>@David Yormesor/EIB
©David Yormesor/EIB

La Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque de développement des Caraïbes (BDC) ont signé un accord de financement de 110 millions d’USD à l’appui de projets d'investissement réalisés dans les Caraïbes dans le cadre de la stratégie d'action en faveur du climat de la BDC. Le prêt-cadre CDB Climate Action II s’appuie sur la ligne de crédit Climate Action de 65 millions d’USD signée entre la BEI et la BDC en 2011 à l’appui de neuf projets réalisés dans sept pays des Caraïbes. L’initiative en faveur du climat, dotée d'une enveloppe de 100 millions d’EUR, est le plus gros prêt accordé par la Banque à la région des Caraïbes.

Parmi les investissements admissibles au titre du Prêt-cadre CDB Climate Action II figurent des projets visant l’atténuation des changements climatiques, ainsi que l’adaptation et la résistance à leurs effets ; des opérations liées aux énergies renouvelables, à l’efficacité énergétique, aux transports routiers, aux infrastructures de l’eau et aux équipements physiques et sociaux des collectivités qui contribuent à réduire les émission de gaz à effet de serre et à renforcer la résistance aux effets des changements climatiques.

William Warren Smith, le président de la BDC, et Pim van Ballekom, vice-président de la BEI chargé des opérations de la Banque dans les Caraïbes, ont signé le nouvel accord dans les Îles Turks-et-Caïcos le 24 mai 2017, à l’occasion de la 47e réunion annuelle du Conseil des gouverneurs de la BDC.

Pim van Ballekom, vice-président de la BEI, s’est exprimé en ces termes : « La BEI se réjouit de signer ce nouveau prêt à l’appui de l’action en faveur du climat avec la BDC, qui est le résultat d’un partenariat fructueux qui dure depuis près de quarante ans, en soutien de nouveaux projets dans les Caraïbes. Ce partenariat appuie actuellement les efforts que déploie la BDC en matière d'intégration de l’action pour le climat afin d’aider ses pays membres emprunteurs, tous considérés comme de petits États insulaires en développement, à assumer les risques liés aux changements climatiques de manière adéquate. Les pays des Caraïbes sont confrontés à des défis sociaux et économiques qu’il convient de relever tout en assurant la résistance aux effets des changements climatiques. »

William Warren Smith, le président de la BDC, a déclaré : « Grâce à cette nouvelle ligne de crédit, la BDC sera en mesure de fournir à ses pays membres emprunteurs les financements à bas coûts indispensables pour faire face aux incidences climatiques qui touchent déjà ces pays. Cet instrument appuie nos efforts continus visant à renforcer la résistance aux effets des changements climatiques et les capacités d’adaptation des pays membres emprunteurs à mesure qu'ils s’attachent à réaliser leurs objectifs en matière de développement durable. La signature de cet accord renforce le partenariat de longue durée entre la BEI et la BDC et reflète la coopération accrue entre nos deux institutions. »

Une réserve solide de projets liés à l’action pour le climat représentant plus de 300 millions d’USD a été constituée pour cette nouvelle opération avec l’appui d’un programme d’assistance technique financé par la BEI.

À ce jour, la BDC a affecté l’ensemble des ressources au titre de la ligne de crédit « Climate Action » (50 millions d’EUR) au financement de neuf projets. Ce cofinancement est associé à une enveloppe de financement totale de quelque 191 millions d’USD (composée de prêts et d’aides non remboursables de la BDC, de la ligne de crédit « Climate Action » de la BEI et d’autres sources de financement).

Depuis l’adoption de la stratégie de résistance aux changements climatiques de la BDC en 2012, 58 % des projets financés ont intégré des éléments d’atténuation des changements climatiques et (ou) d'adaptation à leurs effets. Ces projets étaient réalisés, pour l’essentiel, dans les secteurs suivants : l’eau, l’enseignement, les infrastructures physiques, comme les défenses maritimes, les équipements de drainage, les routes et l’agriculture. Sur la base de la méthodologie conjointe des banques multilatérales de développement, les financements climatiques ont représenté 13 % de la totalité des projets appuyés par la BDC en 2015. En 2016, la BDC a approuvé le financement de projets à hauteur de 50 millions d’USD dans les domaines explicites de la résistance aux effets des changements climatiques et des énergies durables.

La BEI a déjà investi 1,6 milliard d’EUR, sous la forme de prêts et d’investissements en fonds propres, à l’appui du développement et de l’activité économique dans les Caraïbes.