Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Le mercredi 5 avril 2017, la Banque européenne d’investissement et le laboratoire d’idées Bruegel ont organisé un atelier ayant pour thème « l’évaluation des incidences des investissements sur la base de critères micro et macroéconomiques ». Cet événement d'une journée s’est tenu dans les locaux de Bruegel à Bruxelles et a suscité beaucoup d'intérêt de la part de différentes institutions politiques, comme la Commission européenne et le Parlement, d’autres laboratoires d’idées, de spécialistes de l’évaluation des incidences et de journalistes. Au total, plus de 100 personnes ont participé à cet événement qui a été divisé en deux grands ateliers, l’un consacré aux aspects microéconomiques et l’autre aux aspects macroéconomiques de la démarche. Il s’agissait d'un événement officiel.

    Les séances de travail ont été ouvertes par Debora Revoltella (BEI) et Guntram Wolff (Bruegel). Il a été souligné que l’évaluation des incidences a suscité beaucoup d’attention ces dernières années en raison de la nécessité d’évaluer avec précision les résultats des initiatives d'investissement publiques et privées. La BEI et Bruegel ont toujours été disposés à prendre la main dans le développement et la réévaluation critique de ces méthodes et à se pencher sur les meilleures pratiques que les décideurs politiques et les spécialistes devraient prendre en considération lorsqu'ils élaborent et mettent en œuvre des cadres d’évaluation des incidences basés sur des aspects micro et macroéconomiques. Parallèlement, les intervenants ont souligné la nécessité de mieux comprendre la valeur ajoutée des projets d'investissement et la justification de l’intervention publique. Ils ont également encouragé les participants à s’engager activement dans les discussions.

    Des exposés ont été présentés par Helmut Kraemer-Eis et Simone Signore (FEI), Robert P. Lieli (Université d’Europe centrale), Simon Mizrahi (Banque africaine de développement), Amine Ouazad (École polytechnique de Palaiseau), Marcin Wolski (BEI) et Francesco Di Comite (JRC), Kim Swales (Université de Strathclyde à Glasgow), Aron Gereben (BEI) et Gregory Claeys (Bruegel).

    Les ateliers ont permis d’aborder différentes méthodologies aux niveaux microéconomique et macroéconomique. Singulièrement, le FEI a présenté des modèles microéconomiques permettant d’évaluer les incidences de ses produits de garantie de crédit et de capital-risque. La BEI et le JRC ont présenté les caractéristiques du modèle d’équilibre général RHOMOLO-BEI qui est utilisé pour évaluer les incidences macroéconomiques à court et long terme des activités de la BEI et du FEIS.