Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées
    Bruxelles
    29
    sep 2016
    02:00 - 05:30
    Bureau de la BEI, Rond-Point Robert Schuman, 6 | B-1040 
    Bruxelles
    Belgique

    Le jeudi 29 septembre, la BEI a organisé à Bruxelles un séminaire sur le marché des obligations vertes et sur la contribution de premier plan qu’elle apporte à son développement durable.

    Stakeholder Engagement Workshop 09-2016

    Au cours de cette manifestation ouverte par Jan Vapaavuori, vice-président de la BEI, des spécialistes de la BEI et d’éminents représentants d’associations d’investisseurs, de prestataires de recherche et d’organisations non gouvernementales – International Capital Market Association(ICMA), European Fund and Asset Management Association (EFAMA), Climate Bonds Initiative (CBI), World Wide Fund for Nature (WWF), Institute for Climate Economics (I4CE) – ont pris la parole. Plus de 40 parties prenantes de la société civile ont participé à l’événement.

    Dans son allocution d’ouverture, le vice-président Vapaavuori a déclaré que l’action en faveur du climat est et demeure une priorité majeure pour la BEI, et que l’engagement de la Banque sur le marché des obligations vertes est une composante essentielle de son intervention dans ce domaine. Il a en particulier mis en avant les volumes élevés et soutenus d’émissions obligataires de la BEI et ses contributions en matière de transparence et d’obligation de rendre compte, une démarche qui a ensuite été reprise dans la stratégie globale d’un vaste éventail d’acteurs du marché au lendemain de la COP 21. Il a également fait remarquer que la Banque avait récemment été la première à obtenir un rapport indépendant d’assurance raisonnable pour les règles qu’elle s’est fixées en matière d’obligations vertes.

    Dans la première session de la manifestation, Eila Kreivi, directrice du département Marchés des capitaux de la BEI, a présenté le marché des obligations vertes et le rôle de premier plan que joue la Banque dans son développement. Elle a expliqué comment la BEI a ouvert ce marché en étant la première à émettre une obligation verte en 2007 et comment elle est devenue le plus grand émetteur à ce jour, en portant le volume total des émissions à plus de 15 milliards d’EUR à fin septembre 2016. Elle a en outre souligné que la Banque travaille à l’amélioration de la gouvernance du marché des obligations vertes au travers à la fois de sa contribution aux Principes sur les obligations vertes pour renforcer la divulgation et la transparence et de ses propres efforts en matière de publication d’informations sur l’impact de ces obligations.

    Engagement Workshop 09-2016

    Au cours de la deuxième session, Nancy Saich, spécialiste du climat et de l’environnement à la BEI, a expliqué le lien entre les obligations vertes et l’engagement de la Banque dans l’action en faveur du climat et a décrit l’approche de la Banque dans la définition du financement climatique. Elle a insisté sur le long travail effectué par la BEI en matière d’harmonisation et de transparence quant au contenu des obligations vertes, avant de parler du rôle de pionnier joué par la Banque dans le domaine de la publication de rapports d’impact, en particulier en ce qui concerne l’empreinte carbone, ainsi que d’indicateurs relatifs à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables.

    Au cours de la table ronde, les participants ont pu examiner plus avant des points essentiels comme les caractéristiques spécifiques des obligations vertes, la valeur de ces obligations dans l’appui à la transition énergétique, ainsi que la publication de rapports sur ces obligations, les indicateurs pertinents et le rôle des révisions externes. Ont également été abordés certains sujets récents comme l’application de l’article 173 de la loi française sur la transition énergétique, les dernières déclarations du G20 sur la finance verte et la récente annonce indiquant que la France allait devenir le premier émetteur souverain d’obligations vertes.

    Un consensus global s’est dégagé dans la salle sur le caractère imminent des changements climatiques et sur la nécessité d'une action rapide et efficace pour y faire face. Les obligations vertes constituent un produit triplement gagnant, avec des avantages évidents pour les emprunteurs, pour les bailleurs de fonds et pour l’environnement.

    Engagement Workshop 09-2016

    Les échanges animés entre les intervenants et le public pendant la séance de questions-réponses et la pause-café au cours de laquelle les participants ont pu se rencontrer ont confirmé la détermination des différentes parties prenantes à maintenir ce dialogue constructif.