>@Dusan Ondrejicka/EIB
©Dusan Ondrejicka/EIB

Le développement du secteur privé étant l'objectif prioritaire qu’il poursuit en Géorgie, le Groupe BEI (composé de la Banque européenne d'investissement et du Fonds européen d'investissement) met en œuvre deux nouveaux programmes élaborés en collaboration avec la Commission européenne. Ces deux mécanismes ont été mis sur pied dans le cadre de l’accord d'association entre la Géorgie et l’UE. Il s’agit, d'une part, de l’initiative ALEAC Est et, d’autre part, du dispositif InnovFin – Financement européen de l'innovation du programme Horizon 2020 de soutien et de financement de la recherche et de l’innovation de l’UE.

Les deux programmes ont été présentés à l’occasion de la conférence qui s’est tenue le 8 mai à Tbilissi et qui a réuni quelque 200 représentants du monde des affaires, du secteur bancaire, d'institutions de microfinancement, de cabinets de conseil financier et d’associations sectorielles. Les invités à la conférence ont assisté aux exposés donnés par de hauts représentants de l’Union européenne, des autorités géorgiennes et de la Banque européenne d'investissement, à savoir : Janoš Herman, ambassadeur de l'Union européenne en Géorgie, Dimitry Kumsishvili, vice-Premier ministre et ministre des finances de Géorgie, Levan Davitashvili, ministre géorgien de l’agriculture, Giorgi Cherkezishvili, vice-ministre de l’économie et du développement durable de Géorgie, et Heinz Olbers, directeur du département Pays voisins de la Banque européenne d’investissement.

L'initiative Accords de libre-échange approfondi et complet (ALEAC) Est entend renforcer le développement économique dans les pays qui ont signé un accord d’association avec l’UE, à savoir la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine, en apportant un soutien technique et financier ciblé aux petites et moyennes entreprises dans ces trois pays.

Le Groupe BEI s’associe à la Facilité d’investissement pour le voisinage (FIV) de l’Union européenne pour fournir un ensemble d'instruments à l’appui des trois pays en vue de répondre aux besoins du marché et soutenir la mise en œuvre des objectifs des ALEAC qui visent la suppression progressive des barrières et la création des conditions nécessaires qui permettront aux PME de bénéficier du nouvel environnement de marché.

L’objectif général de cette initiative est de soutenir la croissance économique et la création d’emplois dans ces trois pays. Elle contribuera également à un accès plus large aux financements grâce à de meilleures modalités et conditions de prêt et à des garanties de premières pertes sur des portefeuilles de PME, ce qui permettra à des banques intermédiaires locales de prendre davantage de risques et d’atteindre des segments insuffisamment servis de l'économie.

Par la mise en œuvre des mesures ci-dessous, cette initiative renforcera les capacités du secteur privé, en particulier des PME, à participer à des appels à la concurrence locaux et internationaux.

  • Elle fournira des garanties sur les prêts aux PME aux banques locales et à d’autres intermédiaires financiers en collaboration avec le Fonds européen d’investissement (FEI), ce qui leur permettra d’améliorer les conditions et modalités des prêts, élargissant ainsi l’accès aux financements pour les PME.
  • Elle apportera une assistance technique à des intermédiaires financiers par le biais d’activités institutionnelles et de renforcement des capacités et par des services de conseil visant les PME régionales et locales. Elle contribuera également au développement du monde rural, singulièrement de la chaîne de valeur agroalimentaire.
  •  Elle appuiera les microentreprises par l'intermédiaire d'institutions de microfinancement locales.

Le dispositif « InnovFin – Financement européen de l'innovation » est une initiative conjointe du Groupe BEI et de la Commission européenne au titre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne.

Le dispositif InnovFin se décline en une série d'outils de financement et de services de conseil intégrés et complémentaires proposés par le Groupe BEI et couvrant l'intégralité de la chaîne de valeur de la recherche et l'innovation (R-I) à l'appui d'investissements mis en œuvre par des entreprises, quelle qu'en soit la taille.

En février 2017, le Fonds européen d'investissement (FEI) et ProCredit Bank JSC (Géorgie) ont signé le premier accord à l’appui des PME et des entreprises de taille intermédiaire mis en œuvre en Géorgie au titre de l’initiative InnovFin. Cet accord, couvert par le volet « Garanties pour les PME » du dispositif InnovFin, doit permettre à ProCredit de prêter 50 millions d’EUR à des entreprises innovantes au cours des deux prochaines années. La première « Garantie pour les PME » du dispositif InnovFin a été présentée à l’occasion de la conférence.

« Il est dans l’intérêt de la Géorgie et de l’Union européenne de collaborer au renforcement du secteur privé dans le pays. Un secteur privé performant, reposant particulièrement sur les PME, revêt une importance stratégique pour la croissance et la création d’emplois en Géorgie et pour une diversification accrue de l’activité économique du pays. Aujourd’hui, nous avons présenté les perspectives contextuelles qu’offrent l’initiative ALEAC Est et le dispositif « InnovFin – Financement européen de l'innovation » au secteur privé géorgien », a déclaré Dario Scannapieco, vice-président de la BEI responsable des opérations de prêt à l’appui des PME et des ETI.

Janos Herman, ambassadeur de l'Union européenne en Géorgie, a déclaré, pour sa part : « Ces programmes démontrent à nouveau que l’Union européenne est résolue à soutenir le développement des PME géorgiennes. En étroite collaboration avec la Banque européenne d'investissement, nous apportons un soutien tangible aux entreprises innovantes qui cherchent à tirer parti des nouvelles possibilités qu’offre l’UE. »

Dimitry Kumsishvili, vice-premier ministre et ministre des finances de Géorgie, a expliqué, quant à lui : « Des projets très importants pour la Géorgie sont mis en œuvre avec le soutien financier de la Banque européenne d'investissement dans les secteurs suivants : les routes, l’énergie, l’eau et les infrastructures municipales. La BEI soutient également le secteur privé du pays. Les opérations et les plans d’avenir de la BEI se reflètent dans le soutien appuyé qu’elle apporte au programme de réformes en quatre points lancé par le Premier ministre géorgien qui entend accélérer la mise en œuvre des projets d'infrastructures et promouvoir l’esprit d'entreprise ».

Giorgi Cherkezishvili, vice-ministre de l’économie et du développement durable au ministère de l’économie et du développement durable de Géorgie, a déclaré : « Les autorités géorgiennes expriment leur satisfaction à l’Union européenne pour le soutien qu’elle leur apporte, par le biais de différents instruments et différentes ressources, dans la mise en œuvre du programme de réformes en quatre points du gouvernement. Les dispositifs présentés ce jour contribueront de manière tangible à renforcer la compétitivité du secteur privé, à intégrer les innovations et à promouvoir les compétences nécessaires. Ils permettront également d’améliorer l'accès aux financements. J’espère que les jeunes pousses, les PME et les ETI, ainsi que les grandes entreprises et les banques commerciales, tireront parti des perspectives offertes par la BEI.

Levan Davitashvili, le ministre géorgien de l’agriculture, a commenté l’événement en ces termes : « Les autorités géorgiennes prêtent la plus grande attention au développement du secteur agricole. L’une des priorités absolues du gouvernement est de soutenir les agriculteurs et les PME dans l’accès à des solutions de financement abordables. Les exportations vers l’UE augmentent depuis la signature de l’Accord de libre-échange approfondi et complet (ALEAC). Pour en profiter pleinement, la Géorgie devra tout d’abord se conformer aux normes et réglementations européennes et, ensuite, le pays devra proposer des produits de qualité pour être concurrentiel sur les marchés internationaux. Au terme de négociations fructueuses avec la BEI, les autorités géorgiennes ont conclu un accord de financement d'un montant de 100 millions d’EUR. L'instrument de crédit de la BEI servira à financer l’essor de l’horticulture géorgienne, notamment dans la culture des noix, et des chaînes de valeur vinicoles. » Et le ministre d’ajouter : « Grâce à ces plans de financement à long terme, les agriculteurs et les PME auront la possibilité de réaliser des récoltes à haute valeur ajoutée et d’offrir des produits de qualité pour accéder pleinement aux marchés internationaux ». M. Davitashvili a également conclu : « Grâce aux fonds mis à disposition en étroite collaboration avec le secteur bancaire, nous aurons une incidence forte sur le développement positif du secteur agroalimentaire ».