corporate_banner_fr

Transformer les déchets en opportunités d'affaires

Transformer les déchets en opportunités d'affaires

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Le développement économique, l'urbanisation et les changements liés à nos modes de production et de consommation conduisent à l'augmentation des déchets solides. Dans l'UE, les déchets municipaux représentent à eux seuls 515 kg par an et par personne. Pour aider à réduire ce volume de déchets, la BEI a financé au cours de la dernière décennie environ 2,8 milliards d'EUR de projets de gestion intelligente des déchets solides. Vous trouverez ci-dessous plusieurs exemples de réussites en France et au Royaume-Uni.

« Une mauvaise gestion des déchets solides pourrait coûter jusqu’à 10 % du PIB d’un pays donné », nous indique Patrick Dorvil, expert en recyclage et valorisation des déchets à la BEI. « Traiter les déchets est vital pour la santé, pour l’environnement, mais également pour notre économie. L’Europe est pauvre en ressources naturelles, qu’elle importe à prix d’or. La valorisation des matériaux recyclables et de l’énergie doit donc être au cœur de toute politique de gestion des déchets. Par exemple, le traitement thermique des déchets avec récupération d’énergie pourrait remplacer 20 % des importations d’énergie en Europe, un chiffre non négligeable. »

La BEI est connue pour son soutien à de grands projets d’infrastructure en Europe et à travers le monde, mais elle joue également un rôle important dans le domaine environnemental. En 2013, elle a ainsi participé au financement de deux installations de valorisation des déchets, via un prêt de 50 millions d’EUR au syndicat mixte Bil Ta Garbi, établissement public de coopération intercommunale représentant 202 communes et près de 275 000 habitants du sud-ouest de la France.

La première installation, baptisée Canopia, a été mise en service en avril 2014. Situé au nord-ouest de Bayonne, ce pôle de valorisation traite les déchets ménagers de 24 communes représentant près de 200 000 habitants et génère quelque 30 000 tonnes de compost chaque année, soit l’équivalent de 3 300 tonnes d’engrais chimiques économisées ou encore 1 500 hectares de terrains agricoles amendés en compost. Les déchets organiques y sont également transformés en énergie grâce à un processus dit de méthanisation. Canopia peut ainsi produire 25 000 MWh d’énergie, dont 12 500 MWh d’électricité sont revendus au réseau Électricité de France et 12 500 MWh de chaleur sont utilisés pour le procédé de valorisation et le chauffage des bâtiments administratifs.

Valoriser plutôt qu’enfouir

Tout comme Canopia, Mendixka, le second pôle de valorisation, situé sur la commune de Charritte-de-Bas, apporte une réponse concrète aux engagements du Grenelle de l'environnement, qui préconisent une valorisation maximale des déchets et une diminution de 15 % des déchets destinés à l’enfouissement ou à l'incinération. Avant la mise en service du pôle de Mendixka, 80 % des déchets ménagers résiduels étaient enfouis sans valorisation. En 2015, grâce notamment à Mendixka et aux évolutions en matière de tri et de réduction à la source, 70 % des déchets ménagers résiduels sont intégralement valorisés. Le compost ainsi produit constitue un substitut écologique aux engrais chimiques et la matière organique regagne son milieu d’origine.

La capacité de valorisation annuelle du pôle est de 20 000 tonnes d’ordures ménagères résiduelles ainsi que 2 600 tonnes de déchets verts. Au total, 4 600 tonnes de compost sont produites chaque année, ce qui équivaut à 500 tonnes d’engrais chimiques économisées. La capacité de traitement de Mendixka a été dimensionnée en fonction des besoins du territoire sur 20 ans. Le tonnage prévisionnel prend en compte l’augmentation de la population ainsi que les flux migratoires, l’évolution de la nature des déchets produits, les changements comportementaux des usagers et les modifications des conditions de collecte sélective et de collecte des déchets dangereux. Les installations de valorisation des déchets se sont en outre accompagnées de possibilités d'emploi pour la région. En effet, sept postes directs ont été créés sur le pôle Mendixka et une équipe de 41 personnes est mobilisée au quotidien sur le site de Canopia pour une capacité de traitement de 80 000 tonnes par an.



Le plus gros contrat de traitement des déchets jamais signé en Europe

De l'autre côté de la Manche, la Greater Manchester Waste Disposal Authority (GMWDA) a signé en 2009 un contrat pour le recyclage et la gestion des déchets avec Viridor Laing (Greater Manchester) Limited. Ce contrat inclut un programme de construction d'installations de grande ampleur d'un montant de 631 millions de GBP. La BEI a participé au financement de ce programme par l'octroi d'un prêt de 182 millions de GBP (soit 200 millions d’EUR).

En pratique, GMWDA traite l'équivalent de 5 % des déchets municipaux produits en Angleterre. Elle dispose précisément de 42 installations réparties sur 23 sites, parmi lesquelles 20 centres de recyclage de déchets ménagers, 4 installations de compostage en contenant, 5 installations de traitement mécano-biologique, 2 usines d’incinération des déchets avec récupération d’énergie, 4 centres d'information du public et 7 installations destinées au transfert de chargements. Ce projet permet de fournir des services de qualité en matière de traitement des déchets à une population de plus de 2,27 millions d'habitants répartis sur le territoire de neuf collectivités locales, qui produisent quelque 1,1 million de tonnes de déchets municipaux chaque année.




 Imprimer