Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Les opérations de financement du commerce extérieur aident les petites entreprises à gérer le risque d’impayé sur leurs exportations et permettent de fournir des garanties aux partenaires commerciaux qui auront ainsi l’assurance d’être payés pour les marchandises importées

    Non, ça ne va pas ! Si vous êtes en attente d’un paiement pour des marchandises que vous avez envoyées à un client éloigné géographiquement qui a promis de vous payer dès réception de la livraison et que vous êtes une petite entreprise à court de trésorerie, c’est inacceptable. Et c’est tout aussi inacceptable si vous êtes une petite entreprise souhaitant importer des matières premières et que l’on vous demande de payer à l’avance, avant même que vous n’ayez eu la possibilité d’en tirer quoi que ce soit en les vendant (espérons-le, en réalisant un bénéfice). Dans ce cas, vous préférerez utiliser une lettre de crédit par laquelle vous vous engagez à effectuer le paiement par la suite.

    C’est là que le financement du commerce extérieur entre en jeu. Dans le cadre de ce type d'opération, la Banque européenne d’investissement peut par exemple garantir des lettres de crédit et des garanties de restitution d’acompte émises par des banques en faveur de petites et moyennes entreprises (PME).

    Le mécanisme Trade Finance Facility 2 en est un exemple : d’un montant de 400 millions d’EUR, il a été signé l’année dernière en Grèce ; il garantit aux clients et partenaires étrangers des entreprises grecques que les obligations financières de ces dernières seront honorées. Le financement du commerce extérieur sert également à réduire les risques liés aux fluctuations des taux de change, aux difficultés politiques inhérentes aux échanges commerciaux avec des contreparties situées dans certains pays, aux risques découlant des transports et à beaucoup d’autres situations où les marchandises ou les paiements peuvent « se perdre ». Plus de 90 % des transactions commerciales impliquent une certaine forme de crédit, d'assurance ou de garantie.

    Le financement du commerce extérieur est un autre exemple de l’assistance financière que la BEI fournit par le canal de banques et autres intermédiaires financiers à des PME et des entreprises de taille intermédiaire. En fait, il s’agit là de la majeure partie de notre activité, qui a représenté 29,6 milliards d'EUR en 2017 et bénéficié à environ 285 800 entreprises qui emploient près de 4 millions de personnes. La raison pour laquelle, à la BEI, nous accordons la priorité aux entreprises de petite taille, c’est qu’elles constituent l’essentiel de l’activité économique au sein de l’UE et que, le plus souvent, ce sont précisément les entreprises de taille relativement modeste qui doivent batailler pour obtenir des financements. Notre vignette humoristique hebdomadaire, La couvée, a pour but de mettre en images certaines des situations compliquées auxquelles les entreprises sont confrontées.