1
jui
2008
Au CAPE (Centre d’Accueil de la Presse Étrangère), Maison de Radio France, 116 av. du Président Kennedy, 75016
Paris, France

Philippe de Fontaine Vive, Vice-Président de la BEI, en charge de la Méditerranée, et Henri-Luc Thibault, Directeur du Plan Bleu (PNUE), exposeront les résultats de l’étude qu’ils viennent de réaliser sur le changement climatique en Méditerranée et ses conséquences sur le développement des pays du Maghreb et du Machrek.

La région méditerranéenne est un véritable «hot-spot du changement climatique»: les projections régionales établissent, d’ici la fin du siècle, une augmentation de la température de l’air de 2,2 à 5 degrés, une baisse de la pluviométrie de 4 à 27%, et une élévation du niveau de la mer de 35 cm; parallèlement, les évènements extrêmes (canicules, incendies, inondations) se multiplieront.

Ces évolutions auront des effets majeurs sur l’économie des pays concernés, notamment ceux des rives Sud et Est du Bassin: outre ses conséquences humaines intolérables, le « coût de l’inaction » sera de 30 à 35 milliards de $ (l’équivalent du PIB de la Tunisie), à scénario constant du prix de l’énergie (120 US$/baril).

Pourtant, une atténuation du changement climatique en Méditerranée est encore possible : elle implique de repenser les politiques de gestion de l’énergie (capacités de production, efficacité énergétique, énergies renouvelables), d’utilisation de l’eau (économies, transport, irrigation) et d’organisation de l’espace urbain. Dans ces trois domaines, les choix technologiques et les réformes sont à prendre rapidement, en ayant à l’esprit l’effet de long terme sur le développement social et économique des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée.

Avec la publication, en mars, du « Plan d’action pour la dépollution en Méditerranée », cette étude de la BEI et du Plan Bleu apporte une nouvelle contribution concrète à l’«Union pour la Méditerranée », qui sera inaugurée le 13 juillet prochain à Paris et qui a placé la protection de l’environnement au 1er plan de ses priorités.