>@Shirin Wheeler/EIB
By simply walking away from a group of cooperative people you don't get stronger, you get lonely. We need to move away from zero sum thinking , EIB President Werner Hoyer at the Atlantic Council ©Shirin Wheeler/EIB

Cette année, le thème du multilatéralisme est sur toutes les lèvres dans de nombreux couloirs et salles de réunion en marge des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale. Cependant, la conversation qu’ont tenue Werner Hoyer, président de la BEI, et Robert Zoellick, ancien président de la Banque mondiale et ancien émissaire américain pour le commerce, sur ce thème à l’Atlantic Council a ouvert de nouvelles perspectives.

Fred Kempe, membre de l’Atlantic Council, a animé la discussion intitulée « Coopération multilatérale – La clé d’une nouvelle ère de développement mondial inclusif ? » depuis le siège de l’organisation à Washington, le vendredi 21 avril 2017.

Plus forts ensemble que seuls

Différents sujets ont été abordés au cours de la conversation, allant de réflexions sur la nouvelle administration américaine et du rôle de la Chine en tant qu’« acteur responsable », jusqu’à l’importance des banques multilatérales de développement comme la BEI et la Banque mondiale, en passant par la manière dont la coopération peut aider à relever des défis comme la question des migrations et les changements climatiques.

« En tournant tout bonnement le dos à un groupe de personnes prêtes à coopérer, vous ne vous renforcez pas, vous vous isolez. Nous devons abandonner cette logique du jeu à somme nulle »,
a déclaré Werner Hoyer, président de la BEI.

Pour en apprendre plus sur le sujet, que diriez-vous de suivre la discussion en ligne sur Facebook Live avec le président Hoyer et Andrea Montanino, membre de l’Atlantic Council ?