>@EIB/Credit European Union
©EIB/Credit European Union

La Banque européenne d’investissement (BEI) a signé la première tranche de 200 millions d’EUR d’un prêt de 600 millions d’EUR qu’elle a approuvé pour financer l’extension du métro du Caire, ainsi qu’un prêt de 45 millions d’EUR à l’appui du programme de développement local. Ces deux projets constituent la première réponse de la BEI aux priorités définies par le nouveau gouvernement dans ce domaine.

Werner Hoyer, président de la BEI, a commenté les opérations en ces termes : « Le printemps arabe a ouvert un nouveau chapitre des relations entre l’Égypte et l’Europe. Aujourd’hui, le défi du nouveau pouvoir égyptien consiste à restaurer la confiance dans l’économie. La construction d’infrastructures, en particulier pour assurer la mobilité, et le soutien à l’activité dans le cadre du programme de développement local sont déterminants pour promouvoir la croissance et l’emploi. » 

Ces deux concours ont été signés ce jour au Caire par Werner Hoyer, Gamal Negm et Nedal Assar, respectivement gouverneur adjoint et vice-gouverneur de la Banque centrale d’Égypte, et Atta El Sherbiny, président de l’Autorité nationale des tunnels, pour le prêt destiné au métro du Caire, et Ghada Waly, directeur général du Fonds social de développement, pour le prêt à l’appui du programme de développement local. 

La signature des prêts a eu lieu à l’occasion de la visite de Werner Hoyer et de Catherine Ashton, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Étaient également présents Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire à l’industrie et à l’entrepreneuriat, et Štefan Füle, commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage.

L’extension du métro du Caire contribuera à réduire les encombrements et la pollution et à promouvoir l’utilisation des transports en commun, avec à la clé un développement plus durable de la ville. Le projet concerne le prolongement de la ligne 3 pour desservir les principaux corridors de transport de l’agglomération urbaine de la capitale égyptienne. Quinze stations et 17,7 kilomètres de nouvelles voies seront construits. Le but en est de favoriser la mobilité et l’accès à l’emploi et aux équipements sociaux des habitants du Caire, et en particulier des populations les plus pauvres. Le projet est cofinancé par l’Agence française de développement (AFD). L’emprunteur est la République arabe d’Égypte et le promoteur l’Autorité nationale des tunnels.

Le prêt de 45 millions d’EUR à l’appui du programme de développement local aidera à financer, principalement dans les zones urbaines, des projets ayant trait notamment aux équipements sociaux et collectifs, aux infrastructures de base, à la rénovation de logements, ainsi qu’au développement des microentreprises et des PME. Le programme vise à former des collectivités plus durables pour améliorer les conditions de vie et promouvoir la création d’emplois au bénéfice des populations défavorisées. L’emprunteur est la République arabe d’Égypte et le promoteur le Fonds social de développement.