corporate_banner_fr

L'action de la BEI en faveur du climat : quelques exemples concrets – Deuxième partie

L'action de la BEI en faveur du climat : quelques exemples concrets – Deuxième partie

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr
Voici d'autres exemples de projets relatifs à l'action de la Banque en faveur du climat de par le monde. La BEI soutient des projets liés aux énergies renouvelables et aux combustibles de transition, aux transports durables, à l'atténuation des changements climatiques et à l'adaptation à leurs effets, à l'eau et à la foresterie. Vous retrouverez notre premier reportage sur les projets relatifs à l'action en faveur du climat ici.

Le plus grand parc éolien de Belgique

Situé sur le banc de sable Bligh Bank en mer du Nord, à 46 km au large de Zeebrugge, et doté d'une capacité de 165 MW, Belwind est la plus grande installation d'énergie renouvelable de Belgique. Sa situation géographique, au large des côtes, loin des voies de circulation et dans un secteur de la mer du Nord réservé à la production d'énergie éolienne signifie qu'il peut bénéficier de vents plus forts et qu'il ne détériore pas le paysage. L'installation est entrée en service à la fin de 2010 et produit suffisamment d'électricité pour couvrir les besoins de près de 175 000 ménages tout en permettant d'économiser l'émission de 270 000 tonnes de CO2 par an. La BEI a soutenu le projet avec un prêt de 300 millions d'EUR pour un coût total de 660,5 millions d'EUR. Cette contribution a été pour le moins considérable et, comme l'explique le PDG de Belwind, Frank Coenen, « la BEI a joué un rôle prépondérant dans la première phase de financement. Il aurait été pratiquement impossible pour Belwind d'obtenir à cette époque les financements nécessaires auprès de banques commerciales. En finançant Belwind, la BEI a envoyé un signal que tout le marché des énergies renouvelables attendait ». Belwind compte 55 éoliennes et il est raccordé au réseau électrique belge via un câble sous-marin de 55 km. Ce projet a induit la création d'emplois équivalant à 250 années-personnes au cours de la phase de réalisation ainsi que 20 postes permanents. La capacité de Belwind devrait être doublée par rapport à son niveau actuel au cours des prochaines années.


Les rues de Varsovie retrouvent leur souffle

Varsovie, la capitale polonaise, est devenue l'une des villes d'Europe les plus encombrées. Son réseau de métro fait aujourd'hui l'objet d'une expansion dans le cadre de la stratégie de la ville en matière de transports durables. Il ne compte pour l'heure qu'une seule ligne entre le Nord et le Sud et la BEI a prêté 1 milliard de PLN (238 millions d'EUR) pour la construction d'un axe Est-Ouest. Le premier tronçon de la nouvelle ligne qui entrera en service sera long de 6,7 km et comprendra sept stations ainsi que 400 m de tunnel de liaison entre les lignes. En plus d'alléger les engorgements au niveau des rues où les bus, les voitures et les trams se disputent le même espace, le métro permettra de réduire les nuisances sonores et la pollution atmosphérique puisque le transfert modal devrait entraîner une diminution des émissions de CO2 d'environ 42 000 tonnes chaque année. La Banque a également prêté aux autorités chargées des transports de Varsovie 555 millions de PLN (139 millions d'EUR) pour l'acquisition de 35 rames modernes à haute performance énergétique qui seront utilisées sur les lignes du métro. Par ailleurs, la construction de la ligne 2 créera des emplois car l'augmentation du volume d'exploitation du réseau nécessitera l'embauche de conducteurs, d'ouvriers d'entretien et d'employés de bureau supplémentaires. La phase de construction permettra de créer des emplois temporaires équivalant à 15 500 années-personnes, ce qui est impressionnant.


De l'eau pour la vie à Maputo

Près de la moitié des habitants de Maputo (sur un total de 1,7 million) vivent dans un état de pauvreté extrême et 40 % seulement ont accès à une eau propre à la consommation. La BEI travaille en collaboration avec le programme WSUP (Water and Sanitation for the Urban Poor) pour améliorer l'approvisionnement en eau de la capitale du Mozambique par une augmentation de la production et de l'efficacité du réseau local de distribution et par l'extension de l'adduction aux quartiers plus défavorisés situés à la périphérie de la ville. Le projet est financé par un prêt de la BEI de 31 millions d'EUR, par le soutien financier des agences française et néerlandaise de développement et par une aide non remboursable de l'UE de 25 millions d'EUR au titre de la Facilité ACP-UE pour l'eau. C'est un travail de longue haleine mais plus de 6 000 nouveaux raccordements ont été réalisés au cours des deux années écoulées dans certains des bairros les plus pauvres de Maputo, ce qui a permis à plus de 50 000 personnes d'avoir accès à de l'eau à un prix abordable. À terme, ce projet aura plus que doublé le nombre de personnes à Maputo qui ont accès à de l'eau potable, nombre qui passera de 670 000 à 1,5 million. Il contribue ainsi à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement du Mozambique dans les domaines de l'eau, de la santé et de l'éradication de la pauvreté. Vous pouvez visionner un court-métrage sur le projet d'approvisionnement en eau de Maputo ici.



 Imprimer