Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées
    Laurent Maurin et Aldo Romani affirment qu’une monnaie commune exige que les pays qui l’adoptent partagent des valeurs communes et aient des systèmes politiques compatibles., EIB

    Cette semaine, « A Dictionary of Finance » prend des airs d’encyclopédie de la finance car nous vous narrons une histoire de l’euro : comment et pourquoi est née la monnaie européenne

    337 millions de personnes - le nombre d’habitants des pays ayant l’euro comme monnaie commune - ne sauraient se tromper, n’est-ce pas ? Ceci dit, l’histoire de l’euro est encore assez récente. Et, comme le soulignent nos invités de cette semaine, Laurent Maurin, économiste principal de la division Études économiques de la Banque européenne d’investissement, et Aldo Romani, conseiller de direction de la division Euro du département Marchés des capitaux de la BEI, il a fallu beaucoup plus de temps pour que le dollar devienne la monnaie bien établie, liquide et stable que nous connaissons aujourd’hui.

    Selon toute vraisemblance, l’histoire de l’euro est donc loin d’être terminée. Cependant, nous allons commencer par le tout début en parlant de l’EURCO (l’unité composite européenne) et de l’ECU (l’unité monétaire européenne), prédécesseurs de l’euro tel que nous le connaissons aujourd’hui, et nous verrons comment la BEI a été l’un des premiers émetteurs d’obligations dans ces unités de compte.

    Plus important encore, nous découvrirons les avantages apportés par l’euro - ce qui nous fera nous pencher essentiellement sur les motifs pour lesquels il a été introduit en premier lieu :

    • les taux d’intérêt et d’inflation ont convergé vers un niveau inférieur ;
    • les exportateurs sont mieux protégés ;
    • les investisseurs ne sont pas exposés au risque qu’un pays dévalue sa monnaie.
    • Nous analyserons également comment ces trois avantages compensent largement le manque de flexibilité en matière de politique monétaire auquel sont confrontés les différents pays.

    En effet, Aldo Romani décrit la création, par la monnaie commune, d’un environnement bel et bien plus compétitif pour la BEI sur les marchés des capitaux, et l’adoption par la Banque du principe d’« aventure », défini par le philosophe italien Vittorio Mathieu comme le parti pris de regarder vers l’avenir en adhérant au changement, afin d’en faire un avantage.

    Nous irons même jusqu’à leur demander quels sont les défauts de l’euro. Ce sujet fera cependant l’objet de l’épisode de la semaine prochaine. Comme vous ne voudriez pas rater cela, abonnez-vous à notre podcast !  Alors, rendez-vous sur iTunes, Acast, Spotify, YouTube, et partout ailleurs.

    N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires (via Twitter @EIBMatt et @AllarTankler) et vos critiques ou évaluations sur les plateformes spécialisées.