avancés et les États fragiles.

Si la BEI a consacré une énergie formidable à la crise immédiate, elle n’a pas perdu de vue les priorités mondiales à long terme. Les investissements financés par la Banque stimuleront la reprise et serviront également les plans ambitieux de l’UE visant à reconstruire mieux et à créer une économie plus durable, plus inclusive, plus avancée sur le plan numérique et neutre en carbone. De nouveaux investissements dans l’énergie, les technologies, les infrastructures, l’innovation et la cohésion sont essentiels pour la sécurité, la prospérité et la compétitivité futures de l’Europe, et pour la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies ainsi que des objectifs de l’accord de Paris.

« Nous avons appris lors des transitions précédentes que toute transformation est difficile. Elle nécessite du temps, des investissements colossaux et des objectifs clairs », a déclaré le président Hoyer.

Ces objectifs ambitieux requièrent non seulement des technologies, mais aussi une transformation sociale. Nous devons aider les personnes, les entreprises et les territoires les plus vulnérables partout dans le monde à saisir les possibilités de changement,  parce que le climat, l’innovation et le développement sont des éléments indissociables d’une seule et même discussion.