>@EIB/Ministry of Transport, Egypt
©EIB/Ministry of Transport, Egypt

La République arabe d’Égypte et la Banque européenne d'investissement (BEI) ont signé ce jour un accord de prêt d'une valeur de 200 millions d’EUR destiné à financer un projet visant à promouvoir les transports publics dans l'agglomération du Caire.

Les accords financiers ont été signés aujourd'hui en présence de M. Saad Mohamed Elgioshy, ministre des transports et de M. Sahar Nasr, ministre de la coopération internationale.

Ce prêt correspond à la tranche B des 600 millions d’EUR approuvés par la Banque pour le projet relatif au métro cairote. Le projet s'inscrit dans le cadre du schéma directeur pour les transports dans l'agglomération du Caire. Il devrait permettre de renforcer considérablement le réseau des transports publics dans cette zone et favoriser ainsi un transfert modal positif de la voiture particulière vers les transports publics. Il contribuera dès lors à une réduction des embouteillages et des problèmes environnementaux connexes et, par conséquent, à une atténuation des changements climatiques.

Ce projet, qui concerne la conception, la construction et la mise en service de la phase 3 de la ligne 3 du métro du Caire, y compris les investissements dans les infrastructures, les ouvrages de génie civil, le matériel roulant et une nouvelle zone de stationnement pour la réparation des véhicules, aide donc à remédier aux problèmes de surcharge du réseau de transports publics de la ville. Il contribuera i) à promouvoir la croissance économique en réduisant les embouteillage en ville, ii) à améliorer, grâce à un accroissement de la mobilité et à un meilleur accès à l'enseignement et à l'emploi, les moyens de subsistance de la population cairote dans une optique d'inclusion et iii) à atténuer les changements climatiques et la pollution par le renforcement d'un moyen de transport urbain plus durable d'un point de vue environnemental.

Les activités de prêt de la BEI dans le bassin méditerranéen en général et en Égypte en particulier sont dictées par un mandat conféré par l'Union européenne – le mandat de prêt extérieur (MPE) qui couvre actuellement la période 2014-2020 – aux termes duquel la Banque travaille avec l'UE et l'État égyptien pour soutenir le développement socio-économique du pays.