corporate_banner_fr

Accéder à la révolution numérique

Accéder à la révolution numérique

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Le président de la BEI, Werner Hoyer, a adressé ses félicitations au secrétaire d'État américain John Kerry et à son équipe pour l'initiative « Global Connect ». Aux côtés de ses partenaires de la communauté des banques de développement, la Banque européenne d'investissement a proposé son appui financier, son expérience et son expertise pour soutenir les efforts visant à connecter 1,5 milliard de personnes supplémentaires à l'internet d'ici à 2020.

Sur les 7 milliards d'habitants que compte la planète, 4 milliards possèdent un téléphone portable, alors que 3,5 milliards seulement ont une brosse à dents. Dans de nombreux pays en développement, les personnes possédant un téléphone portable sont plus nombreuses que celles ayant accès à l'eau potable ou à l'électricité.

Le besoin humain d'être connecté a fortement accéléré le progrès technologique, sous des formes qui n'auraient pu être imaginées il y a à peine 20 ans, et pour cause !

Le rapport de la Banque mondiale intitulé Les dividendes du numérique publié en janvier 2016 apporte la preuve incontestable que la connectivité à l'internet est une source de croissance économique dans le monde en développement. La connectivité va au-delà d'une mise à jour d'un statut sur Facebook, de la dernière vidéo sur YouTube ou d'un selfie sur Instagram. Alors que la connectivité à l'internet est aussi essentielle pour le développement économique et la prospérité que les routes, les chemins de fer, les ports et d'autres infrastructures traditionnelles, l'ONU estime que dans les nations les plus pauvres du monde, 90 % de la population demeure exclue de la révolution numérique.

Cependant, des solutions existent pour combler le fossé en matière d'accès à l'internet à large bande. Fin 2015, le département d'État américain a lancé l'initiative « Global Connect ». Son principe directeur est simple, mais ambitieux : augmenter de 50 % le nombre d'utilisateurs de l'internet d'ici à 2020, c'est-à-dire connecter 1,5 milliard de personnes supplémentaires dans les cinq prochaines années.

Un rôle de pionnier dans le financement des TIC

La BEI est, de loin, la première institution financière internationale dans le domaine du financement des technologies de l'information et de la communication (TIC). Forte d'une vingtaine d'années d'expérience dans le secteur, la banque de l'UE gère actuellement un portefeuille d'investissements global dans les TIC de 15 milliards d'EUR. Les nouveaux engagements de la BEI en faveur de projets liés aux TIC ont atteint, en 2015, 1,6 milliard d'EUR, sur une enveloppe de financement totale de 18,7 milliards d'EUR à l'appui de l'innovation et de l'économie de la connaissance. Ces projets numériques signés par la Banque en 2015 devraient permettre de connecter :

  • 15,3 millions de personnes dans l'UE ;
  • et 120 000 ménages supplémentaires en dehors de l'UE.

Dans le contexte de l'initiative « Global Connect », que la BEI soutient pleinement, il s'agit là d'une contribution de taille !



Des entreprises rurales connectées grâce aux financements de la BEI

En 2015, la BEI a accordé un prêt de 8 millions d'EUR qui permettra aux ménages et aux entreprises de la partie néerlandaise de l'île de Saint-Martin (Sint-Maarten), dans les Caraïbes, de bénéficier d'une connexion à large bande et haut débit. En Afrique occidentale, la Banque examine actuellement une demande de prêt de 25 millions d'EUR pour l'extension des réseaux mobiles au Cameroun et en République démocratique du Congo. Ce prêt servirait à financer une entreprise novatrice active dans le domaine des infrastructures qui entend couvrir 2,3 millions de personnes dans des zones rurales qui n'ont actuellement pas accès aux télécommunications ou dans lesquelles les opérateurs établis ne fournissent pas de service.

Bien entendu, le nombre de personnes connectées ne permet pas de tout savoir sur la contribution de l'internet au développement. L'univers des applications est la clé donnant accès à une multitude d'avantages économiques et sociaux. L'entreprise innovante qui a obtenu le prêt estime que 400 000 abonnés au nouveau service utiliseront des services bancaires en ligne, ce qui génèrera évidemment d'importantes possibilités commerciales, et 220 000 accéderont à des services de santé via le système.

De façon similaire, une application mobile permettra à des centaines de milliers de petits exploitants agricoles kenyans d'avoir les informations du marché à portée de main. Cette opération est financée par East Africa Fund, un fonds innovant dans lequel la BEI investit, qui permet à des entrepreneurs dont les idées profiteront à certaines des populations les plus pauvres du monde d'accéder aux ressources essentielles requises pour concrétiser leurs projets.



Des partenariats innovants au service du numérique

La contribution de la BEI à la connectivité mondiale devrait encore s'accélérer grâce à une gamme élargie de produits financiers fondés sur les risques et à des services de conseil de premier ordre destinés à renforcer le potentiel de financement d'initiatives conjointes entre le secteur public et le secteur privé. La Banque mettra résolument l'accent sur les zones rurales et sur les investissements à fortes retombées en matière de développement, au sein de l'Union européenne et au-delà.

Pour y parvenir, elle devra s'appuyer sur des partenariats, nouveaux et existants, et mettre au point des solutions innovantes pour mobiliser les énormes investissements requis. La BEI achève actuellement la mise en place d'un nouveau mécanisme d'avant-garde appelé Broadband Investment Fund (un fonds d'investissement dédié au haut débit), qui mobilisera des ressources publiques et privées dans toute l'Europe afin d'investir 500 millions d'EUR dans de petits projets liés à l'internet haut débit, pour l'essentiel dans des infrastructures situées dans des régions rurales. Ce fonds de participation innovant bénéficie d'une garantie de la Commission européenne dans le cadre du Plan d'investissement pour l'Europe. Avec son expérience en matière de mobilisation de capital, la Banque espère que cette structure financière intéressante attirera des investisseurs privés, jetant ainsi les bases d'un modèle de financement qui permettrait ensuite de réaliser des opérations fructueuses dans le domaine du numérique dans les pays en développement.




 Imprimer