corporate_banner_fr

Coup de pouce pour l'éducation et la santé en Navarre

Coup de pouce pour l'éducation et la santé en Navarre

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

En 2008, le programme d'investissement de 609 millions d’EUR (« Plan Navarra 2012 ») cofinancé par la BEI a apporté à la Navarre une bouffée d'oxygène salutaire. Des milliers d'emplois y ont été créés dans les domaines de l'éducation, de la santé et du patrimoine culturel, et les 50 projets qui sont déjà opérationnels donnent un nouveau souffle à l'économie régionale.

La Navarre, pourtant l'une des régions les plus prospères d'Espagne, a elle aussi souffert de la crise financière et économique. Le taux de chômage, à 16 %, est très inférieur à la moyenne espagnole, mais il n'en représente pas moins un énorme gaspillage de potentiel économique et humain. En avril 2008, dans le cadre de leurs efforts pour redresser la situation, le gouvernement et le parlement de la région autonome de Navarre ont approuvé un plan d'investissement de 609 millions d’EUR, complétant le Programme opérationnel 2007-2013 pour la Navarre validé par la Commission européenne en novembre 2007 et cofinancé par le Fonds européen de développement régional.

Au titre de ce plan, la BEI a accordé un prêt de 300 millions d'EUR pour financer des projets dans des domaines aussi divers que la santé, l'éducation, la RDI, le patrimoine culturel et l'environnement. Pas moins de 50 projets ont été réalisés en temps voulu malgré les difficultés économiques, et l'on estime à plus de 5 000 le nombre d'emplois créés.

180 millions d’EUR pour l’éducation

180 millions d’EUR ont été investis dans des infrastructures et équipements destinés à des écoles primaires et secondaires, des universités et des établissements de formation professionnelle. Le nouveau conservatoire de Pampelune, l'une des réalisations phares du plan d'investissement de la Navarre, a ouvert ses portes en septembre 2011 et accueille aujourd'hui plus de 800 élèves.

Il a été bâti selon les normes les plus élevées et comporte 25 salles de musique de chambre, 25 salles de musique instrumentale, 25 cabines d'étude, six salles de cours collectif, deux salles d'orchestre et chant choral, des salles d'orgue, une bibliothèque, une médiathèque, une salle de percussions, un laboratoire électroacoustique et un studio d'enregistrement.

Le conservatoire de Pampelune est membre de l'Association européenne des conservatoires et reçoit des étudiants non seulement espagnols mais aussi étrangers (dans le cadre du programme de mobilité Erasmus). Il a signé des accords de coopération avec des universités en Allemagne, en Finlande, aux Pays-Bas, en Italie et en Pologne.



Un nouveau centre de recherche biomédicale pour la Navarre

Le centre de recherche biomédicale est l'un des projets majeurs cofinancés par la BEI. Le pôle médico-technique connu sous le nom de « CIB » a été créé en 1997 pour répondre aux besoins des services de santé de la Navarre. En octobre 2012, il a rejoint, en tant que « NAVARRABIOMED », le giron de la Fondation Miguel Servet, tout en conservant l'ensemble de ses fonctions. Mais l'opération ne se résume pas à un simple changement d'appellation et de rattachement. Dans ses nouveaux locaux et avec un plan stratégique à mettre en œuvre, le centre est appelé à faire référence en matière de recherche biomédicale en Navarre.

Le champ d'étude de NAVARRABIOMED recouvre ainsi la biologie moléculaire, la cytogénétique, la culture cellulaire, l'immunohistochimie et la thérapie cellulaire et s'inscrit dans le cadre de la recherche en hématologie, en oncologie et en neurosciences.

Le centre possède une biobanque de cerveaux, une tumorothèque, des plateformes de protéomique et de génomique, une animalerie et des équipements de chirurgie expérimentale. Dans le nouveau bâtiment, les chercheurs disposeront de trois salles blanches et pourront développer et renforcer leurs lignes de recherche, plateformes et unités d'appui.



Un meilleur service aux patients

Être pris en charge rapidement et soigné rapidement pour pouvoir rentrer chez soi rapidement, voilà ce que l'on espère en franchissant les portes des urgences d'un hôpital. C'est précisément ce niveau de service que veut offrir la nouvelle unité des urgences pour adultes de l'hôpital de Navarre aux 100 000 patients qu'elle reçoit. Inauguré en octobre 2013, le nouveau bâtiment héberge les urgences précédemment assurées dans les deux hôpitaux Virgen del Camino et de Navarre.

Sachant que chaque minute compte dans une urgence médicale, quatre niveaux de priorité ont été fixés pour le temps d'attente (de 15 minutes à quatre heures)  : les patients dans un état grave doivent être vus par un médecin au maximum dans les 15 minutes suivant leur arrivée ; ceux dont l'état est jugé moins grave attendront une heure, ceux qui présentent des symptômes modérés devront patienter deux heures et les cas les moins urgents jusqu'à quatre heures.

La communication entre les divers praticiens que voit un patient a aussi été améliorée grâce au partage électronique des données médicales.

La nouvelle aile des urgences de l'hôpital de Navarre comporte quatre étages sur sous-sol et son toit sert d'héliport. Le rez-de-chaussée et une partie du premier étage sont dévolus au service des urgences, qui va disposer de près de trois fois plus de place qu'auparavant (280 m2, contre environ 65 m2). Par ailleurs, le nombre de box d'examen est doublé, passant de 8 à 16, et le nombre de lits d'observation est porté de 10 à 15. Le service est doté de deux salles de radiologie, d'une unité de scanographie et d'un équipement échographique. Au total, plus de 300 professionnels (soit 33 de plus que dans les anciens hôpitaux) vont traiter chaque jour 307 patients en moyenne.




 Imprimer