Sabrina Mancini, Marco Loretti et Dominik Adamski mènent l’enquête

Comment les banques repèrent-elles les cas possibles de fraude ? Découvrez la division Enquête sur les fraudes de la BEI.

Là où se trouve beaucoup d’argent, il y a forcément des gens qui cèdent à la tentation. Ce qui peut se traduire par de la fraude. Et lorsqu’une banque traite des milliards d’euros, le risque de fraude est non négligeable. C’est la raison pour laquelle nous avons consacré le dernier épisode du podcast « A Dictionary of Finance » aux enquêtes sur les fraudes, à la Banque.

À la Banque européenne d’investissement, une division toute entière se consacre aux enquêtes sur les fraudes. Si vous vous demandez ce que sont les fraudes exactement, voici comme les définit Sabrina Mancini, chargée d’enquêtes à la BEI : « Une fraude est constituée par tout acte d’omission ou de fausse déclaration commis dans le but d’obtenir un avantage financier. »

Dans cet épisode du podcast, Sabrina est accompagnée de Marco Loretti, coordinateur des enquêtes, qui s’occupait auparavant d’enquêtes relatives aux droits de l’homme en Afrique. Parmi les mesures que prennent les banques pour se protéger des fraudes, note Marco, beaucoup sont prévues avant même qu’un prêt ne soit consenti. Par exemple, lors des négociations contractuelles, la Banque doit s’assurer que les sous-traitants ne puissent pas faire l’objet d’un traitement préférentiel déloyal par l’entreprise qui souscrit au prêt.

Cependant, lorsqu’il y a suspicion de fraude, c’est là que Dominik Adamski entre en scène. C’est le chargé principal des contrôles criminalistiques à la BEI. Cela ne signifie pas qu’il autopsie des cadavres, comme le ferait l’un des enquêteurs de la série télévisée « Les Experts ». Mais il joue un rôle équivalent, à la Banque, car il s’appuie sur des techniques d’expertise comptable judiciaire. « La comptabilité judiciaire repère les anomalies », explique-t-il, comme dans le cas de transactions volumineuses ou fréquentes effectuées tard le soir ou pendant le week-end. « Les experts-comptables judiciaires sont, en général, en quête de “situations anormales” », ajoute-t-il.

Faites-nous part de votre avis sur cet épisode sur Twitter (@EIBMatt ou @AllarTankler).

Retrouvez d’autres épisodes de notre podcast sur iTunes, Acast ou Spotify.