>@imedia/EIB
©imedia/EIB

La Banque européenne d’investissement (BEI) prête 120 millions d’EUR à l’agence nationale des routes d’Afrique du Sud (South African National Roads Agency Ltd -SANRAL) pour la modernisation et l’extension de deux grandes routes à péage dans le nord de l’Afrique du Sud.

Les projets revêtent une importance stratégique pour les infrastructures de transport du pays et s’inscrivent dans un programme d’expansion et de modernisation du réseau routier national. Les améliorations et prolongements prévus contribueront au renforcement de la compétitivité économique grâce à une réduction des coûts de transport et des temps de trajet.

Le prêt a été signé le 16 juillet au siège de la BEI à Luxembourg, en présence de Plutarchos Sakellaris, vice-président de la BEI chargé des opérations en Afrique du Sud, de Nazir Alli, directeur général, et Inge Mulder, directeur financier de la SANRAL, ainsi que de Son Excellence M. A. Sooklal, ambassadeur de la République d'Afrique du Sud.

M. Sakellaris s’est félicité de l’opération qui est la troisième réalisée par la Banque dans le pays en 2009. « La BEI est heureuse de soutenir la modernisation de ces importantes routes à péage, un projet qui cadre parfaitement avec notre objectif de soutien de la croissance économique en Afrique du Sud à travers l'amélioration des infrastructures publiques. Je suis convaincu que ce projet concourra à la réalisation de ces objectifs et j’ai la certitude qu’il sera mis en œuvre et géré de manière satisfaisante. »

Nazir Alli a indiqué qu’il s’agissait d’une première pour la SANRAL : « Nous remercions la BEI pour la confiance qu’elle a placée dans la SANRAL, en lui accordant ce prêt, et dans sa gestion du programme national de construction de routes en Afrique du Sud ».

Le concours de la BEI servira à financer la modernisation et l'élargissement d'un tronçon de 30 km de l’axe R21 entre Pretoria et l’aéroport international O. R. Tambo près de Johannesburg, ainsi que la réfection d’un tronçon de plus de 160 km entre Springs et Ermelo sur la route N17 (reliant Johannesburg au Swaziland).

Les aménagements routiers auront d’importants effets positifs sur le plan de la sécurité grâce à l’amélioration du tracé et à la construction de voies d’urgence et d’échangeurs à plusieurs niveaux. Le projet a en outre une forte dimension sociale car il contribuera au développement de régions moins avancées et à la création directe et indirecte d’emplois au cours des phases de construction et d'exploitation. On notera également que la SANRAL mène une politique sociale qui a pour but la promotion d’entrepreneurs issus de groupes défavorisés.

Les conditions et modalités de prêt avantageuses offertes par la BEI, institution notée AAA, et la mise à disposition de fonds à long terme en rands sud-africains apporteront une valeur ajoutée significative aux projets de routes à péage de la SANRAL et renforceront leur viabilité à long terme.

Note à l’intention du responsable de publication :

Activité de la BEI en Afrique du Sud

La Banque européenne d’investissement (BEI) opère dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) dans le cadre de l’accord de partenariat de Cotonou. La République d’Afrique du Sud fait partie des États ACP, mais les financements que la BEI octroie dans ce pays relèvent d’un mandat distinct. En octobre 2007, la Banque a signé avec le gouvernement sud-africain une déclaration d’intention dans laquelle elle s’engageait à prolonger son appui financier en faveur de l’Afrique du Sud jusqu’en 2013. Sur la période 2008-2013, la BEI affectera jusqu’à 900 millions d’EUR au financement d’investissements dans ce pays.

En collaboration avec les autorités, les organismes publics, les entreprises privées et les établissements financiers sud-africains, la BEI appuie les projets d’infrastructure d’intérêt public (notamment les infrastructures à la charge des collectivités locales et les réseaux d’approvisionnement en eau et en électricité) ainsi que les initiatives du secteur privé, y compris des PME.

En 2008, la Banque a œuvré au développement économique durable de l’Afrique du Sud en investissant dans trois projets à hauteur de 202,5 millions d’EUR et a ainsi quasiment doublé son activité de prêt dans ce pays par rapport à 2007 (113 millions d’EUR).