>@EIB/To be defined
©EIB/To be defined

« Je suis très heureux d’être aujourd’hui à Toulouse pour concrétiser les ambitions régionales et européennes que représente la signature des prêts « Energies renouvelables » et « Plan Rail ». Ce financement va déclencher plus de 1,5 milliard d’euros d’investissements en Midi-Pyrénées. Ce que nous initions aujourd’hui, c’est un mini-plan de relance régional et européen pour contribuer à la vision 2020 d’une économie compétitive en Europe. »

Philippe de Fontaine Vive
Vice-Président de la Banque européenne d’Investissement

M. Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées et  M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI, signent ce 24 septembre 2010 à Toulouse un contrat de financement d’un montant de 300 millions d’euros dans l’objectif de moderniser et développer le réseau ferroviaire de Midi-Pyrénées.

Cette convention s’inscrit dans le cadre du Plan rail 2008-2013 de la Région Midi- Pyrénées, le premier de cette importance lancé en France sur un réseau régional principalement dédié au TER. Ce Plan a été rendu nécessaire du fait de la vétusté du réseau régional, condamnant à la fermeture de nombreuses lignes de TER.  Il vise à doter la Région d’un réseau modernisé et pérenne sur 500 km de voies ferrées, dans l’objectif d’accroître les fréquences des trains et d’assurer des délais de transports convenables aux usagers. L’opération se déclinera en une série d’opérations de réhabilitation de voie et de consolidation d‘ouvrages d’art, de doublement de voie et de mise en place de nouveaux systèmes de gestion du trafic rendus indispensables par l’accroissement considérable du trafic.

Ce Plan rail, initié par la Région Midi-Pyrénées qui le finance à hauteur de 400 M€ sur un montant global de 820 M€, est signé avec la SNCF et co-financé avec RFF, l’Etat et l’Europe (Feder).

Le financement de la BEI, d’un montant total de 300 millions d’euros, permettra concrètement de faciliter la circulation entre Toulouse et St Sulpice, à ce jour une des lignes de voie unique les plus chargées en Europe, par la réhabilitation :

  • des voies et de ses constituants entre Empalot et Auch, Figeac et Bagnac, Brive et Capdenac, Capdenac et Rodez, Tessonnières et Capdenac, Portet et Tarascon, Toulouse et St Sulpice et St Sulpice et Tessonnières ;
  • des sections de ligne Tessonnières-Rodez, Tarascon-Latour de Carol, St Sulpice-Mazamet.

Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI, se félicite de cette signature en ces termes : « Je suis très heureux que la BEI s’engage avec la Région Midi-Pyrénées dans la réhabilitation et la modernisation du réseau ferré de ce territoire. C’est une action qui aura un impact direct et positif sur l’environnement et in fine sur la mobilité durable en Midi-Pyrénées. Les transports durables au sein des régions sont une priorité européenne et constituent un élément essentiel du développement économique, social et humain qui contribuera directement à l’amélioration de la qualité de vie quotidienne des habitants. »

L’octroi de ce prêt s’inscrit en effet dans la continuité des actions prioritaires menées par la BEI dans le domaine du transport, dont fait partie intégrante le transfert d’une partie du transport des voyageurs de la route vers le rail. L’objectif est d’améliorer la fluidité et la sécurité de la circulation routière, mais également de  réduire les émissions de gaz à effet de serre. Si la BEI apporte encore à ce jour des financements pour la construction de grands axes autoroutiers, elle soutient de manière croissante le développement du secteur ferroviaire, que ce soit la réalisation des lignes à grande vitesse (LGV), la création de corridors transeuropéens pour le fret, l’adaptation des réseaux régionaux ou la modernisation des systèmes de sécurité. Ce sont plus de 4,6 milliards d'euros qui ont été prêtés par la BEI pour des investissements dans le secteur ferroviaire français, dont quelque 3,6 milliards d'euros pour les lignes à grande vitesse et près de 900 millions d'euros au cours des seules dix dernières années pour le développement et la modernisation des transports express régionaux (TER) en Bretagne, Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes, Picardie, Haute-Normandie, dans les Pays de la Loire et dans le Nord-Pas-de-Calais.

Note aux éditeurs :
 
A propos de la BEI
 
La BEI est la banque de l'Union européenne. Elle a pour mission d'accorder principalement des prêts à long terme en soutien de projets d'investissements viables, privés ou publics, qui réalisent les objectifs d'intégration, de cohésion et de développement de l'UE, déclinés en six politiques prioritaires: cohésion économique et sociale; protection de l'environnement naturel et urbain; recherche et innovation; soutien aux PME; réseaux de transports trans-européens et promotion d'une énergie sûre, compétitive et durable. En 2009, elle a accordé 70 milliards d’euros de financements dans l’Union européenne, ce qui représente une hausse de 36% par rapport aux 51,7 milliards d'euros prêtés en 2008. Toujours en 2009,  pour soutenir l’économie face à la crise, elle a accordé dans l’Union Européenne et hors de l’Union Européenne un total de financements de 79 milliards d'euros  en faveur des collectivités locales et des entreprises.