Patricia Castellarnau et Thomas van Gilst nous confient comment ils ont injecté de l’eau dans une obligation

Pour éviter que les sociétés de distribution d’eau italiennes n’augmentent leurs prix, la BEI a conçu une obligation italienne spéciale liée à l’eau afin d’attirer les investisseurs à long terme

Une « hydrobond », ou obligation liée à l’eau, est un titre dont les émetteurs sous-jacents sont des sociétés de distribution d’eau. Il s’agit d’un instrument financier structuré.

Si vous aimez l’eau minérale italienne, alors vous apprécierez peut-être aussi une hydrobond, ou obligation italienne liée à l’eau. Elle ne pourra pas vous réhydrater, ni accompagner délicieusement un plat de fettuccine Alfredo, mais elle pourrait se révéler un bon investissement à long terme et empêcher une flambée des prix de l’eau pour les consommateurs.

« Ce nom fluide recouvre une réalité assez simple », affirme Thomas van Gilst, chef de la division Sécurité et résilience de l’eau à la Banque européenne d’investissement. « L’idée était de créer un produit que les investisseurs institutionnels voudraient acheter. »

Dans ce podcast de « A Dictionary of Finance », Thomas et sa collègue Patricia Castellarnau, une économiste, nous racontent la genèse de l’obligation liée à l’eau. Tout a commencé avec un groupe de petites compagnies des eaux italiennes dans le contexte de la crise financière.

Les compagnies des eaux avaient besoin d’investir à long terme dans des infrastructures hydriques coûteuses. Mais les banques n’accordaient que des prêts à court terme à ces entreprises du fait de leur taille relativement modeste et de la crise financière.

La situation était problématique. Si les entreprises avaient contracté ces prêts à court terme, elles auraient dû augmenter les tarifs facturés aux clients afin de rembourser cet argent rapidement, au lieu d’en étaler le coût sur plusieurs années.

La BEI a donc cherché un moyen de remédier à cette situation.

En regroupant les titres des petites sociétés en une obligation unique de plus grande taille, l’opération a attiré des investisseurs institutionnels, comme des fonds de pension, qui n’auraient autrement pas financé ces compagnies des eaux.

Thomas et Patricia travaillent sur les obligations liées à l’eau qui, à ce jour, appuient 500 millions d’EUR d’investissements via des opérations signées ces quatre dernières années. « Sans cette solution, il aurait fallu bien plus de temps à ces entreprises pour mettre en œuvre leurs programmes d’investissement », déclare Patricia.

Dans ce podcast, Thomas nous abreuve aussi d’informations sur les répercussions économiques du manque de sécurité de l’approvisionnement en eau. Il souligne que 90 % de l’activité économique s’arrête en quelques jours s’il n’y a pas d’accès à l’eau.

Combien de temps pourriez-vous continuer à travailler sans eau ? Dans ce podcast, nous étions décidés à rentrer chez nous au bout de 30 minutes sans hydratation. Dites-nous sur Twitter si vous pourriez tenir plus longtemps. Envoyez vos commentaires à @EIBMatt ou @AllarTankler. Nous aimerions aussi savoir quels autres thèmes de la finance vous voudriez que nous abordions.

Abonnez-vous au podcast A Dictionary of Finance via l’app Podcasts de votre IPhone, Stitcher ou Spotify. Merci aussi de noter le podcast sur ces plateformes.