>@Getty
©Getty
  • Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) a permis la mobilisation de 514 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires dans l’ensemble de l’UE depuis juillet 2015, atteignant ainsi son objectif six mois avant la fin de l’initiative.
  • Le FEIS, qui est le volet financier du Plan d’investissement pour l’Europe, a eu une incidence manifeste sur l’économie européenne et il a apporté la preuve de sa polyvalence dans le contexte de la réponse à la crise due au coronavirus.
  • Ces cinq dernières années, des centaines de milliers d’entreprises et de projets ont bénéficié de son appui, contribuant ainsi à une Europe plus sociale, plus verte, plus innovante et plus compétitive.

La Commission européenne et le Groupe de la Banque européenne d’investissement (Groupe BEI) ont tenu leur engagement de mobiliser 500 milliards d’EUR d’investissements dans le cadre du Plan d’investissement pour l’Europe. Quelque 1 400 opérations ont été approuvées au titre du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), qui utilise une garantie budgétaire de l’Union européenne et les ressources propres du Groupe BEI. Elles devraient générer près de 514 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires dans les différents pays de l’UE et bénéficier à environ 1,4 million de petites et moyennes entreprises. En 2017, lorsque le Conseil et le Parlement ont décidé d’élargir la portée et la taille du FEIS, l’objectif était de mobiliser 500 milliards d’EUR avant la fin de l’année 2020. Ces ressources étaient destinées à combler le déficit d’investissements résultant de la crise économique et financière de 2007-2008.

Ces dernières années, et en particulier depuis l’irruption de la pandémie de coronavirus, les priorités du FEIS ont évolué : il a inspiré InvestEU, le nouveau programme d’investissement de la Commission pour la période 2021-2027 et il contribue d’ores et déjà à l’initiative d’investissement en réaction au coronavirus. Le FEIS jouera par ailleurs un rôle clé dans le dispositif NextGenerationEU, un ensemble de mesures destinées à reconstruire l’économie européenne après le choc provoqué par le coronavirus. Il le fera en apportant un complément de ressources à l’instrument de soutien à la solvabilité, qui vise à prévenir les faillites des entreprises européennes.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré : « Le Plan d’investissement pour l’Europe est une réussite. Ces cinq dernières années, il a permis d’apporter des financements à des centaines de milliers d’entreprises et de projets, concrétisant notre ambition de rendre l’Europe plus verte, plus innovante et plus juste. Nous poursuivrons cet effort avec l’instrument NextGenerationEU. »

Le président du Groupe de la Banque européenne d’investissement Werner Hoyer a ajouté : « Le FEIS peut servir de modèle d’action pour répondre à la crise due au coronavirus. Le fait que nous ayons atteint l’objectif phare de 500 milliards d’EUR d’investissements avant la date escomptée démontre la puissance du partenariat. La mise en œuvre du volet financier du Plan d’investissement pour l’Europe élaboré par la Commission a été un honneur et un défi pour la BEI. Nous y sommes parvenus grâce notamment à l’excellente coopération entre la Banque et les institutions européennes et nationales. La réussite de cette initiative montre ce que l’Europe peut accomplir lorsqu’elle se dote des bons outils : notre continent est devenu plus social, plus vert, plus innovant et plus compétitif. Nous pouvons et devons nous appuyer sur notre expérience pour surmonter la crise actuelle. Cela nous aidera à construire une Europe dont nous pourrons tous être fiers. 

Que finance le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) ?

Le FEIS permet au Groupe BEI de financer des opérations plus risquées que la moyenne de ses investissements. Bien souvent, les projets appuyés par le FEIS sont très innovants et menés à bien par de petites entreprises sans antécédents de crédit ou bien ils regroupent par secteurs et par pays des besoins plus modestes en matière d’infrastructures. Pour soutenir ces projets, le Groupe BEI a dû mettre au point l de nouveaux produits de financement , allant des prêts d’amorçage-investissement assortis d’éléments de fonds propres aux plateformes d’investissement. Cette situation a modifié l’ADN de la Banque et a révolutionné la façon dont l’Europe finance ses priorités.

Il importe de noter que le FEIS permet aussi à la BEI d’approuver un plus grand nombre de projets qu’il ne serait possible sans la garantie du budget de l’UE, ainsi que de toucher de nouveaux clients : trois bénéficiaires du soutien du FEIS sur quatre sont nouveaux pour la BEI. Cela démontre la valeur ajoutée des opérations du FEIS.

Grâce au soutien du FEIS, la BEI et sa filiale chargée du financement des petites entreprises, le Fonds européen d’investissement (FEI), ont apporté des financements à des centaines de milliers de PME dans un grand nombre de secteurs et dans l’ensemble des pays de l’UE. Cela va, par exemple, de l’agriculture durable en Belgique aux technologies médicales innovantes en Espagne, en passant par l’efficacité énergétique en Lituanie.

Incidences économiques : emploi et croissance

Les incidences de l’initiative sont importantes. Sur la base des résultats de décembre 2019, le département Analyses économiques de la BEI et le Centre commun de recherche de la Commission (JRC) estiment que les opérations du FEIS ont soutenu environ 1,4 million d’emplois, un chiffre qui devrait progresser, en atteignant 1,8 million d’emplois en 2022, par rapport au scénario de référence. En outre, les calculs montrent que cette initiative a permis d’accroître le PIB de l’UE de 1,3 % et qu’en 2022 cette hausse atteindrait 1,9 %. Au début de cette année, 60 % des capitaux levés provenaient de sources privées, ce qui signifie que le FEIS a également atteint son objectif en matière de mobilisation d’investissements privés. 

Par rapport à la taille des économies, c’est dans des pays qui ont été durement frappés par la crise de 2007-2008 que les incidences sont les plus fortes, à savoir Chypre, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Portugal et l’Espagne. Alors que l’impact en termes d’investissements directs est particulièrement élevé dans ces pays, les calculs font apparaître que les régions bénéficiant de la politique de cohésion (pour la plupart dans les pays d’Europe de l’Est) sont susceptibles de profiter davantage d’un effet à long terme. Ces calculs correspondent aux opérations de financement effectives au titre du FEIS : les pays en tête du classement des investissements générés par le FEIS en proportion du PIB sont la Bulgarie, la Grèce, le Portugal, l’Estonie et l’Espagne.

Comment le Plan d’investissement pour l’Europe profite-t-il aux citoyens ?

Dans son rapport 2019 sur le FEIS, la BEI mentionne un certain nombre de résultats concrets de l’initiative. Grâce au FEIS :

  • quelque 20 millions de ménages supplémentaires ont accès à l’internet à haut débit ;
  • environ 540 000 logements sociaux et intermédiaires ont été construits ou rénovés ;
  • 22 millions d’Européens bénéficient de meilleurs services de santé ;
  • quelque 400 millions de passagers par an bénéficieront d’infrastructures de transport nouvelles ou améliorées ;
  • 13,4 millions de ménages ont été approvisionnés en énergies renouvelables.

Informations générales

Le Plan d’investissement pour l’Europe a été lancé par la Commission européenne et le Groupe BEI en novembre 2014 pour inverser la tendance à la baisse des investissements et mettre l’Europe sur la voie de la reprise économique. Son volet financier, le Fonds européen pour les investissements stratégiques, avait initialement pour objectif de générer 315 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires à l’horizon 2018. Compte tenu de son succès, le Parlement européen et les États membres ont décidé de renforcer le FEIS et de porter l’objectif d’investissements mobilisés à 500 milliards d’EUR pour la fin de 2020.

Selon les conclusions d’une évaluation indépendante du FEIS, publiée en juin 2018, la garantie de l’Union européenne est un outil efficient pour accroître le volume d’opérations plus risquées entreprises par la BEI, étant donné qu’elle utilise moins de ressources budgétaires que les programmes d’aide et les instruments financiers européens. Elle souligne que le soutien de la BEI est essentiel pour les bénéficiaires du FEIS, car il s’agit d’un « sceau d’approbation » vis-à-vis du marché qui facilite la levée ultérieure de fonds. L’une des clés de la réussite du FEIS est sa structure de gouvernance efficace, qui s’adapte aux évolutions constantes des marchés. Un groupe d’experts indépendants décide si un projet peut bénéficier de la garantie de l’UE. L’objectif est de réduire les risques pour les investissements privés dans les projets nécessaires en vue d’une Europe plus durable et d’apporter une valeur ajoutée par rapport à ce qui se serait produit sans aide publique.

En mai 2020, la Commission européenne a présenté sa nouvelle proposition relative à un programme prenant la suite du Plan d’investissement pour l’Europe durant le prochain cadre financier pluriannuel commençant en 2021 : le programme InvestEU.

Pour plus d’informations