>@EIB
©EIB
  • Mobilisation par la BEI de 2 milliards d’EUR en faveur des femmes dans toute l’Afrique via SheInvest.
  • Initiative de connectivité numérique destinée à accroître les investissements et à améliorer l’accès aux services numériques.
  • Sommet de Paris : des financements ciblés déterminants pour une reprise durable après la pandémie de COVID-19.
  • Diverses initiatives nées de l’engagement record de 5 milliards d’EUR pris par la BEI en faveur de l’Afrique en 2020.

Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement, a présenté aujourd’hui deux nouvelles initiatives d’investissement dans l’égalité hommes-femmes et le numérique qui accéléreront la reprise économique post-COVID en Afrique et accroîtront le soutien financier et technique ciblé à l’appui d’investissements à fort impact.

Le renforcement du soutien en faveur d’investissements dans l’égalité des sexes et le numérique a figuré au cœur des débats lors du Sommet sur le financement des économies africaines, organisé à Paris par le président Macron et auquel ont participé des chefs d’État ou de gouvernement africains et européens.

« Les discussions de ce jour au Sommet de Paris illustrent comment l’Afrique et l’Europe relèvent ensemble les défis sanitaires, économiques et sociaux engendrés par la pandémie de COVID-19 et partagent des priorités en matière d’investissement afin de garantir une reprise durable et inclusive. À la suite de l’engagement record de 5 milliards d’EUR souscrit par la BEI l’année dernière en faveur de l’Afrique, stimulé par notre réaction rapide à la pandémie qui a permis aux partenaires africains de continuer à investir, nous pouvons désormais nous tourner ensemble vers l’avenir.  Il est crucial d’accélérer l’innovation à tous les niveaux et de soutenir l’entrepreneuriat féminin pour le développement de l’Afrique. Les équipes de la BEI actives en Europe et dans neuf pôles d’Afrique sont prêtes à intensifier leur soutien financier et technique auprès des partenaires privés et publics africains pendant la reprise », a déclaré Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement.

Le président Hoyer et Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI chargé du développement, ont participé au Sommet et ont discuté des priorités en matière d’investissement, notamment en lien avec la reprise post-COVID, l’action pour le climat et la croissance du secteur privé, avec des dirigeants politiques africains et européens et des partenaires spécialisés dans le financement du développement.

Mobiliser en Afrique 2 milliards d’EUR d’investissements intégrant la dimension sexospécifique

Un an après le lancement de l’initiative SheInvest en 2019, la BEI a atteint son objectif initial consistant à mobiliser 1 milliard d’EUR d’investissements qui favorisent l’égalité entre les sexes et l’autonomisation économique des femmes en Afrique. Compte tenu du succès de son initiative, la BEI s’engage maintenant à doubler son ambition et à mobiliser 2 milliards d’EUR d’investissements qui permettront d’offrir aux femmes sur l’ensemble du continent africain un meilleur accès aux financements, ainsi qu’à des services et produits répondant mieux à leurs besoins.

En outre, un programme d’assistance technique pour l’autonomisation des femmes africaines – African Women Rising Initiative – contribue au renforcement des capacités et à l’accompagnement des entrepreneuses, tout en aidant les intermédiaires à concevoir des services financiers et non financiers adaptés à leurs besoins.

Les investissements dans le cadre de SheInvest sont guidés par les critères de l’initiative 2X Challenge, auxquels la BEI a souscrit pour renforcer l’impact de ses financements sur l’égalité entre les sexes et l’autonomisation économique des femmes dans les pays en développement.

Plus d’informations sur SheInvest.

Assurer une connectivité numérique dans toute l’Afrique

Il est essentiel d’améliorer l’accès à des financements novateurs et de partager les meilleures pratiques issues de toute l’Afrique et du monde pour combler le fossé numérique que connaît le continent.

La transformation numérique de l’Afrique est bien engagée, ce qui entraîne de grands changements et des avantages pour de nombreux secteurs de l’économie et de la société. Toutefois, sur une population totale de 1,3 milliard de personnes, on estime que 900 millions d’Africains ne sont pas connectés à l’internet et que ceux qui y ont accès peuvent se heurter à des problèmes de pouvoir d’achat faible et de bande passante très limitée. 

La boîte à outils de la BEI pour la connectivité en milieu rural, lancée ce jour, fournit des orientations claires pour aider les pays africains à concevoir des projets de connectivité numérique financièrement sains, durables et inclusifs. Elle vise à améliorer les connexions numériques dans les communautés peu ou pas desservies par le marché.

Au moyen de cette initiative, la BEI entend cibler les risques qui freinent les investissements privés dans les télécommunications, favoriser les financements à long terme pour accroître la connectivité numérique et partager les meilleures techniques avec les entreprises de télécommunications et les États qui prévoient des investissements publics dans le secteur numérique, et recourir à des financements novateurs pour encourager les opérateurs de télécommunications à fournir des services abordables dans les régions rurales.

Pour de plus amples informations à cet égard : Assurer une connectivité numérique en Afrique : la nouvelle boîte à outils de la BEI

Tirer parti de l’expérience unique de la BEI en Afrique

En 2020, la Banque européenne d’investissement a mis 5 milliards d’EUR à disposition pour de nouveaux investissements publics et privés en Afrique.

Ces financements représentent le plus important montant annuel engagé par la BEI en 55 ans de présence sur le continent et appuient d’un effort sans précédent l’action pour le climat et les investissements dans les États fragiles.