>@Anne-Cécile Auguin/EIB
©Anne-Cécile Auguin/EIB

Ce mardi 7 mars 2017, Ambroise Fayolle, Vice-Président de la Banque européenne d’investissement (BEI) qui est la banque de l’Union européenne et Laurent Duporge, Président du Syndicat Mixte des Transports (SMT) Artois-Gohelle, ont signé un contrat de financement de 110 millions d’euros pour mettre en œuvre le projet de transport innovant et durable Bulles. La cérémonie de signature s’est déroulée à Oignies en région Hauts-de-France, en présence du Premier ministre, Bernard Cazeneuve, et de Carlos Moedas, Commissaire européen en charge de la Recherche, de la Science et de l'Innovation.

Ce financement bénéficie du soutien du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) - élément central du Plan d’investissement pour l’Europe, appelé plus communément Plan Juncker - avec à la clef pour le SMT Artois-Gohelle l’octroi de conditions financières particulièrement attractives, adaptées au secteur et à la nature de l’investissement.

Au niveau européen, ce projet s’inscrit également comme une des premières opérations pilotes du programme « Cleaner transport Facility » (CTF) lancé conjointement par la BEI et la Commission européenne pour soutenir le développement de solutions technologiques plus respectueuses de l’environnement pour les flottes publiques captives.

Carlos Moedas, Commissaire européen pour la Recherche, la Science et l’Innovation, a déclaré: «L’accord conclu aujourd’hui est une illustration idéale de ce pourquoi l’EFSI a été créé: la mobilisation des investissements afin de générer des emplois, de la croissance et l'amélioration réelle de la qualité de vie des populations. Le Plan Juncker facilite ainsi la modernisation de réseaux de transports publics afin d’assurer leur efficacité, leur fiabilité et leur propreté pour tous les habitants. »

« La BEI est très heureuse de signer ce nouveau financement à fort impact social, qui devrait améliorer la vie quotidienne des habitants de ce territoire a déclaré Ambroise Fayolle, Vice-Président de la BEI. Grâce au soutien de la banque de l’Union européenne, le SMT Artois-Gohelle pourra relier et desservir ses territoires avec une offre de transport améliorée et performante au niveau énergétique et environnemental. Nous espérons que ce projet contribuera à améliorer les perspectives d’emploi dans la région et à dynamiser les territoires traversés. Le Plan Juncker, dont bénéficie ce projet, continue ainsi sa progression en France avec à ce jour 58 projets d’investissement approuvés, qui devraient générer 21,9 milliards d’investissements supplémentaires. »

Bulles, un projet ambitieux à l’échelle d’un territoire

C’est un projet ambitieux à l’échelle d’un territoire qui est celui de trois communautés d’agglomérations couvrant près de 1000 km2, habité par plus de 650 000 habitants.

Ce projet de mobilité vise à créer 6 lignes de Bus à Haut Niveau de Service et à compléter la trame existante (train, réseau de bus) par un moyen de transport fiable, plus rapide, ponctuel  et avec un cadencement  important. Plus de 200 000 personnes vivent à moins de 500 mètres de l’un des arrêts Bulles.

Dans le cadre de Bulles, plus de 110 kms de voirie vont être aménagés pour rendre la circulation des bus plus fluide. Au-delà de ces travaux, le SMT AG renouvellera fortement sa flotte de bus qui évoluera du tout diesel vers une motorisation hybride. La Bulle 6 (Bruay la Buissière – Auchel) fonctionnera complétement avec des bus électriques propulsés à l’hydrogène. Le virage de la transition  énergétique est donc pris !

Pour améliorer le service aux voyageurs, le SMT AG et Tadao, exploitant de son réseau, amélioreront aussi l’information voyageurs qui sera complétement repensée comme d’ailleurs la billettique. En outre, deux nouveaux dépôts de bus sont en cours de construction pour accueillir les bus articulés qui circuleront sur les Bulles 1 et 2 tandis que les deux autres dépôts seront réhabilités.

Un financement clef pour le territoire

Le financement de la BEI (110 M€) en faveur de ce projet innovant, durable et à fort impact social est clef pour le territoire. Il permettra très concrètement de doter les territoires de Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune-Bruay d’un réseau de transport performant à faibles émissions de polluants et reliant les principaux pôles urbains du territoire, de desservir les pôles d’emploi tout en désenclavant les populations les plus précaires et les moins motorisées.

Grâce à ce financement, deux lignes de bus à haut niveau de service (lignes 1 et 3) ainsi que des aménagements connexes comme des pistes cyclables vont pouvoir être développées sur 40 km de réseau parallèlement à l’acquisition de 41 bus hybrides de 18 mètres et 6 bus à hydrogène de 12 mètres.

Le projet financé aura de surcroît un impact positif sur la création d’emplois estimé à 820 personnes-année pendant toute la durée d’implémentation du projet avec une attention toute particulière portée à l’insertion et à l’emploi des personnes en difficulté.

Le coût total de l’opération évalué à 430 millions d’euros fait l’objet de financements de la Région des Hauts de France et de l’Union Européenne (fonds Feder) pour un montant global de 105 M€, mais aussi de financements de l’Etat.  Par ailleurs, des partenariats financiers ont été noués au-delà de la Banque Européenne d’Investissement avec la Caisse des Dépôts et Consignations et d’autres banques (Crédit Agricole, Banque postale, PBB, Société Générale, Caisse d’Epargne). Il bénéficie en outre du soutien de la Communauté d’Agglomération Béthune-Bruay Artois Lys Romane (CABBALR), de la Communauté d’Agglomération Hénin-Carvin (CAHC) et de la Communauté d’Agglomération Lens-Liévin (CALL).

La BEI, une action avant tout concrète au cœur d’un territoire

Hauts de France est la première région bénéficiaire du Plan Juncker en France avec 7 opérations financées à ce jour.

Ce nouveau financement reflète la forte mobilisation de la BEI pour soutenir la Région Hauts-de-France dans ses projets de développement économique et de cohésion sociale. En tout ce sont plus de 1,8 milliards d’euros qui ont été investis sur le territoire au cours des dix dernières années, en soutien à des projets concrets axés sur l’amélioration de la vie quotidienne des habitants, que ce soit la formation des collégiens et lycéens pour leur donner plus de chances de réussite, le développement d’un transport public au cœur des villes, agglomérations et territoires, le soutien à des porteurs de projets dans le domaine de l’environnement et de l’efficacité énergétique, ou encore l’accès de la fibre optique pour tous.