Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Des opportunités offertes à des étudiants de pays en développement grâce à des services grecs d’apprentissage en ligne

    Découvrez comment un prêt de la BEI a contribué à rendre l’internet éducatif et plus sûr dans divers pays du monde.

    • Upstream prévoit de rendre l’internet mobile accessible à des milliards de personnes dans le monde entier. 
    • En outre, l’entreprise sécurise la navigation et les transactions en ligne.

    Abonnez-vous à « Future Europe » sur iTunesSpotify et Acast.

    « Future Europe » est une série de reportages audio sur chacun des 28 États membres de l’UE. Chaque épisode fait le récit d’un projet illustrant la façon dont les Européens vivront à l’avenir. Et il donne la parole aux personnes qui participent à ce projet.

    Un internet sûr et bon marché

    Guy Krief affirme qu’il existe de nombreux marchés émergents dans le monde sur lesquels les internautes ne disposent que d’un téléphone pour accéder à la toile et que bon nombre des transactions en ligne ne sont pas sûres du fait de la fraude publicitaire et de logiciels malveillants.

    M. Krief est le PDG d’Upstream, une entreprise qui propose un accès abordable à l’internet et une plateforme mobile conçue pour protéger ses usagers et leur offrir des services extrêmement utiles, notamment des possibilités d’apprentissage en ligne.

    Fondée en 2001 à Athènes, la société collabore avec 60 opérateurs de téléphonie mobile dans plus de 45 pays et fournit, via sa plateforme mobile, des transactions numériques sûres et d’autres services à 1,2 milliard de personnes.

    La plateforme de l’entreprise assure le suivi des acquisitions effectuées par ses clients, la prestation de services numériques, ainsi que la facturation et la monétisation de services et de produits numériques sur des marchés émergents. Upstream espère fournir ses services à quelque 3 milliards de personnes dans le monde entier qui souhaiteraient se connecter mais qui ne peuvent pas accéder régulièrement à l’internet.

    « Souvenez-vous de la révolution que l’internet a provoquée sur les marchés des pays occidentaux. Multipliez ce phénomène par dix et vous comprendrez ce qui se passe dans les pays émergents. Et nous sommes là pour rendre cette révolution possible », affirme M. Krief.

    « Il s’agit de marchés sur lesquels les gens n’ont jamais eu accès à un ordinateur de bureau », ajoute-t-il. « Leur téléphone mobile est leur premier appareil connecté. » Sur les marchés émergents, la moitié des utilisateurs de téléphones mobiles n’a pas accès à l’internet, faute d’un volume de données suffisant. 

    Un accès gratuit aux fonctions de base de l’internet

    L’accès à l’internet est très onéreux sur les marchés émergents, poursuit M. Krief. Le prix du transfert de données au Nigeria ou au Brésil est plusieurs fois plus élevé qu’en Allemagne. De nombreux utilisateurs sur les marchés émergents épuisent leur volume de données rapidement car ils achètent des quantités limitées sous la forme de cartes à gratter.

    Upstream offre des services mobiles tels que Zero D, qui permet d’accéder aux services internet de base même en cas d’épuisement des données. Ainsi, les utilisateurs peuvent accéder gratuitement aux fonctions de base de l’internet – actualités, services d’apprentissage et messagerie personnelle –, car Zero D est financé par la publicité.

    Upstream propose également un produit nommé Secure D, qui sécurise l’internet pour les utilisateurs de téléphones mobiles dans les pays émergents. Secure D protège les opérateurs mobiles et leurs abonnés contre les transactions numériques frauduleuses et des logiciels malveillants qui épuisent les forfaits de données. Au cours des douze derniers mois, Secure D a été déployé dans douze pays par l’intermédiaire de 80 opérateurs mobiles.

    La BEI a octroyé un prêt de 25 millions d’EUR à Upstream afin de l’aider à croître et à mener des activités de recherche-développement.

    Étant donné qu’Upstream exerce ses activités sur des marchés émergents, elle peinait à obtenir des financements auprès de banques européennes et américaines. 

    Andreas Aristotle Papadimitriou, chargé de prêts à la BEI, déclare qu’Upstream a « réalisé exactement ce que ses fondateurs avaient en tête, à savoir réduire le fossé séparant les populations pauvres des classes moyennes dans les pays émergents. »

    Une touche locale

    Selon George Kalyvas, l’un des dirigeants d’Upstream, il importe de faire en sorte que tout un chacun puisse accéder à l’internet sur des appareils mobiles, car bon nombre des services mobiles que l’entreprise propose sont conçus pour améliorer le quotidien. Par exemple, les cours d’anglais disponibles sur la plateforme d’Upstream sont extrêmement populaires. Cette plateforme permet aussi d’accéder à des informations de base en matière de santé, à des conseils agricoles et à d’autres informations particulièrement importantes dans les zones rurales.

    Upstream veille à ce que ses services soient pertinents sur les marchés où elle est présente, précise M. Kalyvas. L’entreprise, qui collabore étroitement avec des opérateurs locaux de téléphonie mobile, emploie du personnel local sur les marchés desservis par sa plateforme. Upstream a crû rapidement. En 2007, elle comptait 35 employés qui travaillaient sur trois marchés, alors qu’aujourd’hui son effectif se compose de plus de 300 employés actifs sur 45 marchés.

    « Nous nous attachons maintenant à rendre l’accès à l’information juste et équitable, pour que les habitants des pays émergents puissent bénéficier de toutes les possibilités qu’offre l’internet de manière comparable à ce qu’ont connu les habitants des pays occidentaux », explique Guy Krief. « C’est l’une des principales raisons qui nous donnent envie de nous lever et d’aller travailler tous les matins. »