>@Shutterstock
©Shutterstock

À l'occasion des assemblées du FMI et du Groupe de la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), la Banque européenne d’investissement (BEI) et la KfW agissant au nom de l’État fédéral allemand ont rendu compte des importants progrès accomplis au titre de l’initiative Clean Oceans. Deux nouveaux partenaires, la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), l’institution italienne de promotion économique et de coopération au développement, et l’ICO, la banque espagnole de promotion économique, rejoignent cette initiative.

Après sa deuxième année de fonctionnement, l’initiative Clean Oceans a permis de fournir 1,3 milliard d’EUR de financements à long terme pour des projets visant à réduire le rejet de matières plastiques et d’autres déchets dans les océans grâce à une meilleure gestion des eaux usées, des eaux pluviales et des déchets solides. L’objectif de l’initiative fixé par les trois membres fondateurs consiste à financer, d’ici à 2023, des projets des secteurs public et privé à hauteur de 2 milliards d’EUR.

La grande majorité des 21 projets signés jusqu’à présent dans le cadre de cette initiative se situent en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Les projets soutenus concernent par exemple l’amélioration de l’assainissement à Ratmalana et Moratuwa (Sri Lanka), la gestion des déchets solides à Lomé (Togo), la gestion des eaux pluviales et des inondations à Cotonou (Bénin), le traitement des eaux usées à Alexandrie (Égypte) et au Cap (Afrique du Sud), ainsi que le financement de projets urbains verts dans le delta du fleuve Yang-tseu (Chine).

Les membres fondateurs de l’initiative Clean Oceans se félicitent de pouvoir compter sur deux nouveaux partenaires, la CDP et l’ICO, qui contribueront ainsi à la protection de nos océans et de nos mers.

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD : « Alors que l’impact mondial des matières plastiques sur les océans et les populations a des effets dévastateurs sur la faune marine et la santé humaine, des mesures collectives sont nécessaires pour prévenir efficacement la pollution des mers par les plastiques. C’est pourquoi la BEI, la KfW et l’AFD ont uni leurs forces en 2018 en lançant l’initiative Clean Oceans, dotée de 2 milliards d’EUR. Nous sommes très fiers d’accueillir cette année deux autres partenaires européens, l’organisme italien CDP et l’institution espagnole ICO ; ils vont nous aider à relever ce défi et à mettre davantage en avant la capacité qu’ont les banques publiques de développement (BPD) de poursuivre les objectifs à long terme de protection de la planète et de promotion du développement durable – qui seront des thèmes clés lors du sommet « Finance en commun », qui se tiendra le 12 novembre et réunira pour la première fois 450 BPD du monde entier. »

Werner Hoyer, président de la BEI : « Au beau milieu de la crise économique causée par la pandémie de COVID-19, nous ne perdons pas de vue les défis environnementaux et climatiques planétaires. L’initiative Clean Oceans est aujourd’hui plus pertinente que jamais, face à une pollution dramatique qu’aggrave encore l’utilisation généralisée d’équipements de protection jetables. Je me félicite donc que nous puissions maintenant accueillir l’ICO et la CDP, qui viennent renforcer nos rangs et contribuer à la formidable collaboration entamée il y a deux ans avec l’AFD et la KfW. Protéger nos océans est une mission qui nous fédère et que nous prenons très au sérieux. »

Günther Bräunig, directeur général de la KfW : « L’initiative Clean Oceans constitue une réponse européenne à un problème mondial. Ces deux dernières années ont apporté des preuves saisissantes de son efficacité. Il apparaît clairement que nous avons désormais atteint notre objectif intermédiaire et nous continuerons d’unir nos forces pour faire barrage à l’afflux de déchets plastiques. Il est donc d’autant plus satisfaisant que les banques de développement espagnole et italienne se rallient désormais à notre initiative. »

Fabrizio Palermo, directeur de la CDP : « Nous sommes très heureux de nous joindre à nos partenaires européens dans le cadre de l’initiative Clean Oceans et de contribuer à son succès. Ce partenariat réaffirme le rôle crucial que les institutions européennes et les banques publiques de développement peuvent jouer pour promouvoir conjointement des modèles de développement durable qui protègent les océans et la biodiversité de notre planète. Ensemble, nous pouvons mieux contribuer à réorienter les flux financiers et à mobiliser les ressources du secteur privé en vue de financer des solutions innovantes qui préserveront la propreté de nos océans ».

José Carlos García de Quevedo, directeur de l’ICO : « À l’occasion de ce deuxième anniversaire, je tiens à féliciter les membres fondateurs de l’initiative Clean Oceans, l’AFD, la BEI et la KFW, de l’excellent travail accompli et des résultats remarquables obtenus à ce jour. Étant donné qu’il s’agit d’un défi à l’échelle planétaire, nous devons rassembler toutes nos forces et conjuguer nos efforts. C’est pour cette raison que l’ICO, en tant que banque nationale de promotion économique, participe à cette initiative. Nous proposerons des prêts, des fonds propres et des garanties à l’appui de projets et d’entreprises qui contribuent aux objectifs de l’initiative Clean Oceans ».

L’initiative Clean Oceans permet de recenser des projets qui visent à réduire le déversement de déchets plastiques dans les fleuves, les mers et sur terre, avec un accent particulier sur les zones riveraines et côtières des pays en développement d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient. En effet, une quantité importante de déchets plastiques entrant dans les océans provient de dix grands réseaux hydrographiques situés en Afrique et en Asie, qui ne sont pas dotés de dispositifs réguliers de collecte et d’élimination contrôlée des déchets, ni de systèmes adéquats de gestion des eaux usées et des eaux pluviales.

Informations générales

L’Agence française de développement propose des financements et une assistance technique pour des projets situés dans les pays émergents et dans les territoires français d’outre-mer. Ses actions appuient les objectifs de développement durable. Elle compte 85 agences, intervient dans 115 pays et soutient plus de 4 000 projets de développement. www.afd.fr

La Cassa depositi e prestiti (CDP) est l’institution nationale italienne de promotion économique œuvrant depuis 1850 au service de l’économie. Son objectif principal est d’accélérer le développement industriel et infrastructurel de l’Italie afin de stimuler sa croissance économique et sociale. La CDP fait porter ses activités en priorité sur le développement durable au niveau local, en soutenant l’innovation et la croissance des entreprises italiennes, y compris sur la scène internationale. Elle s’associe aux collectivités locales, en octroyant des financements et en dispensant des conseils, en vue de mettre en place des infrastructures et d’améliorer les services d’intérêt général. La CDP participe également activement à des initiatives de coopération internationale visant à réaliser des projets dans les pays en développement et sur les marchés émergents. La Cassa Depositi e Prestiti est entièrement financée par des capitaux privés, grâce à l’émission de livrets d’épargne postale et de bons d’épargne postale, mais aussi par l’émission d’obligations sur les marchés financiers nationaux et internationaux. www.cdp.it

L’Instituto de Crédito Oficial (ICO) est une société détenue par l’État espagnol, rattachée au ministère des affaires économiques et de la transformation numérique. L’ICO est devenu un établissement de référence pour le financement de PME et de projets d’investissement de grande envergure. Il contribue à une croissance durable, en promouvant des activités économiques qui, en raison de leur importance sociale, culturelle, environnementale et en matière d’innovation, méritent d’être promues et développées. www.ico.es

Agissant au nom du gouvernement allemand, la KfW améliore les conditions de vie sur les plans économique, social et environnemental dans le monde entier depuis 1948. Elle a apporté 77,3 milliards d’EUR de financements en 2019, dont 38 % ont servi à appuyer des mesures destinées à protéger le climat et l’environnement. La KfW dispose d’environ 80 bureaux et représentations dans le monde. www.kfw.de

Ressources destinées aux médias