>@EIB
©EIB

Werner Hoyer, président de la BEI, a rejoint un groupe de dirigeants mondiaux à Rotterdam pour un dialogue de haut niveau sur l’adaptation aux effets des changements climatiques. Organisée par le Global Center on Adaptation (GCA), la conférence avait pour thèmes le renforcement des ambitions, l’augmentation des financements et l’intensification de la collaboration en matière d’adaptation aux changements climatiques, en amont de la COP 26 qui se tiendra à Glasgow en novembre prochain.

L’adaptation consiste à prendre des mesures pour se préparer et s’adapter tant aux effets actuels des changements climatiques qu’aux répercussions prévues pour l’avenir. Il s’agit notamment de phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents et intenses, comme en témoignent la sécheresse et les incendies récents en Europe du Sud, en Russie et en Amérique du Nord, ainsi que les graves inondations en Europe occidentale, en Afrique et en Asie.

Lors de la conférence, le président Hoyer, Patrick V. Verkooijen, directeur général du Global Center on Adaptation, et Ban Ki-moon, ancien secrétaire général des Nations unies et coprésident du GCA, ont annoncé que la BEI et le GCA allaient collaborer pour partager leurs connaissances, leurs outils et le renforcement de leurs capacités, tout en travaillant ensemble à l’intensification du financement destiné à l’adaptation. Cette collaboration vise à accélérer les mesures d’adaptation dans les régions du monde les plus vulnérables aux changements climatiques.

Cette collaboration réunira les atouts complémentaires des deux organisations, la BEI étant l’un des principaux bailleurs de fonds multilatéraux au monde pour l’action en faveur du climat et le GCA intervenant en tant que promoteur de solutions pour l’adaptation.

La réunion de Rotterdam a rassemblé des dirigeants de nombreux pays, ainsi que des représentants d’organisations régionales et internationales. Les participants, dont Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, et Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, ont lancé un appel à l’action aux gouvernements, aux décideurs politiques et au public sur les résultats que la COP 26 doit obtenir si l’on veut protéger les collectivités contre l’accélération des répercussions climatiques au cours de la prochaine décennie.

Lors de la conférence, le président Hoyer a souligné l’importance des partenariats pour une adaptation efficace aux effets des changements climatiques. Il a présenté les objectifs de la Banque en matière d’adaptation aux changements climatiques dans le cadre de la Feuille de route de la BEI dans son rôle de banque du climat. Consultez ici le texte intégral du discours.