Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Si tous les sapins qui peuplent les centres commerciaux en cette saison des fêtes de fin d’année vous donnent envie de lancer votre propre entreprise forestière, vous êtes au bon endroit.

    La BEI finance de petites et moyennes entreprises via plusieurs intermédiaires dans le monde entier, et une partie de cet argent est destiné à des secteurs spécifiques, comme l’agriculture et la sylviculture.

    Prenons par exemple notre projet en cours avec Crédit Agricole, avec qui nous avons signé une nouvelle tranche de 100 millions d’EUR cette année. Les caisses régionales de Crédit Agricole prêtent ensuite cet argent à des fermes et entreprises de petite et moyenne dimension actives dans le secteur forestier pour des projets sur le long terme, allant de 4 à 15 ans.

    En tout, la BEI a financé 300 000 petites et moyennes entreprises en Europe sur l’année 2016. Ces entreprises emploient quelque 4,4 millions de personnes au total.

    Dans le dessein d’attirer l’attention sur les efforts que déploie la BEI pour combler les lacunes de financement pouvant freiner les PME, nous avons décidé... de dessiner. En fait, comme nous voulions des vignettes humoristiques et que l’humour n’est clairement pas notre point fort, nous n’avons pas essayé de dessiner nous-mêmes. Nous avons demandé à quelqu’un de le faire pour nous.

    La Banque européenne d’investissement a donc lancé « La couvée » en novembre. Dans cette vignette humoristique, un loup, un lapin, un hérisson et un ours tentent de relever les défis auxquels les PME, et les jeunes pousses en particulier, sont confrontées au quotidien lorsqu’elles essaient d’obtenir des financements. Elle est l’œuvre de Madis Ots, une PME estonienne à lui tout seul. Pour en savoir plus sur cette série humoristique, et voir les précédentes vignettes, cliquez ici (puis ici et encore ici).

    En Estonie, pays très avancé sur le plan numérique, soit dit en passant, le centre national de gestion des forêts incite les habitants à télécharger une application spéciale, à l’utiliser pour localiser la forêt domaniale la plus proche, à couper leur propre sapin de Noël et à le payer via l’app, qui leur délivre automatiquement un « permis » pour son abattage. L’année dernière, 11 500 arbres ont ainsi été achetés dans les forêts domaniales. L’application incite la population à privilégier les arbres situés sous des lignes électriques, car ils seraient de toute façon abattus, ou en bordure de route, à proximité de fossés ou sous de grands arbres plus anciens, car ils n’auraient pas la possibilité d’y atteindre leur taille maximale.

    Il n’y a peut-être pas encore d’apps pour tout, mais si vous voulez lancer une jeune pousse dans le domaine agricole ou forestier, vous feriez bien de vous dépêcher et de vérifier rapidement les possibilités de financement avant que ce marché ne devienne encombré.

    Démarrer votre activité pourrait être une bonne résolution pour la nouvelle année