corporate_banner_fr

Interconnexion entre la France et l'Espagne : une véritable prouesse

Interconnexion entre la France et l'Espagne : une véritable prouesse

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Inaugurée ce vendredi, la ligne de transport d'électricité tant attendue qui traverse les Pyrénées est l'interconnexion de tous les records : 65 km de ligne haute tension enterrée, une puissance de 2 gigawatts et un coût de construction de 700 millions d'EUR. À quoi servira-t-elle ? Elle permettra de doubler la capacité d'échange d'énergie entre la France et l'Espagne.

Le vendredi 20 février, RTE, une filiale de l'entreprise française de services collectifs EDF, et Red Eléctrica de España (REE), une compagnie d'électricité espagnole, inaugureront une ligne de transport de 1 400 mégawatts qui doublera la capacité d'échange d'électricité entre la France et l'Espagne pour la porter à 2 800 mégawatts, ce qui correspond à la production de trois centrales nucléaires.

Des opérateurs de réseaux d'électricité français et espagnols ont achevé la construction d'une ligne de transport d'électricité transpyrénéenne très attendue qui permettra d'exporter les énergies renouvelables excédentaires produites en Espagne et d'éliminer l'un des pires points noirs du secteur électrique européen. À l'étude depuis près de vingt-cinq ans, mais officiellement lancée par l'accord de Saragosse en 2008, cette nouvelle interconnexion entre Baixas (près de Perpignan en France) et Santa Llogaia (près de Figueras, sur le versant espagnol) subira des tests pendant quelques mois avant son entrée en service commerciale en juin 2015.

Financé en partie par une aide non remboursable de 225 millions d'EUR de l'Union européenne au titre du Programme énergétique européen pour la relance et par un prêt BEI de 350 millions d'EUR, ce projet devrait également favoriser les exportations d'énergie éolienne espagnole vers le reste de l'Europe et contribuer à réduire les prix en nivelant la demande transfrontalière en périodes de pointe. Les dernières lignes de transport d'électricité construites entre la France et l'Espagne datent de 1982. Compte tenu des niveaux de saturation de l'interconnexion précédente (45 % du temps dans le sens France-Espagne et 22 % du temps dans le sens inverse), il devenait de plus en plus important d'accroître la capacité. De plus, le renforcement de la capacité des liaisons vers les marchés isolés sur le plan de l'électricité, comme l'Espagne, le Portugal, l'Italie, la Grande-Bretagne et l'Irlande, est un élément essentiel du plan Juncker, annoncé en novembre dernier, qui entend stimuler les investissements stratégiques dans toute l'Europe.

Une succession de records mondiaux

La nouvelle interconnexion transpyrénéenne bat plusieurs records. Elle offre des performances inégalées en matière d'électricité avec 2 000 MW produits grâce à la technologie innovante VSC (convertisseur source de tension) qui permet de convertir rapidement le courant alternatif en courant continu. RTE a déclaré que la moitié des 700 millions d'EUR ont été investis dans des stations de marque Siemens capables de changer rapidement le sens du courant et de le transmettre sur des kilomètres sans perte de puissance.

Le projet établit également un record de longueur puisque le câble haute tension enterré est le plus long au monde. Pour éviter que des pylônes électriques ne nuisent à l'aspect immaculé de la partie orientale des Pyrénées, ce câble a été entièrement enfoui. Conçus par l'entreprise italienne Prysmian, ces câbles à courant continu ultramodernes, dont le coût atteint 250 millions d'EUR, sont isolés à l'aide de polyéthylène pour éviter l'utilisation d'huile à l'intérieur de la gaine, ce qui minimise le risque environnemental.



Utiliser au mieux la capacité de production d'électricité de l'Espagne

L'Espagne a investi massivement dans la production d'électricité thermique et renouvelable juste avant que la crise économique n'entrave la demande. En 2014, sa capacité installée s'élevait à 102 gigawatts, plus du double de la demande maximale en période de pointe enregistrée l'année dernière (39 gigawatts). L'Espagne affiche avec fierté une capacité de production de 30 gigawatts d'électricité renouvelable, pour l'essentiel d'origine éolienne, et 20 gigawatts d'énergie hydroélectrique, gérée par des entreprises comme Iberdrola, Endesa et Acciona. Un deuxième câble, qui devrait être immergé le long de la côte ouest des Pyrénées, augmentera encore la capacité de l'interconnexion entre la France et l'Espagne pour la porter à 5 000 mégawatts. Il devrait être opérationnel après 2020.




 Imprimer