Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Il faut beaucoup innover pour être économe en énergie. Ce qui nécessite donc de l’argent et... de l’énergie. Or, pour les PME, il est particulièrement difficile d’accéder aux financements de l’efficacité énergétique. C’est précisément là que la BEI entre en jeu.

    Le rapport de la BEI sur l’investissement a mis en évidence un fait intéressant : en Europe, les grandes entreprises sont deux fois plus susceptibles d’être innovantes que les petites et moyennes entreprises (PME). Cela ne signifie pas nécessairement que les grandes entreprises sont plus innovantes par nature. En réalité, il se pourrait bien que ce soit l’inverse.

    Cette situation pourrait s’expliquer par le fait que les PME rencontrent des obstacles à l’innovation. Le rapport montre en effet que les jeunes entreprises innovantes courent un risque 50 % plus élevé d’être limitées dans leur accès au crédit.

    « Nous sommes actuellement confrontés à un grand problème en Europe : même si une petite entreprise a une idée innovante, il lui est particulièrement difficile de devenir un grand innovateur », a déclaré l’année dernière Werner Hoyer, président de la BEI, lors du Global Investment Forum organisé conjointement par la BEI et le Financial Times. « En Europe, nos innovateurs sont grands et anciens, mais il nous manque des Google et des Amazon. Il arrive que de petites entreprises mettent un produit innovant sur le marché, mais, à défaut de capitaux de croissance, elles ne sont pas en mesure de prospérer dans le contexte commercial très exigeant qui règne actuellement. »

    Werner Hoyer a fait observer que les entreprises petites et nouvelles ont plus de chances d’inventer des nouveautés véritablement radicales et de jeter les bases de marchés complètement nouveaux. Les petites entreprises forcent également les grandes à déployer davantage d’efforts pour contrer la concurrence. La contribution des PME à l’économie est donc cruciale.

    La BEI finance des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI) via des banques et d’autres intermédiaires, comme dans le cadre de l’opération conclue avec Komerční Banka en République tchèque. Une partie de ce prêt servira à financer la rénovation de bâtiments par de petites entreprises. Le but sera de les rendre plus économes en énergie et de faire en sorte qu’ils utilisent plus d’énergies renouvelables.

    Dans le cadre d’un autre projet réalisé en Espagne, notre financement bénéficiera à de petits cafés, bars et hôtels qui souhaitent remplacer leurs équipements par d’autres solutions plus économes en énergie et moins polluantes.

    Voilà quelques exemples parmi tant d’autres de la manière dont nos investissements à l’appui des petites entreprises non seulement créent des emplois et stimulent la croissance, mais contribuent aussi aux objectifs climatiques. Et ce sont ces petites entreprises qui font face aux obstacles les plus nombreux lorsqu’elles tentent de trouver des fonds pour financer de nouveaux investissements.

    Dans notre vignette humoristique, « La couvée », vous découvrirez notre regard sur certains des obstacles auxquels les PME font face et quelques-unes des idées fausses qui circulent à leur sujet.