En Slovaquie, les investissements du secteur éducatif dans le patrimoine culturel et architectural tracent aussi la voie à suivre pour l’avenir de la culture dans le pays.

Découvrez comment les investissements du secteur éducatif en Slovaquie impriment un élan à la culture nationale :

Retrouvez d’autres épisodes de notre podcast en anglais sur iTunes, Spotify et Acast.  

Le podcast Future Europe est une série de reportages audio sur chacun des 28 États membres de l’UE. Chaque épisode de la série raconte un projet qui illustre la façon dont les Européens vivront dans le futur. Et ce sont les personnes impliquées dans le projet, comme ici Katarina Hajsterova, qui s’expriment. 

Au sous-sol du conservatoire de Bratislava, la professeur de danse Katarina Hajsterova allume la lumière pour nous faire découvrir une petite salle de concert parfaitement équipée avec piano à queue, moquette épaisse et rangées de chaises dorées. Tout est en place pour le prochain récital d’un des jeunes prodiges élèves de cette institution historique. Pourtant cela n’a pas toujours été le cas.

« C’était affreux », se souvient Katarina.  « Il n’y avait pas l’électricité. C’était juste une cave.  À présent c’est une très belle salle de concert et nos étudiants apprécient vraiment de jouer ici. »

De nos jours, cette énergie abonde. Le bâtiment est une ruche en ébullition grouillant d’activités artistiques.

À côté de la salle de concert, un studio d’art dramatique accueille ce jour-là un groupe de récents diplômés répétant avec enthousiasme une nouvelle pièce de théâtre qu’ils prévoient de présenter en tournée. Deux étages au-dessus, des professeurs et leurs élèves travaillent côte à côte sur des pianos à queue contigus.

À l’extérieur, dans le jardin, Paulina, une jeune chanteuse lyrique est assise sous un arbre, occupée à annoter soigneusement le manuscrit d’une ancienne berceuse tchèque en vue du récital qu’elle prépare.

Elle est là depuis sept heures du matin et s’attend à rester au conservatoire jusqu’à tard dans la soirée. « C’est ma deuxième maison », déclare-t-elle en souriant. 

Contribution à la rénovation

Après des décennies de négligence sous le régime communiste et même par la suite, le conservatoire fait partie des deux établissements d’enseignement supérieur de la région de Bratislava à avoir bénéficié d’un programme complet de rénovation financé en grande partie par la Banque européenne d’investissement. Ce programme comprenait les opérations suivantes : 

Devenue absolument nécessaire, la rénovation complète de l’insonorisation interne du bâtiment était probablement l’opération la plus importante.  Les étudiants et les professeurs peuvent désormais se concentrer sur leur travail dans un environnement adapté et agréable sans se déranger mutuellement.

Et c’est toute la vie culturelle du pays qui bénéficie également de ces améliorations.  « En Europe centrale et en Slovaquie, la culture et la musique sont solidement ancrées dans les traditions », explique Celia Alvarez, la représentante de la BEI chargée de superviser le financement du projet.  « Ce programme est une formidable contribution au maintien de ces traditions car il finance des investissements qui permettent de développer ces activités artistiques dans un environnement adapté. »

Éducation et vieille ville

À quelques encablures de là, Marek Vlcej, conseiller économique de la région de Bratislava, admire l’imposante façade de style Art Nouveau du lycée Grosslingova 18, autre célèbre bâtiment d’enseignement de la ville et un de ses joyaux architecturaux.

« On voit que l’extérieur du bâtiment a été reconstruit », dit-il en désignant les murs fraîchement repeints et les fenêtres et portes incurvées caractéristiques de l’édifice. « À présent c’est un bâtiment vraiment magnifique, au cœur de la vieille ville ! » 

L’école a été fondée au XVIIe siècle et compte parmi ses anciens élèves le célèbre compositeur Bela Bartok.  Le bâtiment actuel a été construit en 1908 par l’architecte hongrois de renom Ödön Lechner et figure parmi les symboles les plus marquants de la ville.

À l’instar du conservatoire, l’école a souffert pendant de nombreuses années du manque d’entretien et d’investissement mais aujourd’hui elle est comme neuve grâce au prêt de 25 millions d’EUR de la Banque européenne d’investissement.

« Nous aimons le développement urbain », explique Celia Alvarez aux animateurs du podcast Future Europe. « Pour nous, ce joyau architectural contribue à la réhabilitation de Bratislava et abrite en même temps une école réellement prestigieuse. »  

Elle ajoute que les investissements réalisés dans le lycée et le conservatoire sont des étapes importantes pour préparer l’avenir de la Slovaquie. « En finançant l’éducation, nous finançons aussi l’innovation de demain et c’est ce qui va donner un avantage compétitif à la Slovaquie. Nous misons sur les deux tableaux : les infrastructures et les projets innovants qui y seront développés. »

Marek Vlcej ne dit pas autre chose :  « Je pense que chaque pays doit s’intéresser à sa culture. Ces deux établissements contribuent au développement de notre pays et à l’éducation des jeunes slovaques.  Ils seront plus nombreux à être diplômés et à devenir de grands artistes pour mieux faire rayonner la Slovaquie dans le monde entier. »